Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
LFSS pour 2019
PLFR 2018
Loi MUES
Grand débat national
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Vigilance orange sur le prélèvement à la source…

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Par Isabelle Jeannenez, Responsable de Rédaction de Patrithèque pour Harvest

Après de nombreuses tentatives infructueuses par le passé, la France, à l’instar de ses voisins européens (hormis la Suisse), modernise son système fiscal en adoptant le prélèvement à la source de l’IR (PAS). Cette réforme qui a bien failli ne pas voir le jour, du fait des hésitations de l’Elysée s’inquiétant des « bugs » constatés lors des derniers tests menés durant l’été, va révolutionner les modalités de paiement de l’IR dès janvier prochain.

Adaptation instantanée aux facultés contributives, gain en trésorerie du fait de l’étalement sur 12 mois et non plus sur 3 ou 10 échéances, simplicité (aucune démarche ou presque…)… si le système semble séduisant sur le papier, il pourrait réserver de mauvaises surprises… 4 points doivent particulièrement attirer l’attention des contribuables.

Contemporanéité … à condition de moduler

Le PAS prend 2 formes selon la nature des revenus : une retenue à la source pour les salaires, les pensions et, plus généralement, les revenus versés par un « tiers payeur » ; et un acompte pour les autres revenus (BIC, BNC, BA, revenus fonciers, pensions alimentaires…).

Le PAS ne présentera un réel caractère de contemporanéité que pour les revenus soumis à la retenue à la source. Celle-ci sera en effet calculée et prélevée sur le revenu courant, bien que le taux ne soit calculé que sur les revenus des années précédentes (N-1 ou N-2).

Pour les autres revenus l’acompte sera calculé forfaitairement à partir des revenus perçus en N-2 (pour les acomptes de janvier à août) ou N-1 (pour les acomptes payés de septembre à décembre). L’acompte ne s’adaptera donc pas automatiquement aux variations de revenus et les contribuables risquent de devoir continuer à payer même si leurs revenus diminuent, voire cessent.

Pour éviter toute déconvenue, les contribuables devront assurer eux même la contemporanéité de leurs acomptes en recourant à la modulation de ces prélèvements. Cette faculté de modulation a été mise en place par l’administration pour pallier les limites du système et ainsi leur permettre d’anticiper les variations de taux en prenant en compte les changements susceptibles de l’impacter (changement de situation de famille, augmentation ou diminution des revenus, cessation d’activité ou de location d’un bien immobilier…). Mais pour cela, le contribuable doit effectuer une démarche positive et faire une déclaration auprès de l’administration fiscale.

Avance de trésorerie pour certains avantages fiscaux

Autre point de vigilance : l’absence de prise en compte, pour le calcul des prélèvements, de tous les crédits et réductions d’impôt dont a pu bénéficier le contribuable au titre de l’année précédente. En effet, contrairement au système actuel, dans le cadre duquel les mensualités ou tiers provisionnels étaient calculés sur l’impôt après déduction des réductions et crédits d’impôt, le prélèvement à la source sera calculé sans considération de ces avantages. Le gouvernement a prévu, dans le cadre du projet de loi de finances, un mécanisme d’avance sur les principaux dispositifs récurrents (emploi d’un salarié à domicile, garde des jeunes enfants, dons, investissements immobiliers, EHPAD), mais ce mécanisme ne concerne pas tous les avantages.

En 2019, le système fiscal obligera par exemple le contribuable, qui avait auparavant l’opportunité d’annuler son impôt par le biais d’investissements dans des PME ou des fonds d’investissement, à faire l’avance de son paiement, et il n’en obtiendra le remboursement qu’en septembre. Par ailleurs, le système de modulation évoqué précédemment ne sera dans ce cas d’aucun secours : l’administration fiscale a expressément exclu le recours à la modulation pour tenir compte de ces avantages.

Inversement, gare aux contribuables qui auront perçu une avance sur certains avantages alors qu’ils ne doivent plus en bénéficier. Ces derniers ont intérêt à conserver ces sommes afin de les restituer au fisc au moment de la régularisation !

La régularisation de l’IR : la double peine ?

