Fiscalonline.com
http://www.fiscalonline.com/Augmentation-de-la-pression,4166.html
Augmentation de la pression fiscale sur les salaires dans les pays de l’OCDE
Communiqué du 25 avril 2012
vendredi, 27 avril 2012
/ Administrateur

Augmentation de la pression fiscale sur les salaires dans les pays de l’OCDE en 2011

PNG - 10.7 ko

Le prélèvement moyen d’impôts et de cotisations sociales sur les revenus du travail a augmenté dans 26 des 34 pays de l’OCDE en 2011 selon la nouvelle édition des Impôts sur les salaires publiée par l’OCDE.

C’est en Irlande, au Luxembourg, au Portugal et en République slovaque que les contribuables ont subi les plus fortes augmentations. En revanche, en Nouvelle-Zélande et aux États-Unis, les contribuables ont vu leur charge fiscale diminuer. En Hongrie, ce sont les salariés célibataires sans enfant disposant d’un revenu moyen qui ont subi la plus forte augmentation du coin fiscal alors que celui-ci a diminué pour les familles ayant des enfants.

Dans la plupart des pays, l’augmentation de la charge fiscale globale a été due à l’impôt sur le revenu des personnes physiques plutôt qu’à un accroissement des cotisations de sécurité sociale. Seuls cinq pays ont relevé les taux légaux d’imposition applicables au salaire moyen. Dans la plupart des cas, l’augmentation de la charge fiscale a été due au fait qu’une part accrûe des revenus du travail a été soumise à l’impôt du fait d’une baisse relative de la valeur des abattements et des crédits d’impôt par rapport aux salaires. Dans un petit nombre de pays, parmi lesquels la Hongrie, l’Irlande et la République tchèque, ils ont été effectivement réduits en termes nominaux.

Les impôts sur les salaires contiennent pour chaque pays des données comparatives détaillées sur l’imposition des revenus du travail et les coûts correspondants pour les employeurs en ce qui concerne les différentes catégories de ménages et les différents niveaux de revenus. Ces facteurs jouent un rôle déterminant aussi bien dans l’incitation des particuliers à rechercher un emploi que dans celle des entreprises à embaucher des salariés.

La charge fiscale est mesurée par le « coin fiscal en pourcentage des coûts totaux de main-d’œuvre » autrement dit le montant total des impôts et cotisations sociales versés par les salariés et les employeurs, diminué des prestations familiales reçues et divisé par les coûts totaux de main-d’œuvre pour l’employeur. On trouvera également dans Les impôts sur les salaires une ventilation de la charge fiscale entre les impôts sur le revenu des personnes physiques (IRPP), y compris les crédits d’impôt, et les cotisations salariales et patronales de sécurité sociale (CSS).

Source : OCDE





JPEG - 18.6 ko

Nouvelle édition des Impôts sur les salaires publiée par l’OCDE