Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Crowdlending : les plateformes jouent la carte de la transparence

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Crowdlending : les plateformes jouent la carte de la transparence

Par David El Nouchi, cofondateur de ClubFunding

Alors que le secteur du financement participatif séduit plus que jamais, les plateformes sont parfois pointées du doigt pour leur manque de transparence. Il est temps de faire bouger les lignes. En jeu : une confiance renouvelée des investisseurs.

Le crowdlending a le vent en poupe ! Alors que seules 26 plateformes existaient en 2015, 180 se partagent ce marché deux ans plus tard.

La bonne santé du secteur est confirmée par la hausse des montants collectés en France sur les plateformes de financement participatif, qui ont atteint 336 millions d’euros en 2017, soit une progression de 44% par rapport à 2016 [2]. Ces résultats démontrent l’attrait des investisseurs comme des emprunteurs pour ce mode de financement, devenu aujourd’hui incontournable. Pour accompagner ce développement, des associations se sont créées, à l’image de Financement Participatif France.

Cette « association des professionnels du crowdfunding » s’est ainsi donné la mission de faire entendre la voix des plateformes auprès des régulateurs mais aussi d’édicter des règles de bonne conduite en vue de prévenir d’éventuelles dérives. Signe d’une vraie tendance de fond, des médias dédiés, comme Crowdlending.fr, ont également émergé dans le but d’analyser chaque plateforme et leurs modèles. Bref, l’ère des pionniers du financement participatif est révolue, place désormais à la consolidation du secteur.

Un manque de transparence pointé du doigt

Et qui dit consolidation, dit régulation et jeu de la transparence. Les régulateurs, avec en première ligne l’AMF et l’ACPR, ont pris dès le début la question en main. L’AMF, en charge du contrôle des conseillers en investissements participatifs (CIP), et l’ACPR, de celui des Intermédiaires en financement participatif (IFP), ont très tôt demandé aux plateformes de communiquer obligatoirement certaines informations, comme le taux de défaut. Et ce, en vue de fournir un maximum de transparence aux investisseurs.

Pourtant, à la suite de contrôles auprès de plusieurs plateformes en 2016, un rapport réalisé conjointement par ces deux institutions [3] a pointé du doigt que « la qualité et la clarté de l’information délivrée via les sites des plateformes concernant leur identification et leur rôle dans le transfert des sommes prêtées et remboursées doivent être améliorées ».

Un an après, c’était au tour de l’UFC Que Choisir d’appeler à davantage de transparence, en particulier sur le mode de calcul du taux de défaut que les plateformes ont l’obligation d’afficher. Des carences que les régulateurs souhaitent pallier avec la directive MIF, entrée en vigueur en janvier dernier, qui vise à renforcer la protection des investisseurs et le rôle de conseil des plateformes.

Aux plateformes de jouer !

Au-delà du cadre réglementaire, les plateformes doivent elles-mêmes se saisir de cet enjeu de transparence. C’est en ce sens que Financement Participatif France a appelé en novembre dernier l’ensemble des plateformes spécialisées en prêt rémunéré, minibons et obligations à publier les mêmes indicateurs d’activité, de performance et de défaut selon une nomenclature commune.

L’objectif : permettre de mieux comprendre et de comparer l’activité de chaque plateforme. Le tout, au profit des investisseurs qui auront désormais accès à un suivi annuel comparable aux autres placements financiers.

Dans un secteur qui gagne en maturité et où la concurrence entre plateformes ne cesse de s’accroître, il s’agit également de faire la lumière sur les modèles de rémunération et le montant des commissions prélevées, qui restent encore peu explicités par les acteurs. Un sujet aujourd’hui essentiel pour consolider et faire durer la relation de confiance avec les investisseurs. In fine, c’est tout le secteur qui sortira gagnant de cette transparence renforcée, et pourra ainsi poursuivre durablement son développement.

  • (1) D’après l’association Financement Participatif France
  • (2) Baromètre du crowdfunding 2017 réalisé par KPMG et l’association Financement Participatif France
  • (3) Rapport annuel du pôle commun AMF-ACPR 2016
A propos de ClubFunding


ClubFunding est le leader français des plateformes de prêts par obligations. Il permet aux PME françaises de financer leur développement grâce à l’émission d’obligations, un mode de financement réservé jusque-là aux grands groupes et aux investisseurs professionnels.

ClubFunding® est un Conseiller en Investissements Participatifs (CIP), régulé par l’Autorité des marchés financiers (AMF) et immatriculé au Registre unique des intermédiaires en assurance, banque et finance (ORIAS) sous le numéro 15001494.

www.clubfunding.fr

newsletter de Fiscalonline

Communiqué du 22 février 2018

Publié le lundi 26 février 2018

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  BCRSS15 | mafiscalite


 



Les articles les plus lus !
Le Conseil d’Etat affine les critères permettant de qualifier la Holding animatrice de groupe
Plus-value de revente de lots dans un immeuble acquis en bloc : utilisation de la méthode des millièmes de copropriété
SCI non immatriculée au 1er novembre 2002 : modalités de calcul de la plus-value immobilière
Exonération de plus-value et appréciation du délai de cinq ans en cas d’exercice de la même activité au sein de plusieurs fonds
Bercy commente la prorogation du crédit d’impôt afférent aux dépenses en faveur de l’aide aux personnes
Transferts intracommunautaires de stocks à l’épreuve de la C3S : la CJUE prend position
Taux de l’impôt sur les sociétés de 2018 à 2022
Le Conseil d’Etat annule la décision de dégrèvement d’IFER dont a bénéficié la Deutsche Bahn
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2018