Le 3ème point de vigilance porte sur la régularisation de l’IR. En effet, le prélèvement à la source ne libèrera pas les contribuables de leurs obligations vis-à-vis du fisc. Ils devront continuer à déclarer leurs revenus imposables et régulariser l’IR acquitté via le prélèvement en fin d’année suivante. Dans le système actuel, la régularisation intervenait à un moment où les prélèvements d’IR avaient cessé, ce qui ne sera pas le cas à compter de 2019 dans le cadre du prélèvement à la source.

Chaque année, à compter de septembre, le taux du prélèvement à la source s’actualisera au vu de la déclaration déposée en mai. Le contribuable qui aura vu ses revenus augmenter subira une double peine :

  • devoir payer le prélèvement sur les revenus courants de septembre à décembre à un taux majoré (augmentation donc du montant des prélèvements),
  • régulariser l’impôt sur les revenus de l’année précédente (en payant un complément d’impôt sur les mois de septembre à décembre selon le cas, en plus des prélèvements contemporains).

Pour éviter les fins d’années difficiles, les contribuables auront intérêt à anticiper ces hausses et à demander une modulation, à la hausse cette fois, des prélèvements.

Multiplicité des canaux de prélèvements : un système peu lisible

Enfin, dernier point de vigilance pour les contribuables, qui pourrait compliquer plus encore l’anticipation de la régularisation de l’IR : le manque de lisibilité du nouveau système du fait de la multiplicité des canaux de prélèvement de l’impôt et des échéances de prélèvements. 4 canaux principaux de prélèvement sont identifiés :

  • les tiers payeurs : employeurs et les caisses de retraite pour les pensions qui prélèveront l’impôt au moment du versement des revenus : les prélèvements seront aussi nombreux qu’il y aura de sources de revenus et les montants prélevés seront différents chaque mois,
  • les établissements bancaires et financiers pour les revenus de capitaux mobiliers,
  • l’administration fiscale qui prélèvera sur le compte du contribuable l’acompte pour les BIC, BNC, BA et revenus fonciers (à échéance et montant en principe constants),
  • enfin, en cas d’option pour le taux neutre - taux permettant de garantir la confidentialité des autres revenus et gains perçus par le salarié - l’administration effectuera un complément de prélèvement directement sur le compte du contribuable, sur la base de déclarations qu’il devra effectuer en principe mensuellement (afin de déclarer ses revenus réels).

Difficile, dans ces conditions, d’avoir une vision globale de l’impôt dont le foyer s’acquitte et d’estimer la régularisation éventuelle. D’autant, par ailleurs, que (si les règles d’entrée en vigueur des lois de finances ne sont pas modifiées) les modalités d’imposition des revenus ne sont votées qu’en fin d’année…

Prudence et anticipation (notamment via la modulation à la hausse ou à la baisse) seront donc de mise pour vivre au mieux le prélèvement à la source de l’IR.

À propos d’Harvest


Harvest est un éditeur de solutions digitales spécialisé dans les métiers du conseil financier et patrimonial. Fort de plus de 28 ans d’expérience, Harvest accompagne une large clientèle : réseaux bancaires, compagnies d’assurance et mutuelles, banques privées, CGPi, experts-comptables, avocats fiscalistes. Pour en savoir + harvest.fr

newsletter de Fiscalonline

Tribune d’Harvest du 8 janvier 2018

Publié le mardi 8 janvier 2019

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  alaune | BCRSS15 | Fiscalité des particuliers | Impôt sur le revenu | mafiscalite


 



Les articles les plus lus !
Les modalités de détermination du plafonnement de l’ISF sont conformes à la Constitution
Covoiturage : indemnité forfaitaire en vue pour les « co-voiturés » mais gare aux « co-voiturants » !
Abus de droit fiscal : la stipulation d’un prix dérisoire dans le cadre d’une vente caractérise une donation déguisée
Dépenses fiscales en faveur du logement : les 7 recommandations de la Cour des Comptes
Report d’imposition de la plus-value d’apport de titres : nouveaux aménagements proposés par le Gouvernement
Caractère professionnel de l’activité de loueur en meublé : Bercy supprime la condition tenant à l’inscription au RCS
« Taxe Apparu » : seuil 2019 de la taxe sur les loyers élevés des logements de petite surface
Accord de financement du programme de coopération fiscale de l’UE (« Fiscalis ») pour la période 2021 à 2027
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2019/a>