Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



L’art, pas forcément inabordable

partager cet article

artprice



A l’heure où la compétition est de mise sur le marché de l’art, compétition entre les grandes sociétés de ventes, entre les pays souhaitant rester ou devenir des places fortes, entre les artistes pour savoir qui l’emportera sur l’autre ; à l’heure ou le marketing, les effets de mode et l’hypermédiatisation du secteur haut de gamme s’imposent, qu’en est-il réellement des niveaux de prix aux enchères ?

L’art n’est pas inabordable. Il n’est pas un bien exclusivement réservé aux investisseurs bien conseillés et aux initiés fortunés.

Le marché demeure, dans sa grande majorité, un terrain propice aux petits et moyens portefeuilles, avec des occasions d’acquisitions à moins de 5 000 $ qui constituent le plus large panel de l’offre. Les oeuvres adjugées moins de 5 000 $ concernent aujourd’hui 70 % du marché mondial, une part qui se délite à l’aune de la décennie (-5 points depuis 2013) tant les enchères sont portées hautes en Chine et aux Etats-Unis, les deux premières places de marché haut de gamme. Ne croyez pas que cette gamme de prix soit réservée aux seuls « seconds couteaux », aux artistes régionaux ou aux jeunes recrues contemporaines faisant leurs premiers essais en salles de ventes. Il n’en est rien. Les oeuvres accessibles pour moins de 5 000 $ concernent des signatures aussi célèbres et hautement cotées que le maître du XVIIème siècle REMBRANDT VAN RIJN (plus de 60 % des lots vendus moins de 5 000 $. Il s’agit de gravures pour lesquelles il est recommandé de prêter attention à la qualité et à la date des épreuves), la star des photographes japonais Nobuyoshi ARAKI (plus de 80 % des lots vendus grâce à la pléthore de Polaroïds, qui présentent l’avantage d’être des oeuvres originales et uniques), le leader Nouveau réaliste CÉSAR (plus de la moitié des lots vendus) ou la grande artiste franco-américaine Louise BOURGEOIS (40 % des lots, les gravures, sont vendus moins de 5 000 $).

C’est en Europe que l’offre « abordable » est la plus dense et la plus intéressante. De petits trésors sont régulièrement dénichés dans les petites maisons de ventes régionales, ou à Drouot, premier réservoir d’oeuvres d’art en France, qui réunit 74 Sociétés de Ventes Volontaires et offre quelques 500 000 objets et oeuvres à la vente chaque année. Outre les pièces historiques pour lesquelles la France demeure un grenier (à défaut d’une véritable caverne d’alibaba), des pans entiers de l’art du XXème siècle se retrouvent sous-cotés. Puisque la majorité des artistes européens (hormis quelques leaders anglais et allemands) et surtout des artistes français, sont à l’abri de la spéculation, ils demeurent une force vive et abordable pour les amoureux d’art désireux d’acquérir des signatures déjà reconnues et des oeuvres en phase avec leur temps.

Citons par exemple Gérard GAROUSTE, dont la dernière grande toile proposée en salle a recueilli 16 000 euros (environ 22 000 $, Sans titre, 1974, Artcurial Paris, le 5 mai 2014) et dont le dernier dessin à l’encre s’est vendu seulement 700 euros (soit 963 $, Personnages, 1987, Beaussant-Lefevre SARL, Paris, 18 décembre 2013) ; citons encore Jean-Michel ALBEROLA, associé à la Figuration libre, dont une gouache de plus d’un mètre se vendait l’équivalent de 5 300 $ en avril 2014 (La Main qui tient, 1998, 112 cm x 91.5 cm, Tajan Paris, 29 avril 2014), ou Ivan MESSAC, qui fut le plus jeune artiste associé à la Figuration Narrative, et dont une acrylique sur papier de 1975 changeait de mains pour 2 200 $ seulement, à Versailles en avril 2014 également (American Indian Movement, 44 cm x 43.5 cm, Versailles enchères, 27 avril 2014)...

Autant d’artistes qui font partie des grands musées nationaux et de l’histoire de l’art du XXème, tout en demeurant loin, très loin, du flot d’argent généré par leurs cadets américains ou chinois. En-dehors des signatures stars et des effets de mode, toutes les scènes artistiques européennes (et pas seulement les « émergentes ») sont à explorer ou à redécouvrir, d’autant plus aisément que l’accès à l’information n’a jamais été si rapide et aisé.

Communiqué d’Artprice du 27 août 2014

Publié le vendredi 29 août 2014

newsletter de Fiscalonline


Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  Art contemporain | Fiscalité des particuliers





Outil pratique

Toute l'information sur le marché de l’art au meilleur prix

artprice

Artprice.com donne accès à des banques de données qui vous permettent de connaître le prix des oeuvres d'art dans le cadre de vos achats, ventes, déclarations d'assurance d'oeuvres d'art et investissements dans l'art.

Artprice.com est également une place de marché qui permet aux acteurs du marché de l'art de se mettre en relation, pour acheter et vendre des oeuvres d'art. En outre, Artprice.com propose des services complémentaires qui visent à rendre le marché de l'art toujours plus transparent et accessible à tous.



 



Les articles les plus lus !
PLF2019 : nouveaux assouplissements apportés au Dutreil-transmission en Commission des Finances
Création un crédit d’impôt solidarité pour les contribuables hébergeant gratuitement un réfugié
Plus-value immobilière et travaux réalisés après l’achèvement : exclusion des dépenses de matériaux
PLF2019 : Le Gouvernement propose un régime d’exonération « résidence principale » pour les non-résidents
PLF2019 : La réduction d’impôt Pinel sera désormais appliquée aux Français de l’étranger
Revenus de source française : vers un rapprochement du régime de taxation des résidents et non-résidents
La réduction d’impôt au titre des dons aux associations est étendue au prêt à usage d’un immeuble
Prélèvement à la source : le TESE ne peut pas être LA réponse aux maux des entreprises
[+ ...]





Les dossiers d'actualité
Fiscalité de crise
Loi de finances 2010
[+ ...]






version imprimable de l'article Impression

Réagir à l'article

envoyer l'article par mail envoyer par mail

Une difficulté sur le site ?





Les Codes
C.G.I
L.P.F



Inscrivez-vous à notre NEWSLETTER [ ici ]








Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2018