Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Boutique Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Quel régime fiscal et social pour l’associé professionnel interne d’une SEL ?

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Quel régime fiscal et social pour l’associé professionnel interne d’une SEL ?

  • Chronique de Maître Emmanuel DUVILLA, Avocat au barreau de Lyon


La pratique démontre, qu’encore aujourd’hui, tant pour les avocats que pour les experts-comptables le statut fiscal et social de l’associé professionnel interne d’une société d’exercice libéral (SEL) est souvent méconnu ou difficilement appréhendable, en raison de ses incohérences et de la disparité de traitement qui demeurent.

L’objet de cet article est donc de rendre plus lisible l’état du droit positif fiscal et social applicable à ce statut.


Sur le plan fiscal

A ce jour, aucune disposition fiscale, légale ou règlementaire, ne précise la catégorie de revenus dans laquelle doivent être imposées les rémunérations versées à un associé professionnel interne d’une SEL en contrepartie de l’exercice de ses fonctions techniques.

Il existe, toutefois, une doctrine administrative qui apporte une réponse claire et non équivoque sur la nature fiscale de cette rémunération. Il s’agit de la Réponse ministérielle Cousin (JOAN 16 septembre 1996, question n° 39397) laquelle précise que :

« En ce qui concerne les SEL qui sont des sociétés de capitaux, notamment celles qui ont choisi la forme juridique de SARL, seuls les gérants majoritaires ou membres de collège de gérance majoritaire de ces sociétés entrent dans le champ d’application de l’article 62 du CGI. Les rémunérations des autres associés d’une SELARL qui exercent leur activité au sein de ladite société et qui n’ont pas de ce fait de clientèle personnelle relèvent normalement du régime des traitements et salaires. »

Cette doctrine administrative, certes ancienne, n’a jusqu’à présent jamais été contredite. Etant de ce fait toujours en vigueur, cette réponse ministérielle est donc parfaitement opposable à l’administration fiscale, sur le fondement des dispositions prévues par l’article L 80 A du Livre des procédures fiscales (LPF). Sa publication actuelle au Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts (BOFiP-Impôts), en date du 12 septembre 2012, confirme son applicabilité et son opposabilité au fisc (cf. BOI-RSA-GER-10-30-20120912).

A cet égard, il est important de savoir, que, depuis 2009, les frais d’acquisition ou la souscription de titres de SEL (comprenant notamment les frais, droits et intérêts d’emprunt), dans laquelle l’activité professionnelle principale est exercée, sont assimilés à des frais professionnels et peuvent parfaitement être déduits de l’impôt sur le revenu des associés concernés (sous réserve de renonciation à la déduction forfaitaire de 10%) dans la limite du montant de la rémunération annuelle perçue au moment où l’emprunt est contracté (CGI, art. 83-3°).


Sur le plan social

Le statut social de la rémunération des fonctions techniques, allouée à un associé professionnel interne d’une SEL, a pu être sujet à controverse pendant de nombreuses années. Car, sur le plan social, comme sur le plan fiscal, le législateur n’avait et n’a toujours pas tranché définitivement cette question.

Cependant, depuis 2007, ce débat est désormais tranché en vertu d’une décision rendue par la Cour de cassation au sujet de biologistes médicaux (Cass. civ. 2ème Ch., 20 juin 2007, n°06-17146). Il ressort effectivement de cette décision que les associés exerçant au sein d’une SEL ne peuvent pas être affiliés au régime général de base de la sécurité sociale mais à celui des travailleurs non salariés. Plus particulièrement, il a été jugé que, dans les SELAFA, une distinction doit être effectuée entre les rémunérations des fonctions de mandataire social qui relèvent désormais sans ambigüité du régime général de la sécurité sociale (URSSAF ; C. Sécu. Sociale, article L 331-3, 23°) et la rémunération de ces mêmes personnes, au titre de l’exercice des fonctions techniques, qui doit relever du régime des travailleurs non salariés (RSI).

La possibilité d’une double affiliation pour les dirigeants de SELAS, au régime des non salariés au titre de l’activité libérale et au régime général au titre des fonctions de mandataire social, a, de surcroît, été confirmée et généralisée par une circulaire ACOSS n°2010-001 du 4 janvier 2010, relative aux modifications de l’article L. 311-3 du Code de la sécurité sociale, à tous les associés ou actionnaires de SEL, même minoritaires. Depuis, les SELAS sont devenues plus attractives, plus particulièrement aux yeux des pharmaciens biologistes, outre l’intérêt juridique que leur apporte cette forme juridique (du fait de la dissociation possible entre droits de vote et droits financiers permettant ainsi de faire rentrer au capital un plus grand nombre de professionnels externes).

Par ailleurs, en 2011, le Conseil d’Etat a confirmé ce principe au sujet de SELARL d’avocats sur le fondement des dispositions de l’article L 131-6 du Code de la sécurité sociale, éclairées par les travaux préparatoires de l’article 22 de la loi de financement de la sécurité sociale pour 2009 (CE, 27 mai 2011, 1ère et 6ème S. sections réunies, n°328905).


