Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Boutique Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Comment financer les études de ses enfants ?

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Comment financer les études de ses enfants ?

PNG - 8.5 ko

La volonté d’assurer l’avenir de ses enfants, incluant notamment le financement de leurs études supérieures, fait partie des trois objectifs patrimoniaux universellement partagés par les investisseurs au même titre que l’acquisition de sa résidence principale et la préparation de sa retraite.

Ces trois motivations peuvent naître dans un laps de temps assez court, voire se « télescoper » et in fine nécessiter un sacrifice. L’anticipation et la présence d’un coach patrimonial permettent de mettre en œuvre le(s) véhicule(s) le(s) mieux adapté(s) à chaque situation familiale.

Décryptage avec Vincent Dupin, responsable des Techniques Patrimoniales à l’UFF.

Un investissement mensuel de 202 € pendant 18 ans permet de réunir 55 000 €

En 2015, la durée moyenne des études supérieures en France était de 4 ans. Dans le même temps, la dépense globale (logement, vie courante, frais de scolarité) peut aisément atteindre 50 à 55 000 €, et, si les études sont effectuées à l’étranger, ce montant peut augmenter de façon significative, voire doubler. Il est ainsi capital de commencer à consacrer une partie de son épargne au financement des études dès la naissance de ses enfants.

  • Un investissement mensuel de 202 € sur une période de 18 ans (à un taux de rendement de 2,5 % net d’impôts et de prélèvements sociaux) permet de réunir la somme de 55 000 €.
  • Réduire la durée de l’investissement mensuel à 10 ans nécessite d’augmenter l’épargne à 404 € par mois ;
  • Enfin, si un investisseur n’a que 5 ans, l’effort sera beaucoup plus conséquent puisqu’il faudra épargner 861 € chaque mois.

La durée de l’investissement influe directement sur les choix de placements

La durée de l’investissement, imposée par l’âge des enfants lors sa mise en place et comprise entre 0 et 18 ans, a un impact direct sur le choix du ou des véhicules sélectionnés.

Elle indiquera aussi le cadre fiscal le plus adapté (PEA, assurance vie etc...) :

  • Immobilier pour le long terme (c’est-à-dire une durée d’investissement supérieure à 15 ans). Exemple d’investissement : l’immobilier locatif avec le dispositif Pinel, en direct ou au travers de parts de SCPI.
  • Valeurs mobilières pour le moyen terme (c’est-à-dire une durée d’investissement supérieure à 5 ans). Exemple d’investissement : l’assurance vie en unité de compte ou le PEA.
  • Et enfin, taux fixe pour le court terme (c’est-à-dire une durée d’investissement inférieure à5 ans). Exemple d’investissement : l’assurance vie en support euros ou en UC (unités de compte) d’obligations d’entreprises à court ou moyen terme.

Anticiper, c’est également mettre en place une « garantie de bonne fin ».

La disparition potentielle de l’un des parents ne doit pas mettre en péril la réalisation de l’objectif de financement des études des enfants. Il est conseillé de mettre en place une « garantie de bonne fin », consistant en une couverture décès.

En cela, l’immobilier à crédit, à travers l’assurance emprunteur du crédit, peut constituer une réponse parfaitement adaptée à condition de disposer de plus de 15 ans avant le début des études des enfants.

De même, dans le cas d’une épargne financière, la souscription d’un capital décès pendant toute la durée de l’épargne est une solution efficace et facile à mettre en œuvre.




L’UFF en quelques mots


Banque spécialisée dans le conseil en gestion de patrimoine, l’UFF accompagne depuis 1968 ses clients particuliers et chefs d’entreprise dans la réalisation de leurs stratégies patrimoniales. La sélection en architecture ouverte des solutions d’investissement proposées par l’UFF garantit l’indépendance, et l’objectivité de ses conseils. Sa gamme de produits et de services couvre l’assurance-vie, les valeurs mobilières et l’immobilier, tout en intégrant un large éventail de produits destinés plus spécifiquement aux entreprises et à leurs dirigeants.

L’Union Financière de France dispose d’un réseau dense présent partout en France et est composée de 1 500 salariés, dont près 1 200 dédiés au conseil. Au 31 décembre 2015, l’Union Financière de France compte 213 000 clients, dont 189 000 particuliers et 24 000 entreprises.

newsletter de Fiscalonline

Communiqué du 19 juillet 2016

Publié le mardi 19 juillet 2016

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  Anoter


 



Les articles les plus lus !
Le gouvernement précise "a minima" les conditions permettant de déterminer le caractère animateur d’une holding
Prélèvements sociaux sur les locations de biens meubles et immeubles : l’assemblée nationale restaure en commission le texte adopté en première lecture
Vers une obligation des plateformes en ligne à déclarer au fisc des revenus de leurs utilisateurs ?
Bruxelles propose l’application du taux réduit de TVA sur le livre numérique et la presse en ligne
PLFR2016 : Taxe « YouTube » : nouvelle offensive des députés en commission
La Cour des Comptes révèle que les aides de l’État à l’accession à la propriété sont de moins en moins efficaces
« De Ruyter » : pas de remboursement des sommes indument versées au titre de la CSG-CRDS aux résidents hors EEE
Conditions dans lesquelles certains fonds d’investissement peuvent octroyer des prêts aux entreprises
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2016