Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Boutique Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « Logement »
Plan d’action Entreprises
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Cadeaux d’affaires : les règles à respecter

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Cadeaux d’affaires : les règles à respecter

Par Grégoire LECLERCQ, PDG de Itool Systems, éditeur de solutions comptables en ligne

Fin d’année oblige, de nombreuses entreprises réfléchissent aux cadeaux d’affaires, remis dans le cadre d’une relation commerciale. S’ils peuvent être déduits du résultat comptable et ouvrent droit à la récupération de la TVA, ils font aussi l’objet d’une surveillance de la part de l’administration fiscale et répondent à des règles précises. Voici quelques conseils.

Grand classique de la relation commerciale, le cadeau d’affaires obéit à un régime fiscal particulier, pour lequel l’Administration est particulièrement attentive. A plus forte raison qu’il peut être déduit du résultat de l’entreprise et qu’il peut aussi ouvrir droit à la récupération de la TVA. Il convient donc de connaître les règles à suivre pour éviter les mauvaises surprises.

1. Charge déductible

Les cadeaux offerts par l’entreprise à ses clients représentent une charge déductible des bénéfices imposables – impôt sur le revenu ou sur les sociétés – lorsqu’ils sont effectués dans l’intérêt direct de l’entreprise. Si ce cadeau n’excède pas 69 euros TTC par bénéficiaire ou que ce cadeau est spécialement conçu pour la publicité (avec inscription publicitaire apparente et indélébile), cela ne nécessite pas de déclaration particulière.

En revanche, les cadeaux devront être inscrits dans un relevé détaillé des frais généraux lorsque leur montant s’avèrera supérieur à 3000 euros pour l’exercice :

  • sur le relevé spécial n° 2067 à joindre à la déclaration de résultats des sociétés, quel que soit leur régime fiscal ;
  • sur l’annexe n° 2031 ter à la déclaration de résultats, dans le cadre réservé à cet effet, pour les entreprises individuelles soumises à un régime réel d’imposition.

Dans tous les cas, il s’agit de rester raisonnable dans la mesure où l’appréciation du caractère éventuellement exagéré du cadeau sera évaluée par l’administration fiscale. Elle pourrait, si cela était nécessaire, réintégrer son montant aux bénéfices imposables.

2. Seuil de récupération de la TVA.

Conçus à titre publicitaire ou non, les cadeaux d’affaires remis sans contrepartie et dont la valeur est estimée comme « très faible » ouvrent droit à la récupération de la TVA, à condition que l’objet en lui-même n’excède pas 69 euros TTC par année et par destinataire. La valeur du cadeau d’affaires doit correspondre à son prix d’achat ou à son prix de revient si l’entreprise décide soit de le fabriquer elle-même ou de faire procéder à sa fabrication. Les frais de distribution à la charge de l’entreprise doivent être inclus (emballage, port, etc.).

Si le cadeau d’affaires est constitué de plusieurs objets distribués isolément, la valeur d’ensemble est retenue. Elle ne pourra excéder le seuil des 69 euros TTC, par an et par destinataire !

Enfin, une exception importante : si le cadeau d’affaires est remis dans le cadre d’un contrat, gracieusement ou à un prix très inférieur à son prix normal, aucune déduction de TVA ne sera possible ! Par exemple, les brasseurs qui offrent aux bars avec lesquels ils ont un contrat des chaises, tables et parasols. Ou encore les torréfacteurs qui offrent aux cafetiers des tasses et soucoupes… En effet, le fisc estime qu’il est interdit de déduire la TVA grevant des biens offerts sans contrepartie suffisante.

A noter ! Ce principe d’interdiction de récupération de la TVA ne vise que les cadeaux offerts sous forme de biens, les services ouvrant donc droit à déduction (dès lors qu’ils sont rendus dans l’intérêt de l’entreprise).

3. Conseils

Même si le cadeau d’affaires fait l’objet d’une certaine souplesse règlementaire, il est toutefois recommandé de constituer un fichier ou un relevé qui pourra, si nécessaire, justifier son usage, son montant et son bénéficiaire mais aussi les factures qui peuvent s’y rapporter. Vous éviterez ainsi toute confusion en cas de contrôle fiscal.

Une charte interne simple peut également vous aider. Offrez des cadeaux :

  • s’il n’y a pas d’intention d’obtenir une contrepartie particulière ;
  • si l’avantage est en rapport avec l’activité de votre client ;
  • s’il est d’un coût modéré ;
  • s’il n’y a aucune règle interne qui interdit au salarié de votre client de l’accepter.
  • s’il ne s’agit ni de remise d’argent, de prise en charge de frais de transport de proches ou d’invitation à des événementssans lien avec l’activité professionnelle.

newsletter de Fiscalonline

Avis d’expert de Grégoire LECLERCQ du 31 octobre 2017

Publié le mardi 31 octobre 2017

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  Anoter


 



Les articles les plus lus !
SCI familiale : Faire échec aux dispositions de l’article 15-II du CGI est constitutif d’un abus de droit fiscal
Les députés ont adopté l’ensemble du projet de loi de finances pour 2018
Logiciel obligatoire au 1er janvier 2018 : Le vrai et le faux !
Location meublée : quid de la TVA en cas de délégation à un tiers de la fourniture des prestations para-hotelières ?
Plus-values d’échange de titres en report d’imposition : conclusions de l’avocat général dans les affaires Jacob et Lassus
Réforme du crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) : les mesures adoptées
Conditionner la reconnaissance de la qualité de LMP à une inscription au RCS : est-ce constitutionnel ?
Plateformes en ligne : les députés pourraient proposer d’instituer une taxe de séjour allant jusqu’à 5% du prix de la location
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2016