Au vu de ce qui précède, il est, communément, admis que les rémunérations techniques versées aux associés professionnels internes de SEL :

- au plan social, relèvent du régime TNS (considérées ainsi comme des bénéfices non commerciaux) ;

- alors qu’au plan fiscal, il est acquis, jusqu’à présent, qu’elles relèvent de la catégorie des traitements et salaires.

Cette différence de traitement existant sur le plan fiscal et social a, d’ailleurs, été récemment mise en exergue, successivement par un député (M. Etienne BLANC, QE n°127959 publiée au JO AN le 7/02/2012) et une sénatrice (Mme Catherine Deroche, QE n°23137 publiée au JO Sénat du 29/03/2012, page 766). Ces élus ont effectivement rappelé que :

« certaines URSSAF considèrent que tout praticien associé de SELARL (ou actionnaires de SELAS ou de SELAFA), détenteur ne serait-ce que d’une part ou d’une seule action, dont extrêmement minoritaire et n’exerçant pas de fonctions de dirigeant, ne peut néanmoins être considéré comme un salarié (ce qui le prive d’assurance-chômage et de la protection prévue en cas de licenciement) mais doit être traité dans tous les cas et du seul point de vue social comme un travailleur indépendant, alors que, du point de vue fiscal il est considéré comme salarié à part entière ».

Outre ce rappel, ces deux questions ministérielle et sénatoriale avaient principalement pour objet d’attirer l’attention du ministre de l’époque (du budget et de la justice) sur les disparités et incohérences qui pèsent sur le statut fiscal et social des personnes physiques exerçant leur activité libérale dans le cadre d’une SELARL ou SELAS ou SELAFA, dont elles sont par ailleurs associés ou dirigeants. Au terme de chacune de ces questions, il a été demandé que soit mis fin à cette disparité de statut, et que le régime social et fiscal des rémunérations versées aux professions libérales exerçant sous forme de SEL soit harmonisé, afin d’exclure à l’avenir l’obligation de deux immatriculations séparées à la sécurité sociale (URSSAF et RSI) pour une même personne exerçant cumulativement une activité professionnelle et des fonctions de mandataire social au sein d’une structure sociétaire (SEL).

Aussi, on peut s’interroger sur ce qui justifie, sur le plan fiscal, qu’un associé professionnel interne d’une SEL, à défaut de contrat de travail, soit considéré comme un salarié ? A plus fortes raisons, si ce dernier se trouve être majoritaire ? Ne serait-il pas plus cohérent qu’il se trouve dans l’article 62 du CGI ?


A l’aune des développements exposés ci-dessus, on peut raisonnablement imaginer, dans l’avenir, une possible intervention du législateur pour trancher définitivement ces questions (et éviter ainsi les possibles disparités de traitement de ce statut de la part des URSSAF) et instaurer une harmonisation du régime social et fiscal des rémunérations versées aux associés professionnels interne d’une SEL.


A propos de l’auteur


  • Maitre Emmanuel Duvilla,
  • Avocat inscrit au Barreau de Lyon intervenant principalement en Droit des sociétés, Droit fiscal et Droit des professionnels libéraux.

Contacter l’auteur

newsletter de Fiscalonline

Chronique d’Emmanuel Duvilla , Avocat au Barreau de Lyon

Publié le lundi 19 novembre 2012

1 Message

  • bonjour et merci pour votre analyse, maître DUVILLA. Si j’ai bien compris : dans le cadre d’une SELASU de médecin le dirigeant et seul associé serait affilié à la caisse vieillesse et à l’RSI en raison de l’activité libérale et au régime générale en raison de son salaire de dirigeant au régime générale. Mais la question plus importante est : les dividendes versés rentrent ils dans la base de calcul pour l’RSI et la CARMF ?

    Je vous serai infiniment reconnaissant d’une clarification. cordialement, P.

    Répondre à ce message


Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  Revpro


 



Les articles les plus lus !
Un nouveau dispositif fiscal incitatif viendra se substituer aux régimes « Besson ancien » et « Borloo ancien »
Modalités de déclaration des transferts de sommes d’un montant supérieur à 50.000 €
Le Gouvernement propose de légaliser en droit fiscal le caractère commercial de l’activité de location meublée
Divorce par consentement mutuel sans juge : le gouvernement tire les conséquences fiscales
Les députés aménagent les dispositifs ISF-PME et Madelin pour faciliter la sortie fiscale des investisseurs historiques
Les plateformes en ligne du type Airbnb devront déclarer au Fisc les revenus perçus par leurs utilisateurs
Le gouvernement précise les critères d’éligibilités au PEA-PME
Plateformes collaboratives : seuils d’affiliation au RSI des personnes exerçant une activité locative
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2016