Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
LFSS pour 2019
PLFR 2018
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Prélèvement de l’impôt à la source : choisir le bon taux

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Prélèvement de l’impôt à la source : choisir le bon taux

Par Mélanie KABLA, Directrice du Développement d’ECOFIP

Le prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu entrera en vigueur le 1er Janvier 2019. Les contribuables seront donc prélevés chaque mois sur leur salaire ou leur pension de retraite.

Face à cette réforme, des interrogations émergent à propos des options possibles en matière de taux d’imposition, des informations à transmettre à l’employeur et leur confidentialité. Ou des entreprises elles-mêmes, sur le rôle qu’elles auront à jouer.

Tout d’abord, le taux du prélèvement de l’impôt à la source utilisé sera celui du foyer, calculé et indiqué sur la dernière déclaration de revenus. Il sera par ailleurs rappelé cet été sur l’avis d’imposition.

Pour prendre en compte les différentes situations des contribuables , l’Etat propose 2 types de taux de prélèvement à la source :

  • Le taux personnalisé (individuel ou par foyer).

Il permettra de prendre en compte les différences éventuelles de niveau de revenus au sein du couple. Aussi, les conjoints pourront, s’ils le désirent, opter pour un taux de prélèvement individualisé en fonction des revenus respectifs, au lieu d’un taux unique pour les deux conjoints du foyer. Il s’agit tout simplement d’une répartition différente du paiement de l’impôt entre les conjoints, sans incidence sur le montant total à recouvrir.

  • Le taux non personnalisé s’adressera aux salariés qui ne souhaitent pas transmettre leur taux d’imposition à leur employeur.

Ce dernier appliquera alors un taux non personnalisé qui dépendra du montant de la rémunération versée, sans tenir compte de la situation familiale de l’employé. Attention cependant, l’Administration précise que ce taux non personnalisé, risque d’être supérieur au taux personnalisé de l’employé. L’option demeure intéressante si ce dernier perçoit d’autres revenus, en plus de son salaire et qu’il ne veut pas en faire état. Par conséquent, le salarié sera amené chaque mois, à verser à l’Administration, une somme différentielle entre le prélèvement calculé au taux personnalisé et celui calculé par l’employeur.

L’Administration fiscale laisse aux particuliers le choix entre les 2 taux jusqu’au 15 septembre 2018.

S’agissant de la confidentialité de la situation fiscale du salarié, celle-ci sera pleinement assurée. Le rôle de l’employeur sera d’appliquer le taux transmis par la DFGIP et à le retenir sur le salaire. L’impôt prélevé sera ensuite reversé à la DGIFP le mois suivant.

newsletter de Fiscalonline

Article de Mélanie KABLA, Directrice du Développement d’ECOFIP

Publié le jeudi 17 mai 2018

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  alaune | BCRSS15 | Fiscalité des particuliers | Impôt sur le revenu | mafiscalite


 



Les articles les plus lus !
Prélèvement à la source, crédits d’impôts et réductions d’impôt : en pratique ?
PLF 2019 : le Sénat a adopté avec modifications le projet de loi en première lecture
Scandale des « CumEx Files » et arbitrage de dividendes : les députés amendent le dispositif adopté au Sénat
Les députés de la majorité proposent de maintenir le taux actuel de la quote-part de la « niche Copé » à 12 %
Plus-value de cession d’un fonds donné en location-gérance : conditions de l’exonération liée à la valeur du fonds
Plus-value et résidence principale : l’occupation de la maison à titre habituel et effectif doit être justifiée
Prise en compte des parts louées dans la détermination du caractère majoritaire de la gérance d’une SARL
Régime fiscal des impatriés : précision sur les salariés appelés pour occuper un emploi en France
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2018