Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
LFSS pour 2019
PLFR 2018
Loi MUES
Grand débat national
Impôt sur le revenu 2019
PLF 2020
PLFR 2019
Loi de Finances rectificative 2020
Impôt sur le revenu 2020
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Cession d’usufruit temporaire, les zones d’ombre de la réforme

partager cet article

Les principaux enseignements des journées de l’ingénierie patrimoniale

Les 4 et 5 février derniers s’est déroulée la seconde édition des journées de l’ingénierie patrimoniale. Au cours de ces deux journées de nombreux spécialistes (avocats, fiscalistes, notaires, ingénieurs patrimoniaux..) se sont succédés autour de différentes thématiques, dont la cession temporaire d’usufruit, le transfert d’actifs à l’étranger, et les successions transfrontalières.

Olivier Jezequel, Ingénieur patrimonial chez Agami family office fait le point sur les principaux enseignements fiscaux de cette seconde édition des JIP.

Cession et donation d’usufruit temporaire de valeurs mobilières et de biens immobiliers

Cession d’usufruit temporaire les zones d’ombre de la réforme

Depuis le vote de la 3ème Loi de Finances Rectificative pour 2012 (LFR 2012-III), la première cession de l’usufruit temporaire est taxée comme le revenu du bien sous-jacent (revenus fonciers, intérêts, revenus de capitaux mobiliers) et non plus comme une plus-value.

Ce dispositif d’apparence assez simple soulève pourtant de nombreuses interrogations.

On peut notamment se demander comment sera traitée la cession de la pleine propriété d’un bien immobilier acquis en démembrement par deux personnes distinctes, l’une recueillant l’usufruit temporaire et l’autre la nue-propriété.

D’après M. le Doyen J. Aulagnier l’opération doit être considérée comme une cession définitive de la pleine propriété étant donné que le cédant ne récupérera jamais l’usufruit. Il sera ainsi hors du champ d’application du nouveau dispositif.

Pour Stéphane Jacquin, responsable de l’ingénierie patrimoniale chez Lazard Frères Gestion, ce montage représente un très bon moyen pour optimiser la transmission d’un bien comme il le démontre dans l’exemple qui suit :

Une personne souhaite céder à ses enfants la pleine propriété d’un immeuble estimé à 10 millions d’euros.

Elle effectue une donation de la nue-propriété à ces derniers et cède en même temps l’usufruit sur 10 ans à une société imposée à l’IS. Elle impute ainsi la valeur de cet usufruit, (estimé à 23% de la valeur du bien pour une période comprise entre un et dix ans), sur la valeur du bien à transmettre.

Les droits de donation des héritiers sont ainsi calculés sur une base de 7 700 000 €. L’usufruit quant à lui rejoindra sans imposition la nue-propriété au terme des 10 ans.

Commentaires de la rédaction de FOL :

Il convient de préciser que le Professeur Henri Hovasse a également pris parti pour la non application du nouveau régime en cas de cession conjointe de l’usufruit et de la nue-propriété à deux acquéreurs différents. « Il n’y a donc aucun risque pour un propriétaire à céder à deux acquéreurs qui acquièrent en démembrement. Notamment une personne peut vendre l’usufruit et la nue-propriété d’un bien à deux sociétés qu’elle constitue à cet effet, sans que l’article 13, 5 du CGI ne s’applique ». La Semaine Juridique Entreprise et Affaires n° 4, 24 Janvier 2013, 1062.

Les Editions Francis Lefebvre, considèrent en revanche, que l’article 15 de la LFR2012-III s’applique également au schéma controversé.

Il appartiendra à l’administration, dont les commentaires sont attendus, de prendre position sur cette question, sans trahir la volonté du législateur

Autre interrogation, le revenu provenant de la cession temporaire d’actions peut-il être assimilé à un versement de dividendes et profiter ainsi de l’abattement de 40% ?

Pour Maitre Oliver Combe, notaire associé chez KL Associés, il n’y a aucun doute : contenu du caractère non récurent du versement, la réponse est négative.

Les intervenants ont également dénoncé la méthode actuelle de calcul des plus-values provenant de la cession d’un bien en pleine propriété, effectuée à la suite d’une cession d’usufruit temporaire. Celle-ci consiste à soustraire l’usufruit temporaire du prix de revient. Conserver ce mode de calcul entrainerait une double taxation du prix de cession.

newsletter de Fiscalonline

Chronique d’Olivier Jezequel, Ingénieur patrimonial chez Agami family office

Publié le jeudi 14 février 2013
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Autres articles associés aux mots clés :  PVIM


 



Les articles les plus lus !
Bercy adapte les délais et les procédures fiscales dans le cadre de l’épidémie de COVID-19
Abattement pour durée de détention et plus-values mobilières en report : Les sages rejettent la QPC
TVA sur marge et condition d’identité : le Conseil d’Etat valide la réponse Vogel
L’application Fiscalonline est disponible sur l’Applestore (iOS) et Google Play (Android)
Bruxelles exonère de droits de douane et de TVA les importations d’équipements médicaux en provenance de pays tiers
Coronavirus : suspension de la prescription fiscale ne signifie pas suspension des délais des déclarations fiscales
Gérald Darmanin reporte la déclaration des revenus 2019 au 20 avril 2020
Les travaux de démolition totale suivie d’une reconstruction ne sont pas éligibles au dispositif « Denormandie »
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2019/a>