Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Boutique Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Fiscalité des non-résidents : qui est pris qui croyait prendre ?

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Fiscalité des non-résidents- droit communautaire

Qui est pris qui croyait prendre ? Explications !

De Corinne LECOCQ et Mireille CABELI, avocates fiscalistes (Barreau de Paris)

Le 21 octobre dernier, l’Avocate Générale Sharpston a présenté ses conclusions dans le cadre de la demande de décision préjudicielle formée par le Conseil d’Etat (Affaire C-623/13- Mr de Ruyter) relative à la conformité de l’application des prélèvements sociaux aux revenus du patrimoine des non-résidents fiscaux avec la règlementation européenne.

La CJUE examine ici pour la première fois la question des prélèvements sociaux sur les revenus du patrimoine, au regard du champ d’application du Règlement Européen de 1971.

Au cas particulier, ce résident français conteste l’assujettissement de ses rentes viagères versées par un organisme des Pays-Bas, non à l’impôt français, mais aux prélèvements sociaux. Il évoque la non-conformité de ces prélèvements sociaux par l’Etat Français avec ce Règlement qui interdit le cumul de cotisations à un régime de sécurité sociale.

L’intérêt de cette Affaire dépasse le cadre de la contestation des prélèvements sociaux sur les revenus du patrimoine provenant d’un autre Etat de l’Union et atteint la situation des contribuables non-résidents qui supportent ces mêmes prélèvements sociaux sur les revenus et les gains provenant de leur patrimoine immobilier français.

Le contexte est simple : Le législateur français a étendu les prélèvements sociaux aux revenus et gains fonciers de source française perçus par des non-résidents fiscaux, par les dispositions de l’article 29 de la loi 2012-958. A cette occasion, le Conseil Constitutionnel a rappelé que ces prélèvements sociaux (CSG et CRDS pour les principaux) concourent au financement de la sécurité sociale mais ne constituent pas des cotisations ouvrant droit au bénéfice des prestations versées par les organismes de sécurité sociale. Ils relèvent donc de la catégorie d’ « impositions de toute nature » à vocation universelle.

La délicate question de la qualification juridique de ces prélèvements et par là même l’enjeu de leur caractère non contributif défendu par le gouvernement pour justifier d’une unique nature fiscale reste d’actualité mais la question préjudicielle soumise à la CJUE (à laquelle répond l’Avocate générale) va au-delà : L’interdiction absolue de cumul des législations applicables en matière de sécurité sociale (règlement 1408/71 article 13 paragraphe 1) interdit -il les prélèvements sociaux sur les revenus du patrimoine ? En d’autres termes, ces prélèvements, décrits comme étant à vocation universelle et non contributifs entrent ils dans le champ de ce règlement ?

L’analyse est complexe mais la position de l’Avocate générale ne laisse pas de place aux doutes : Contrairement à la position du gouvernement français, le critère déterminant est l’affectation spécifique d’une contribution au financement de la sécurité sociale indépendamment de l’existence de contreparties en termes de prestations (définition du lien pertinent et décisif de la contribution avec les lois qui régissent l’une des branches de sécurité sociale) ; le fait que les contributions ne se substituent pas aux cotisations n’est pas un critère décisif ; Pas plus l’absence de lien avec l’exercice d’une activité professionnelle – voire même l’exercice d’une activité professionnelle - ou encore les modalités de collecte ou de contrôle par les autorités fiscales.

Elle a par conséquent conclu que des contributions prélevées sur les revenus du patrimoine telles que la CSG et la CRDS, le prélèvement social et la contribution additionnelle à ce prélèvement présentent un lien direct et suffisamment pertinent avec les lois françaises qui régissent les branches de sécurité sociale et relèvent du champ du règlement n° 1408/71 du 14 juin 1971, les rendant incompatibles avec les dispositions communautaires.

Qui est pris qui croyait prendre ! Mais que va faire la France en réaction à une condamnation ?

Elle peut décider de se conformer à la sanction et abroger la loi (pour l’avenir). Mais elle peut aussi ne rien faire et laisser les contentieux se déployer.

Les règlements communautaires sont d’application directe en droit interne ; les réclamations contentieuses ayant vocation, dans le délai de prescription, à obtenir le remboursement des prélèvements sociaux sur le fondement leur illégalité doivent par conséquent être déposées jusqu’à ce qu’une décision soit prise sur l’évolution de notre droit, sans attendre la décision de la CJUE et encore moins celle de l’Etat Français.


