Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Boutique Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



IR 2015 : impôt sur le revenu et calcul du quotient familial

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Impôt sur le revenu et calcul du quotient familial

L’impôt est calculé en fonction du revenu imposable mais aussi du quotient familial attribué en fonction de la situation et des charges de famille. Certaines personnes ont droit à une majoration de leur quotient familial, en raison de leur situation.

Explications :

Le barème de l’impôt sur le revenu (IR) est fortement progressif, c’est-à-dire que le montant de l’impôt augmente en même temps que le revenu imposable.

Pour atténuer la progressivité du barème fiscal, on a créé à la Libération le mécanisme du quotient familial qui permet de prendre en compte la situation personnelle et familiale des contribuables. Certaines situations personnelles ou médicales (handicap, isolement d’un parent, statut d’ancien combattant etc) peuvent permettre d’augmenter le quotient familial.

Le quotient familial, une valeur sûre

En examinant votre avis d’imposition, vous y trouverez en bas de page une minuscule case sobrement intitulée « QF » suivie d’un chiffre qui est : 1, 2,3, 4, 5, 6 etc.

QF pour quotient familial, un mécanisme qui permet de prendre en compte votre situation familiale et vos charges de famille. Plus le quotient familial est élevé, plus l’impôt diminue. Deux contribuables ayant strictement le même revenu imposable mais un quotient familial différent ne vont pas payer le même montant d’impôt.

Le quotient familial est déterminé au moyen de parts et demi-parts. Plus on a d’enfants, plus le nombre de parts est élevé.

Le chiffre indiqué sur la case QF de votre avis d’imposition correspond au nombre de parts qui a servi à calculer le montant de votre impôt.

Conséquence, il faut systématiquement vérifier que le nombre de parts indiqué sur l’avis d’impôt sur le revenu ne comporte pas d’erreur. Il suffit d’oublier de cocher ou décocher une petite case de la déclaration des revenus pour que votre quotient familial soit erroné.

Il ne faut pas non oublier d’informer le fisc de l’arrivée sur de votre dernier enfant, lorsque vous souscrivez la déclaration des revenus.

Bien calculer le quotient familial

Le quotient familial, c’est-à-dire votre nombre de parts, est inscrit sur votre avis d’imposition. Mais qui le calcule ? L’administration fiscale utilise les informations que vous lui communiquez sur votre déclaration de revenus pour calculer votre quotient familial, et vous en livre le résultat sur votre avis d’impôt.

Le décompte des parts s’établit ainsi :

  • Personne seule : 1 part ;
  • Couples mariés ou pacsés (signataires d’un pacte civil de solidarité) sans enfant : 2 parts ;
  • Chaque enfant à charge pour les deux premiers : une demi-part ;
  • Chaque enfant à partir du troisième : deux demi-parts, donc une part par enfant.
Exemple : un couple marié avec deux enfants à charge aura droit à 3 parts en tout : une part pour chaque conjoint, une demi-part pour chacun des enfants.

Attention, Afin de ne pas avantager exagérément les titulaires de hauts revenus, l’économie d’impôt procurée par un enfant ou par une demi-part supplémentaire est limitée à certains plafonds fixés par la loi. On parle alors des effets du plafonnement du quotient familial.

Situations pouvant donner droit à une demi-part supplémentaires

Vous bénéficiez d’une demi-part supplémentaire pour la détermination de votre QF (quotient familial) si vous remplissez des conditions précises, donc si vous êtes :

  • Célibataire, divorcé (e), séparé (e), veuf ou veuve, vous n’avez plus aucun enfant à charge, et vous avez élevé un enfant pendant au moins cinq années période au cours de laquelle vous viviez seule, et actuellement vous ne vivez pas en concubinage. Votre QF est donc de 1,5 parts si vous remplissez toutes ces conditions.
  • Vous ou votre conjoint êtes titulaire de la carte du combattant ou d’une pension militaire d’invalidité ou de victime de guerre et vous avez plus de 75 ans. Il en est de même si vous avez plus de 75 ans et que votre conjoint décédé après l’age de 75 ans remplissait ces conditions.
  • Vous détenez une carte d’invalidité pour une invalidité d’au moins 80 % ;
  • Vous êtes titulaire d’une pension d’invalidité pour un accident du travail de 40 % ou plus ;
  • Vous êtes titulaire d’une pension militaire pour une invalidité d’au moins 40 % ou plus ;
  • Vous percevez une pension de veuve de guerre.

Selon la règle de non-cumul, une même personne ne peut pas cumuler les demi-parts supplémentaires même si elle remplit plusieurs fois les conditions.

Par exemple, un enfant titulaire d’une carte d’invalidité est aussi le premier enfant à charge d’un parent isolé ne vivant pas en concubinage : cet enfant ouvre droit uniquement à une demi-part supplémentaire, au lieu de deux si cette règle de non cumul n’existait pas.

Le (dé) compte des parts selon l’article 194 du code général des impôts

Situation de familleNombre d’enfant à charge Nombre de parts
Célibataire, divorcé, séparé, veuf, veuve (1) Aucun 1
Célibataire, divorcé, séparé, veuf, veuve ayant élevé seul au moins un enfant pendant au moins 5 ans et vivant seul (e) Aucun 1,5
Marié ou pacsé aucun 2
Célibataire, divorcé ou séparé, vivant seul (e) 1 2
Célibataire, divorcé ou séparé, vivant en concubinage 1 1,5
Marié, veuf, veuve 1 2,5
Célibataire, divorcé, séparé vivant seul 2 2,5
Célibataire, divorcé, séparé vivant en concubinage 2 2
Mari, veuf, veuve 3 3
Célibataire, divorcé, séparé vivant seul 3 3,5
Célibataire, divorcé, séparé vivant en concubinage 3 3
Marié, veuf, veuve 4 4
Célibataire, divorcé, séparé vivant seul 4 4,5
Les partenaires pacsés sont fiscalement assimilés aux couples mariés Ajouter une demi-part pour chaque personne titulaire d’une carte d’invalidité ou bénéficiaire d’une demi-part supplémentaire pour un autre motif

Michèle Auteuil de fiscalonline

Application Fiscalonline


Plus d’infos, moins d’impôts ©


Dossier : Déclaration de revenus 2015 :


  • Déjà publié :
  • A venir :
    • Frais professionnels des salariés pour faire baisser l’impôt
    • Dons, la générosité pour payer moins d’impôts...

newsletter de Fiscalonline

Article de la rédaction du 22 mars 2015

Publié le mardi 24 mars 2015

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  Fiscalité des particuliers | Impôt sur le revenu | Quotient familial


 



Les articles les plus lus !
La règle du rappel fiscal des donations antérieures est conforme à la Constitution
Immixtion d’une holding dans la gestion de ses filiales et modalités de déduction de la TVA : Bercy met à jour sa doctrine
Etat comparatif des impôts prélevés sur la commune de Paris et le 16ème arrondissement
Les députés instituent une nouvelle dépense de recherche externalisée ouvrant droit au CIR
PLFSS 2017 : les spécificités des gîtes ruraux relatives aux cotisations sociales mieux prises en compte
Remboursement du précompte mobilier et affaire ACCOR : Bruxelles saisit la CJUE contre la France
Le Gouvernement propose de légaliser en droit fiscal le caractère commercial de l’activité de location meublée
Un nouveau dispositif fiscal incitatif viendra se substituer aux régimes « Besson ancien » et « Borloo ancien »
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2016