Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
LFSS pour 2019
PLFR 2018
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Les principales mesures à caractère patrimonial du projet de loi de finances rectificative 2012

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Les principales mesures à caractère patrimonial du projet de loi de finances rectificative 2012

GIF - 7.8 ko

Informations sur les principales mesures à caractère patrimonial contenues dans le projet de loi de finances rectificative 2012.


1. Les donations de titres et valeurs mobilières suivies de leur vente dans un délai inférieur à 2 ans ne purgeraient plus les plus-values.

En effet, le prix d’acquisition retenu lors de la vente par le donataire serait, non plus la valeur des titres retenue pour le calcul des droits de donation, mais le prix d’acquisition par le donateur, augmenté éventuellement des droits de donation supportés par le donataire.

En contrepartie, le donataire pourrait bénéficier des abattements pour durée de détention décomptés à partir de la date d’acquisition des titres par le donateur dans le cadre du nouveau régime d’imposition des plus-values de cessions de parts et titres de sociétés qui sera introduit par la loi de finances pour 2013 (pour mémoire, abattements applicables aux cessions réalisées à compter de 2013 de 20%, 30% ou 40% en fonction d’une durée de détention des titres respectivement de plus de 2 ans, 4 ans ou 6 ans).

Cette mesure entrerait en vigueur pour les donations réalisées depuis le 14 novembre 2012.

A titre d’exemple, supposons que Monsieur X détient dans son portefeuille les titres d’une société cotée acquis pour 1,5€ qui sont actuellement valorisés à 15€, et les donne à ses enfants le 16 novembre 2012.

La donation portera sur un bien évalué à 15€ multiplié par le nombre de titres donnés.

A l’issue de la donation, si ses enfants décident de vendre immédiatement leurs titres, en supposant que le cours soit toujours de 15€ et qu’ils n’ont pas payé de droits de donation, ils seront désormais imposés sur la plus-value de 13,5€ par titre, car le prix de revient sera de 1,5€.

S’ils attendent deux ans pour céder leurs titres, leur prix de revient unitaire sera alors revalorisé à 15€ correspondant à la valeur retenue au jour de la donation.




2. L’apport de titres à une société ne bénéficierait plus d’un sursis automatique d’imposition mais serait remplacé par un report d’imposition sur option du contribuable.

Actuellement, les personnes physiques peuvent apporter les titres qu’elles possèdent dans une société soumise à l’IS (société A) à une autre société IS (société B) sans que la plus-value d’apport constatée sur les titres A (égale à la différence entre la valeur au jour de l’apport et le prix d’acquisition initial des titres A) ne fasse l’objet d’une imposition. L’opération est considérée comme purement intercalaire.

La plus-value ne devient imposable qu’en cas de vente des titres reçus en contrepartie de l’apport (titres de B). La vente par B des titres de A est sans incidence sur le sursis d’imposition.

Le projet de loi prévoit de supprimer le bénéfice du sursis automatique d’imposition pour les apports de titres à une société que l’apporteur contrôle.

Désormais, le contribuable aurait à opter pour un report d’imposition ou, à défaut d’option, il serait imposable sur le montant de la plus-value constatée lors de l’opération d’échange dans les conditions de droit commun.

Il serait notamment mis fin au report d’imposition :

- en cas de transmission, de rachat, de remboursement ou d’annulation des titres apportés (titres de A) à moins que la société bénéficiaire de l’apport (B) ne réinvestisse le produit de cession, dans un délai de 5 ans à compter de la date de l’apport, à hauteur de 50% dans le financement d’une activité opérationnelle ;

- en cas de transmission, de rachat, de remboursement ou d’annulation des titres reçus en contrepartie de l’apport (titres de B) ;

- en cas de transfert hors de France du domicile du contribuable.

Cette mesure entrerait en vigueur pour les apports de titres réalisés depuis le 14 novembre 2012.


3. Les cessions à titre onéreux portant sur l’usufruit temporaire de biens seraient imposées dans la catégorie des revenus et non des plus-values.

Les ventes d’usufruit temporaire de biens immobiliers (cession du flux de revenus fonciers futurs) sont actuellement imposées dans la catégorie des plus-values immobilières. C’est à dire au taux de 19% (plus 15,5% de prélèvements sociaux) après l’application d’abattements pour durée de détention qui conduisent à une exonération totale après 30 années de détention.

Avec la réforme, la cession d’usufruit temporaire portant sur des biens immobiliers serait taxée dans la catégorie des revenus fonciers et non plus des plus-values.

L’imposition s’effectuerait donc au barème progressif de l’IR (plus les prélèvements sociaux) et non plus à taux forfaitaire (plus les prélèvements sociaux). Il en serait de même pour les ventes d’usufruit temporaire portant sur des valeurs mobilières (actions, obligations).


NB : Ces mesures ne constituent à ce stade qu’un projet et, pour entrer en vigueur, elles devront être votées en l’état par le parlement et ne pas être censurées par le Conseil constitutionnel s’il est saisi.

A propos de Lazard Frères Gestion


Lazard Frères Gestion est la société de gestion d’actifs française du groupe Lazard créé en 1848 à la Nouvelle-Orléans (160 milliards de dollars d’actifs dans le monde).

Elle bénéficie des moyens d’une grande maison de gestion internationale : présence sur toutes les grandes classes d’actifs, implantation sur les zones géographiques majeures, ainsi qu’une équipe de recherche mondiale composée de 50 analystes dédiés à la gestion d’actifs. Forte de plus d’une centaine de collaborateurs, elle gère à Paris 11 milliards d’euros pour compte de tiers institutionnels et privés.

La gestion financière et le conseil en investissement constituent son cœur de métier.




www.lazardfreresgestion.fr

Consultez notre dossier « Loi de finances rectificative pour 2012-III »

newsletter de Fiscalonline


Publié le mardi 20 novembre 2012

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  Apport-cession | Donation | Usufruit


 



Les articles les plus lus !
Prélèvement à la source, crédits d’impôts et réductions d’impôt : en pratique ?
PLF 2019 : le Sénat a adopté avec modifications le projet de loi en première lecture
Scandale des « CumEx Files » et arbitrage de dividendes : les députés amendent le dispositif adopté au Sénat
Les députés de la majorité proposent de maintenir le taux actuel de la quote-part de la « niche Copé » à 12 %
Plus-value de cession d’un fonds donné en location-gérance : conditions de l’exonération liée à la valeur du fonds
Plus-value et résidence principale : l’occupation de la maison à titre habituel et effectif doit être justifiée
Prise en compte des parts louées dans la détermination du caractère majoritaire de la gérance d’une SARL
Régime fiscal des impatriés : précision sur les salariés appelés pour occuper un emploi en France
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2018