Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Boutique Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Impôt 2015 : déclarer les revenus fonciers

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Impôt 2015 : déclarer les revenus fonciers

Encaisser des loyers oblige le bailleur à passer par la case impôt sur le revenu. Mais il est parfois possible de choisir la voie la moins imposée, voire de constituer un déficit foncier déductible des autres revenus imposables.

Sans surprise, les loyers qu’une personne physique encaisse pour la location d’un ou plusieurs logements sont des revenus soumis à l’impôt sur le revenu. S’il s’agit d’un logement loué nu, les revenus locatifs constituent fiscalement parlant des revenus fonciers.

Les revenus d’un bien immobilier loué meublé sont des bénéfices industriels et commerciaux (BIC) quel qu’en soit le montant, et y compris pour une location meublée ponctuelle.

Pour l’imposition de vos revenus fonciers, donc de vos locations non meublées, la loi vous offre le choix entre deux solutions, si du moins vous êtes un petit bailleur.

Le micro foncier jusqu’à 15.000 €

La spécificité du régime micro foncier, c’est que vous n’avez pas à remplir de déclaration des revenus fonciers 2044 et les charges attachées au logement loué sont prises en compte au moyen d’un abattement forfaitaire pour charges de 30 %. Forfaitaire signifie que cet abattement couvre tous les frais et charges, vous ne pouvez rien déduire d’autre. Vous ne pourrez pas non plus constater un déficit foncier.

Résultat, le revenu foncier net imposable sera toujours égal à 70 % des recettes (les loyers) déclarées, mais on ne vous demandera pas de fournir les justificatifs des dépenses.

Exemple. Vous déclarez 14000 € de recettes pour un logement non meublé. Après application de l’abattement forfaitaire pour charges de 30 %, le revenu foncier net imposable sera de 9800 €.

Ce revenu sera ajouté aux autres revenus de votre foyer fiscal, l’ensemble étant soumis au barème progressif de l’impôt sur le revenu.

Vous aurez également à payer les prélèvements sociaux au taux de 15,5 % sur le revenu foncier net imposable.

Le régime micro foncier est le régime de droit commun, c’est-à-dire qu’il vous est automatiquement appliqué, si le revenu brut foncier annuel encaissé par votre foyer fiscal pour l’ensemble des logements loués, n’excède pas charges non comprises 15000 € par an. Mais vous pouvez le quitter.

Régime foncier réel, comme son nom l’indique

Lorsque vous estimez le régime micro foncier désavantageux, vous pouvez opter pour le régime d’imposition réel. Lorsque vos recettes locatives annuelles excèdent le seuil 15.000 €, le régime réel obligatoire. Il en est de même pour les logements acquis sous un dispositif de défiscalisation même si les loyers n’excèdent pas ce seuil, sauf acquisition en Scellier classique, en Duflot ou en Pinel.

Concrètement, du montant des recettes encaissées, vous déduirez (sur l’imprimé 2044) les charges attachées aux logements loués pour leur montant réel et justifiable. L’article 31 du code général des impôts (CGI) liste les frais et charges déductibles parmi lesquels il y a notamment : les frais d’administration et de gestion qui regroupent les rémunérations des gardiens et concierges, les honoraires et commissions versés à des tiers qui gèrent à votre place les logements loués, les commissions versées à une agence immobilière pour la recherche d’un locataire et la rédaction du contrat de location. Sont aussi admis en déduction les frais de procédure, notamment les honoraires versés à un avocat, un notaire, un huissier de justice, un expert pour le règlement de litiges avec vos locataires avec un entrepreneur ou un prestataire qui a construit l’immeuble.

Sont également déductibles les dépenses d’amélioration, de réparation et d’entretien, les assurances, les charges de copropriété, les intérêts de l’emprunt ayant financé l’acquisition ou la construction du logement, la taxe foncière y compris le prélèvement pour frais de gestion de la fiscalité locale, figurant sur l’avis de taxe foncière.

La taxe d’enlèvement des ordures ménagères (TEOM) n’est pas déductible car elle est récupérable auprès du locataire.

Jusqu’à 10.700 euros déductibles du revenu imposable

Après avoir déduit (sur la déclaration 2044), les charges réelles du montant des recettes brutes encaissées, vous obtenez un résultat positif donc un revenu supérieur aux charges : il s’agit là du revenu foncier net imposable.

Si les charges sont supérieures aux recettes, vous êtes en présence d’un résultat négatif, un déficit foncier, une excellente affaire fiscalement.

Ce déficit foncier à l’exception de la partie due aux intérêts d’emprunt, viendra en déduction de votre revenu brut global dans la limite de 10.700 euros par an (15.700 euros annuels pour les logements acquis sous le dispositif Périssol).

La partie du déficit foncier qui ne peut être imputée parce que votre revenu global est insuffisant ou parce qu’elle est issue des intérêts d’emprunt pourra être déduite des revenus fonciers que vous encaisserez au cours des années suivantes, et cela pendant dix ans.

Attention. La déduction d’un déficit foncier du revenu global est un avantage fiscal considéré par le fisc comme accordé de manière provisoire. Cette déduction ne devient définitive que si la location du logement est maintenue pendant au moins les trois années qui suivent celle au cours de laquelle le déficit foncier a été déduit. Si vous louez plusieurs habitations, cette obligation s’applique à toutes vos locations imposables en revenus fonciers.

Michèle Auteuil de fiscalonline

Application Fiscalonline


Plus d’infos, moins d’impôts ©





Consulter notre dossier :« Déclaration d’impôts 2015 »

newsletter de Fiscalonline

Article de la rédaction du 8 avril 2015

Publié le jeudi 9 avril 2015

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  Déclaration | Fiscalité des particuliers | Revenus fonciers


 



Les articles les plus lus !
Un nouveau dispositif fiscal incitatif viendra se substituer aux régimes « Besson ancien » et « Borloo ancien »
Modalités de déclaration des transferts de sommes d’un montant supérieur à 50.000 €
Le Gouvernement propose de légaliser en droit fiscal le caractère commercial de l’activité de location meublée
Immixtion d’une holding dans la gestion de ses filiales et modalités de déduction de la TVA : Bercy met à jour sa doctrine
Divorce par consentement mutuel sans juge : le gouvernement tire les conséquences fiscales
Les députés instituent une nouvelle dépense de recherche externalisée ouvrant droit au CIR
Les députés aménagent les dispositifs ISF-PME et Madelin pour faciliter la sortie fiscale des investisseurs historiques
Les plateformes en ligne du type Airbnb devront déclarer au Fisc les revenus perçus par leurs utilisateurs
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2016