Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Prélèvement à la Source – D’un PAS mal assuré

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Prélèvement à la Source – D’un PAS mal assuré

Tribune signée Thomas Bourgeois, CEO de Dhatim

La Déclaration Sociale Nominative (DSN) et le Prélèvement à la source (PAS) vont concerner chacun d’entre nous. S’il est couramment entendu que ces réformes à l’échelle nationale sont mises en place dans un but de simplification – ce qui est vrai et il faut saluer ici la volonté de l’état et les efforts entrepris pour installer la DSN et le PAS – leur déploiement en revanche est complexe pour les entreprises livrées à elles-mêmes.

Mise en place, testée depuis de nombreuses années, étendue aux petites entreprises et aux organismes collecteurs depuis peu (caisses de retraite, assurance maladie, pôle emploi, ....), la DSN, aux dires du gouvernement est un succès. Ce qui laisse supposer en conséquence le bon déploiement du PAS.

C’est méconnaitre la réalité de bon nombre d’entreprises quels que soient leur taille et leur secteur d’activité. On constate qu’elles peinent à implémenter la DSN en raison d’un problème de configuration de leurs données et plus important peut-être en raison de la qualité de celles-ci.

De nombreuses erreurs surviennent générées par les logiciels de paie eux-mêmes, erreurs de paramétrage, erreurs dans les saisies de dossiers, peu ou pas d’intégration avec d’autres systèmes devenus sources de données (systèmes comptables,...). Il en résulte des erreurs de cohérence et personne n’est en mesure de vérifier la justesse des informations ni en amont, ni en aval.

Pourtant la majorité des entreprises ont investi du temps, de l’argent, des ressources dans l’implémentation de ces logiciels RH et SIRH. La gestion de la paie s’est digitalisée petit à petit avec l’utilisation de tous ces outils mais qui se révèlent malheureusement peu adaptés pour soutenir et accompagner ces transformations imposées. Vieillissants, peu évolutifs, ils se sont enrichis régulièrement de modules supposés apporter de nouvelles fonctionnalités, supporter ces nouvelles normes et règlementations.

Le constat final est que ces systèmes sont devenus inopérants. Les éditeurs ont anticipé la DSN, c’est une évidence, et adapté leurs logiciels de paie avec des écrans et de nouvelles interfaces. Très insuffisant aux dires des métiers. Assiste-t’-on encore ici à l’éternel débat ou bataille entre IT versus métiers où l’usage doit s’adapter, voire se plier aux outils et non l’inverse ?

Certes on peut être optimiste et il est essentiel de l’être pour apporter cette confiance nécessaire à l’aboutissement et à la réussite de grands chantiers de modernisation et de transformation numérique.

La DSN s’attache au format des données. Le PAS s’attache au format des déclarations. Données, déclarations, qui vérifie, qui contrôle, qui analyse les risques qui pèsent sur les entreprises et les salariés ?

Paie juste, DSN pas forcément, que dire du PAS ?

Pour réaliser le prélèvement à la source, quelques données seront ajoutées à la déclaration mensuelle qui rassemble déjà les données de la paie. L’assiette du calcul du prélèvement à la source sera le salaire net imposable, qui dans la plupart des cas, est déjà calculé par les logiciels et figure sur les bulletins mensuels de paie, ainsi que dans la DSN. Comme on l’a vu la paie se nourrit de nombreuses données qui ne sont pas à l’origine des données RH et qui viennent de nombreux systèmes.

Ce qui génère au final de très, très gros volumes de données. On dénombre plus de 400 données par salarié qui sont envoyées tous les mois à l’Etat. Et les erreurs sont fréquentes. Beaucoup d’anomalies subsistent, d’oublis de données qu’il est impossible de repérer, de contrôler et de corriger manuellement. Une paie juste n’implique pas nécessairement une DSN juste.

Et que penser des employeurs publics (Etat, collectivités territoriales, hôpitaux publics) qui entreront dans le champ de la DSN après 2019 et qui vont utiliser pendant une période transitoire la déclaration PASRAU, qui s’inspirera de la logique DSN. A l’identique également des caisses de retraite, des payeurs de pension de retraite, etc...On peut se demander pourquoi faire coexister deux systèmes en parallèle, la complexité ajoutant à la complexité.

Des tests ont été réalisés dans des conditions réelles à l’été 2017 avec près de 600 collecteurs et 70 éditeurs de logiciels de paie. Ces tests, qui ont concerné aussi bien la DSN que la déclaration PASRAU, ont permis de s’assurer de la fiabilité des échanges avec les collecteurs pour la mise en œuvre de la réforme*.

Ici encore on s’assure de la fiabilité et de la sécurisation du système, essentielles à la réussite d’un tel projet. Mais là encore, on oublie les fondements sur lesquels l’ensemble de ce vaste chantier de modernisation repose, les informations, les données.

Pourtant, le bon fonctionnement de la DSN revêt une importance particulière pour le gouvernement car c’est d’elle dont va dépendre le déploiement du prélèvement à la source. Certes, le droit à l’erreur, prôné par ce dernier, existe pour corriger, rattraper et finalement agir pour que les entreprises et, in fine, les collaborateurs c’est-à-dire nous, ne soient pas lésés dans leurs droits.

Mais personne ne s’est posé la question du temps et du coût de tous ces systèmes de « rattrapage » dans lesquels les entreprises et l’état s’engluent désespérément alors que des technologies, comme l’Intelligence Artificielle par exemple, existent. Kafka dénonçait en son temps la bureaucratie. On n’en est pas sorti...

*https://www.economie.gouv.fr/prelev...

newsletter de Fiscalonline

Tribune de Thomas Bourgeois

Publié le lundi 26 février 2018

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  alaune | BCRSS15 | Fiscalité des particuliers | Impôt sur le revenu | mafiscalite


 



Les articles les plus lus !
Mise en ligne du projet de loi relatif à la croissance et la transformation des entreprises (PACTE)
BEPS : La Commission des Finances de l’Assemblée Nationale a adopté le projet de loi autorisant la ratification de la convention multilatérale
Les mesures du projet de loi relatif à la croissance et la transformation des entreprises (PACTE)
Plus-value de revente de lots dans un immeuble acquis en bloc : utilisation de la méthode des millièmes de copropriété
Plafond des prélèvements réalisés au titre d’une même souscription ouvrait droit à la réduction d’impôt IR-PME
Le Conseil d’Etat affine les critères permettant de qualifier la Holding animatrice de groupe
Succession : champ d’application de la déductibilité des indemnités versées au défunt en réparation de dommages corporels
L’OCDE et l’ATAF continuent de renforcer leur coopération fiscale en Afrique
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2018