Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Boutique Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Les impacts de la cessation d’activité vis-à-vis du RSI

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Les impacts de la cessation d’activité vis-à-vis du RSI

Par Rodolphe Jactard Juriste chez LegalVision.fr

Rodolphe Jactard

La couverture sociale de l’indépendant est souvent sujet à préoccupation. Nous avons vu les semaines précédentes comment celle-ci fonctionnait. Aujourd’hui, nous allons nous intéresser à ce qui se passe pour un indépendant soumis au RSI, lorsqu’il cesse son activité.

Nous pouvons en effet nous demander ce qu’il advient de sa couverture sociale, puisque l’indépendant n’est plus censé cotiser au RSI. Or, nous savons qu’à défaut de cotisations, il ne peut bénéficier de sa protection.

I. Le prolongement de la couverture pendant un an

En principe, lorsque les cotisations de l’indépendant ne sont pas à jour, il perd sa protection. On pourrait penser qu’en cas de cessation d’activité, tout s’arrête du jour au lendemain. Ce n’est, bien heureusement pas le cas.

Même en cas de cessation d’activité, la protection de l’indépendant relevant du RSI, continue à s’appliquer pendant un an. Toutefois, cette protection ne sera plus que partielle. Elle ne portera que sur les avantages en nature, comme le remboursement des soins médicaux par exemple.

De fait, l’indépendant ne bénéficiera plus des indemnités journalières. Situation logique, puisque l’activité a cessé. Il n’y donc pas besoin, que l’indépendant soit indemnisé pour maladie. Une telle indemnisation serait sans objet.

De la même manière, l’indépendant ne comptabilisera plus de trimestre. Encore une fois, la règle est logique, puisque l’activité n’existe plus. L’indépendant ne travaille plus, donc il ne peut plus comptabiliser des trimestres de travail.

La raison de la survie de la protection est de ne pas laisser l’indépendant, qui a cessé son activité, dépourvu de couverture face à des besoins essentiels, comme le remboursement des soins médicaux.

Suite à l’élection présidentielle, des changements risquent d’être apportés. D’une part, en tant que candidat, Emmanuel Macron, souhaitait supprimer le RSI. L’idée est de l’adosser au régime général, afin que tout le monde puisse bénéficier de la même qualité de service et des mêmes droits. D’autre part, une assurance chômage serait instituée pour les indépendants. Cette mesure pourrait venir remettre en cause le système de couverture actuel. On peut imaginer que les cotisations serait plus importante, mais surtout cela apporterait une protection certaine à l’indépendant, en diminuant la prise de risque liée à l’entreprenariat. Il faut toutefois rester prudent sur ces points et veiller à ne pas les anticiper. Bien que ces propositions soient rassurantes pour les entrepreneurs, elles n’en restent pas moins fictives pour le moment.

II. Le paiement des cotisations

Qui dit cessation d’activité, dit nécessairement régularisation des cotisations. En effet, le RSI va calculer les cotisations selon une évaluation basée sur le chiffre d’affaires de l’année précédente.

Comme l’activité cesse, les appels de cotisations ne sont plus adaptés. C’est pourquoi, il faut réajuster le montant des cotisations. Pour cela, l’indépendant doit, dans les 90 jours de la cessation d’activité, déclarer ses revenus au RSI. Le RSI lui enverra alors un avis, établit sur la base des revenus déclarés. L’entrepreneur aura alors 30 jours pour procéder :

  • Au complément de cotisations dû au titre de la dernière année écoulée
  • Au complément de cotisations dû au titre de l’année en cours.

Bien entendu, la somme à régler tiendra compte des versements qui ont déjà été effectués, via les appels de cotisations.

Si après régularisation il apparaît un trop perçu de cotisation, le remboursement se fera dans les 30 jours de l’émission de l’avis par le RSI.

Dernière précision importante : En principe les cotisations cessent à la date de cessation d’activité de la société. Toutefois, lorsque le liquidateur amiable, nommé à la dissolution, est le gérant TNS de ladite société, les cotisations ne cesseront qu’à la radiation de la société.

En effet, pour les besoins de la liquidation nous avons une survie de la personnalité morale, afin que la liquidation puisse effectivement se faire. Or, durant cette période, le liquidateur va devoir opérer des opérations de gestion commerciale. C’est pourquoi, le RSI considère que le gérant, nommé liquidateur, continue de réaliser des actes de commerce au sens de l’article L.121-1 du code de commerce. Le gérant ne sera donc radié qu’à l’issue des opérations de liquidation. Cette radiation du registre du commerce entrainera également celle du RSI.

Au vu de cette position, il revient à l’affilié de contester cet argumentaire s’il l’estime nécessaire.

Par exemple, il se peut qu’en pratique aucune opération ne soit requise pour radier la société. Cela peut être le cas, notamment, lorsque la société n’est plus qu’une coquille vide et qu’aucune opération de gestion ne soit intervenue entre la dissolution et la radiation de la société. Le gérant liquidateur n’aurait donc plus besoin d’être affilié, puisqu’aucun acte de commerce ne serait donc intervenu.

Ce genre de contestations, sont néanmoins peu efficaces, compte tenue de la difficulté à communiquer avec le RSI.

III. Que faire après ?

Bien que l’indépendant bénéficie d’une survie de sa couverture sociale pendant un an, d’autres moyens existent pour qu’il puisse bénéficier d’une protection sociale. Dans un premier temps, s’il exerçait en parallèle de son activité indépendante, une activité salariale, il bénéficiera à nouveau du régime de la CPAM. Si ce n’était pas le cas, et qu’il trouve un emploi salarié, il devra aller s’inscrire à la CPAM et faire une déclaration de médecin traitant.

De plus, il peut également bénéficier de la couverture du conjoint. L’indépendant peut ainsi être inscrit comme ayant droit de la sécurité sociale de son conjoint (qu’il soit indépendant ou non).

Enfin, comme toute personne, l’indépendant en cessation d’activité pourra bénéficier de la CMU. Pour cela, il devra faire une déclaration auprès du RSI, dernière caisse d’assurance maladie connue.

www.legalvision.fr

newsletter de Fiscalonline

Article de Rodolphe Jactard Juriste chez LegalVision.fr du 6 juin 2017

Publié le mercredi 7 juin 2017

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  alaune | BCRSS15 | Fiscalité des entreprises


 



Les articles les plus lus !
Les mesures fiscales à venir liées aux orientations du Gouvernement en matière de stratégie économique
Assiette des droits de succession sur contrats d’assurance-vie : de la Constitutionnalité de l’article 757 B du CGI
Calendrier de mise à disposition des avis d’impôt 2017
2ème dépense fiscale du budget de l’État, le CIR a atteint 5,42 Md€ en 2016
Plus-values immobilières : les nouveaux imprimés 2017 sont désormais en ligne
ISF : newlook, quid des sociétés immobilières ?
Le Gouvernement constitue son équipe chargée de la reforme d’adossement du RSI au régime général de sécurité sociale
Déclaration de revenus en ligne : le service de correction est ouvert du 1er août au 19 décembre 2017
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2016