Corinne LECOCQ


(DESS Affaires et fiscalité PARIS 2), avocate inscrite au barreau de Paris depuis plus de 20 ans et de Luxembourg depuis 1993, est une fiscaliste confirmée, consultant auprès de dirigeants et spécialisée en financement des PME.

En FISCALITE, elle a acquis son expertise pendant plus de 20 ans auprès de grands cabinets (Francis Lefebvre, Landwell, Jeantet) et la dédie aujourd’hui aux entreprises, groupes et personnes physiques au sein de sa propre structure depuis 3 ans. Elle est particulièrement investie sur les sujets de fiscalité des non-résidents. Elle est également fondatrice du service d’ « intelligence patrimoniale » qui consiste à piloter de manière structurée la collecte et la synthèse des informations en vue de la mise en œuvre de décisions au moyen d’un large réseau interprofessionnel indépendant et cross-border (W INVEST 21).

Pour le FINANCEMENT des entreprises, au-delà des missions axées sur leur analyse financière et économique et la détermination puis la mise en œuvre des stratégies de financement sur mesure, elle contribue et favorise le développement d’outils obligataires en financement alternatif au crédit. Pour le suivi de certains dossiers, W INVEST 21 a cofondé une filiale dénommée DELTAWIN dédiée à la mobilisation de capitaux avec la société DELTA INTER MANAGEMENT, acteur expert de ce sujet depuis plus de 10 ans.

Elle pilote sur la sollicitation d’un parlementaire et en tant qu’expert un groupe de travail réunissant banquiers et chefs d’entreprises dédié aux relations Banques / PME et participe régulièrement à l’élaboration d’amendements sur les projets de Lois de Finances.

Elle est Membre de l’ACE réunissant les avocats fiscalistes, mais également membre du Centre des Professions Financières ; Elle est partenaire de la DFCG (Association regroupant les directeurs financiers et contrôleurs de gestion), de la CGPME 75 et de la CCEF (compagnie des conseils et experts financiers). CONTACT : clecocq@avocats-jurisconseil.com (ligne directe : 01 42 84 87 47)

Mireille CABELI-PERETTI


  • Avocat Cour d’Appel de Paris
  • Spécialité Fiscalité
  • DEA Droit des Affaires (Paris II)
  • DESS fiscalité (Paris I)

Ancien Conseil Fiscal, et Avocat depuis 1992, spécialisée en Fiscalité, essentiellement axée sur le contentieux fiscal, auprès des particuliers et des entreprises, elle apporte à sa clientèle l’accompagnement et la prise en charge de toute problématique présentant un enjeu fiscal, forte d’une expertise de plus de vingt années d’exercice dans le domaine du conseil fiscal et patrimonial.

Contact


Corinne LECOCQ : Avocat à la Cour / inscrit au Barreau de Luxembourg
  • (18 rue Duret 75116 PARIS
  • Fixe ld : +33 (0)1.45.00.78.06
  • Port. : +33 (0)6.08.54.79.30
  • Fax : +33(0)1.45.00.87.94
  • clecocq@avocats-lecocqconseil.com
  • www.avocats-lecocqconseil.com
  • (C/O Hance Law
  • 3A Sentier de l’espérance
  • L-1474 LUXEMBOURG
  • Office : + 352 274 404
-*Port. : +33 (0)6.08.54.79.30
  • Corinne.LECOCQ@barreau.lu

newsletter de Fiscalonline

Chronique de Corinne LECOCQ et Mireille CABELI, avocates fiscalistes (Barreau de Paris)

Publié le mardi 2 décembre 2014

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  BCRSS15 | Fiscalité des particuliers | Non résident


 



Les articles les plus lus !
Immixtion d’une holding dans la gestion de ses filiales et modalités de déduction de la TVA : Bercy met à jour sa doctrine
Un nouveau dispositif fiscal incitatif viendra se substituer aux régimes « Besson ancien » et « Borloo ancien »
Le Gouvernement propose de légaliser en droit fiscal le caractère commercial de l’activité de location meublée
Modalités de déclaration des transferts de sommes d’un montant supérieur à 50.000 €
Les députés instituent une nouvelle dépense de recherche externalisée ouvrant droit au CIR
Etat comparatif des impôts prélevés sur la commune de Paris et le 16ème arrondissement
Divorce par consentement mutuel sans juge : le gouvernement tire les conséquences fiscales
PLFSS 2017 : les spécificités des gîtes ruraux relatives aux cotisations sociales mieux prises en compte
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2016