Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Peut-on être à la fois non résident fiscal et chef d’une entreprise en France ?

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Peut-on être à la fois non résident fiscal et chef d’une entreprise en France ?




Avis d’expert par Par Pierre Appremont et Pierre-Emmanuel Chevalier, Associés chez Wragge & Co


Comment conjuguer son désir d’expatriation et la gestion de son entreprise située en France ? Motivées entre autres par la complexité administrative, les aspects juridiques, la pression fiscale française ou encore le climat économique, les délocalisations envisagées par certains chefs d’entreprises ne sont pas toutes faciles à concrétiser.


On connaît déjà l’appétence des entrepreneurs à s’expatrier pour raisons fiscales, juste avant de vendre leur entreprise. Les exemples de familles parties s’installer en Suisse ou en Belgique, deux ans avant la cession de leur société, ne manquent pas. La mise en place de l’exit tax a certes rendu la démarche plus complexe mais n’a pas freiné les plus motivés. Depuis quelques mois, un phénomène complémentaire et nouveau est apparu : la volonté de certains chefs d’entreprises à la tête d’une PME bien portante de s’expatrier, tout en continuant à diriger leur entreprise depuis leur pays d’adoption, et c’est justement l’un des effets pervers de l’exit tax.

Pourquoi pas, mais attention à ce que la gestion d’une entreprise située sur le sol hexagonal ne remette pas en cause le statut fiscal de non-résident !

Quelle démarche adopter pour réussir ce double enjeu ?

Rappelons tout d’abord que la résidence fiscale est déterminée en fonction de la situation géographique des intérêts vitaux du contribuable, à savoir sa famille et son patrimoine, dont fait partie l’entreprise.

- Pour un couple avec enfants (ayant réellement déménagé, faut-il le rappeler), si les enfants sont inscrits et scolarisés à l’école dans le nouveau lieu de résidence, il n’y a pas de doute quant au lieu des intérêts vitaux et au lieu de résidence fiscale, qui sera donc à l’étranger.

- En revanche, pour les couples sans enfant, ou les célibataires, ou encore les personnes divorcées ou séparées… il est, en pratique, plus difficile de prouver son lieu de résidence.

D’autant que, dans le cas qui nous intéresse, ces candidats à l’expatriation sont contraints par la gestion de leur entreprise. De fait, ils se rendent en France régulièrement pour leurs affaires… Ces visites récurrentes peuvent alerter l’administration fiscale et la faire douter du lieu de résidence réel.

L’important est donc de trouver un bon équilibre entre les jours de résidence sur le sol français pour la conduite des affaires et les jours de résidence dans le pays d’exil qui doivent évidemment rester majoritaires.

L’expatriation peut donc s’avérer impossible si le chef d’entreprise est indispensable chaque jour pour la gestion de sa société.

Pour que le projet aboutisse, il faudrait que sa présence ne soit plus indispensable quotidiennement ; Ce qui est parfois envisageable avec une réorganisation des modes de travail et de management.

Par exemple, nommer un directeur général qui va être en charge de tout l’opérationnel peut permettre de gouverner sa société à distance, ce qui nécessite de fait un préparation de la part du cher d’entreprise.

Dans les situations où l’expatriation est possible et réalisable, deux grandes familles de cas se distinguent :

Les dirigeants ont développé leur activité et n’ont plus besoin d’être présents physiquement quotidiennement dans la société.

Ils ont délégué la gestion opérationnelle de l’entreprise et ont gardé des fonctions de conception, de réflexion, ou de développement à l’étranger. Leur présence physique une journée par semaine, ou une semaine par mois, ou encore pour la négociation des contrats les plus importants suffit au maintien et à la bonne marche de l’entreprise. S’ils répondent aux critères retenus par la loi fiscale française et les conventions internationales applicables pour prouver qu’ils vivent à l’étranger, ils ne sont pas résidents français, même s’ils ont une entreprise en France. Ils peuvent s’expatrier tout en développant leur entreprise en France depuis leur lieu de résidence à l’étranger. La plupart de leurs revenus de source française demeurera néanmoins imposable en France.

Les dirigeants arrivent au second stade de développement de leur entreprise et veulent continuer à croître à l’échelle européenne ou internationale.

Alors que l’ancienne génération aurait géré le développement international depuis Paris, la nouvelle envisage parfois d’organiser ce développement international depuis l’étranger. Le gérant d’entreprise crée une filiale dédiée au développement étranger tout en confiant la direction générale et opérationnelle de la structure française à un salarié. Il prend des fonctions de direction dans cette société étrangère et travaille donc principalement pour la société étrangère. Il sera salarié dirigeant de la filiale étrangère et ne sera plus qu’actionnaire du groupe français. Il n’aura, de ce fait, aucune difficulté à prouver sa résidence fiscale à l’étranger.

Parallèlement et à titre personnel, il apportera les titres de sa société française à une holding étrangère et détiendra donc les titres de la société étrangère dont la maison-mère est française. Si le projet aboutit complètement, la partie internationale va représenter plus de salariés et de chiffres d’affaires que la société française. Il y aura ainsi, de fait, un transfert dans la durée des fonctions les plus importantes à l’étranger et les postes à valeur ajoutée qui se créeront le seront au sein de la filiale étrangère et non plus au siège historique en France.

Dans ce cas de figure, c’est un véritable transfert de valeur qui est observé et qui pourrait avoir comme conséquence, à terme, la constitution de certaines grandes fortunes à l’étranger et le transfert de l’activité de la France vers l’étranger, alors qu’il y a encore quelques années, elles se seraient constituées en France.

A propos de Wragge & Co : Wragge & Co est un cabinet d’avocats international d’origine britannique. Créé en 1834 à Birmingham, le cabinet compte 124 associés et plus de 600 collaborateurs répartis dans 8 bureaux : Birmingham, Londres, Paris, Bruxelles, Munich, Abou Dhabi, Dubaï et Guanzhou.


Créé en avril 2010, le bureau de Paris réunit 11 associés et 35 collaborateurs au sein d’une équipe unique dédiée, délivrant une offre sur mesure dans les domaines d’expertise suivants : Corporate, fusions & acquisitions, capita-investissement, Immobilier, Droit social, Fiscalité, Propriété intellectuelle, Financement, investissements, Règlementation et services financiers, Contentieux, Entreprises en difficulté, Droit public et administratif, Droit de l’environnement, Gestion Privée.

www.wragge.com

newsletter de Fiscalonline


Publié le mercredi 5 septembre 2012

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  Exit tax | Expatrié | Non résident


 



Les articles les plus lus !
Plus-value immobilière et travaux réalisés après l’achèvement : exclusion des dépenses de matériaux
PLF2019 : Le Gouvernement propose un régime d’exonération « résidence principale » pour les non-résidents
Revenus de source française : vers un rapprochement du régime de taxation des résidents et non-résidents
PLF2019 : nouveaux assouplissements apportés au Dutreil-transmission en Commission des Finances
PLF2019 : La réduction d’impôt Pinel sera désormais appliquée aux Français de l’étranger
Prélèvement à la source : le TESE ne peut pas être LA réponse aux maux des entreprises
Le Gouvernement propose d’intégrer les inventions brevetables à la réforme du régime fiscal des brevets
Article 151 septies A : l’exonération de la plus-value placée en report d’imposition ne s’applique pas aux prélèvements sociaux
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2018