Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



La durée minimale de travail à temps partiel est fixée à 24H par semaine

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Temps partiel : durée minimale de 24 heures

JPEG - 12.3 ko

De nouvelles obligations s’imposent aux entreprises qui souhaitent mettre en place le temps partiel. Edouard Cornut-Chauvinc, associé Baker Tilly France, comment les modalités pratiques.

La loi sur la sécurisation de l’emploi a fixé la durée minimale de travail du salarié à temps partiel à 24 heures par semaine.

Une durée de 24 heures minimum

Cette disposition est entrée en vigueur le 1er janvier 2014 ; son application a toutefois été suspendue du 22 février au 30 juin afin, selon les pouvoirs publics, de laisser le temps aux partenaires sociaux de conclure des adaptations au niveau des branches d’activité.

Toutefois, ce délai est de toute évidence insuffisant et la plupart des entreprises se trouvent confrontées depuis le 1er juillet à un cadre législatif extrêmement contraignant.

Le régime est plus souple pour les contrats conclus avant le 1er janvier 2014 : pour ceux-ci, si la loi donne au salarié la possibilité de demander à bénéficier de la durée minimale, elle accorde également à l’employeur la faculté, jusqu’au 31 décembre 20l5, de refuser en invoquant l’activité économique de l’entreprise.

En revanche, pour les contrats conclus depuis le 1er janvier, l’employeur a, dès le 1er juillet, l’obligation de garantir cette durée minimale de 24 heures, à moins de bénéficier de dispositions de branche plus souples ou d’entrer dans le cadre des exceptions définies par la loi.

Des exceptions très limitées

Or, ces exceptions sont très limitées et leur mise en œuvre relève de l’initiative du seul salarié.

Celui-ci peut, sur demande écrite et motivée, solliciter une dérogation à la durée minimale pour faire face à des contraintes personnelles - la loi ne précise pas, cependant, la nature de ces contraintes.

Toujours de manière écrite et motivée, le salarié peut demander une dérogation lui permettant de cumuler plusieurs activités afin d’atteindre un temps plein ou au moins 24 heures - là encore le texte est imprécis et l’on ne sait pas, par exemple, si seules sont visées les activités salariées.

Enfin, les étudiants de moins de 26 ans poursuivant leurs études bénéficient d’une dérogation de droit.

Ajoutons que, dans les deux premiers cas, l’employeur, s’il accepte, devra regrouper les horaires de travail sur des journées ou des demi-journées régulières ou complètes.

Quels que soient les cas de dérogation, il faut bien avoir conscience de leur caractère précaire : en effet, dès lors que les conditions ne seront plus réunies (enfants confiés à une nourrice, perte d’un autre emploi, fin des études...), l’employeur aura l’obligation immédiate de garantir la durée minimale.

Au final, les entreprises sont donc pour la plupart amenées à espérer des aménagements conventionnels de branche, voire à externaliser des tâches faisant jusque-là l’objet d’embauches en direct mais qui ne nécessitent pas 24 heures par semaine.

Baker Tilly France en quelques chiffres :
  • un réseau fédéraliste de 38 cabinets indépendants répartis sur l’ensemble du territoire français, y compris les départements d’Outre-Mer (Guadeloupe et Réunion) et dans la plupart des pays francophones d’Afrique (Bénin, Cameroun, Congo, Côte d’Ivoire, Gabon, Madagascar, Maroc, République Centre Afrique et Sénégal)
  • date de création : 1974 *138 associés et 1200 collaborateurs
  • un siège basé à Paris avec une équipe de permanents
  • chiffre d’affaires : 110 millions d’euros

Baker Tilly France est membre de Baker Tilly International :

  • un réseau de 150 cabinets et 610 bureaux implanté dans 131 pays
  • date de création : 1989
  • placé au 8ème rang des réseaux au niveau mondial
  • 26 000 associés et collaborateurs
  • un siège basé à Londres avec une équipe de permanents
  • chiffre d’affaires : 3,3 milliards de dollars US



www.bakertillyfrance.com

newsletter de Fiscalonline

Commentaires d’Edouard Cornut-Chauvinc, associé Baker Tilly France

Publié le mardi 2 septembre 2014

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  Anoter | BCRSS15


 



Les articles les plus lus !
Précision sur l’abattement sur les plus-values réalisées par les dirigeants de PME partant à la retraite
Prélèvement à la source de l’impôt : les mesures transitoires
Retenue à la source sur les dividendes de source française perçus par une société européenne : l’avocat général de la CJUE rend ses conclusions
Bercy commente la diminution du taux de l’impôt sur les sociétés et les mesures de coordination y attachées
Plus-value : les travaux de remplacement complet de l’installation électrique peuvent venir en majoration du prix d’acquisition
La CJUE retoque partiellement la CSPE et autorise « sous condition » son remboursement
TVA : précisions relatives aux prestations de services se rattachant à un immeuble
Bercy commente les derniers aménagements de la documentation en matière de prix de transfert
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2018