Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
LFSS pour 2019
PLFR 2018
Loi MUES
Grand débat national
Impôt sur le revenu 2019
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Analyse d’un bilan : clés de lecture

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail
JPEG - 12.3 ko

A l’heure où les entreprises publient leurs comptes et organisent leurs assemblées générales, il est important pour les actionnaires ou les associés de savoir analyser un bilan.

Christine Raffray, expert-comptable Baker Tilly France, donne les clés de lecture qui permettent d’identifier si les principaux équilibres financiers sont respectés et si, d’une manière plus générale, l’entreprise est économiquement saine.

Le bilan est la photo d’une entreprise à une date précise. Il est utilisé dans le cadre des relations internes à l’entreprise - avec les associés ou les actionnaires, les salariés -, et des relations avec les fournisseurs, les clients. Il constitue la base des négociations avec les partenaires financiers - banquiers et investisseurs -.

La construction des comptes : des principes généraux incontournables

Les principes généraux sont définis par le Code du commerce  : permanence des méthodes, régularité et sincérité des comptes qui doivent refléter une « image fidèle » de l’entreprise et en traduire la situation économique. En France, le principe de prudence prédomine : des provisions pour risques seront comptabilisées, alors que des plus-values latentes ne seront pas intégrées.

Les exercices comptables sont indépendants les uns des autres. Au sein d’une période donnée sont rattachés tous les produits et toutes les charges.

L’exercice suivant, les compteurs sont remis à zéro.

Rappelons que l’actif représente ce qu’une entreprises possède - les biens, les créances clients - et le passif ce qu’elle doit, d’une part à ses actionnaires - le haut de bilan -, et d’autre part à ses fournisseurs, à ses salariés, à l’Etat (charges sociales, impôts) - le bas du bilan. En d’autres termes, l’actif représente les droits de l’entreprise, et le passif représente ses obligations. Le bilan reflète le patrimoine de l’entreprise, toutes opérations cumulées depuis sa création.

Le compte de résultat est un document d’ordre économique qui définit le résultat, bénéfice ou perte, de l’exercice comptable.

Les points de vigilance

Les états financiers contiennent bien plus d’informations qu’il n’y paraît au premier abord, à condition de savoir comment ils sont construits et d’avoir des repères pour les lire.

Le niveau des fonds propres

Ceux-ci doivent être positifs. Aucun niveau absolu ne peut être défini car cela dépend des entreprises. Il peut y avoir des pertes, mais, en tout état de cause, les fonds propres ne doivent jamais être inférieurs au capital social. Les fonds propres doivent être suffisants pour financer la croissance, mais ils ne doivent pas non plus être excessifs. Trop de réserves, c’est de la trésorerie qui dort !

La trésorerie

En haut du bilan, le fonds de roulement (capitaux propres moins actif immobilisé) est une ressource durable. Positif, il peut permettre de financer le besoin en fonds de roulement (actif circulant moins dettes circulantes), véritable nerf de la guerre au sein de toutes les entreprises. L’addition de ces deux soldes (FR et BFR) constitue la trésorerie de l’entreprise.

Les immobilisations

Outils de l’entreprise, elles doivent être financées par des capitaux permanents (dont les emprunts). La logique est que les biens qui servent à l’entreprise à long terme soient financés par des financements également à long terme.

Les emprunts

Le niveau d’endettement ne doit pas dépasser un certain niveau de fonds propres. On considère généralement que tant que le total des dettes à moyen et long terme reste inférieur aux capitaux propres, l’autonomie financière de l’entreprise est assurée.

La rentabilité

Au niveau du compte de résultat, il existe plusieurs soldes intermédiaires de gestion. Le plus parlant est le résultat d’exploitation, puisqu’il reflète l’activité pure de l’entreprise. Il doit être positif. Attention, concernant le résultat global, celui-ci peut être dégradé, par exemple par des charges financières, ou amélioré, par exemple par des produits financiers des filiales. Dans ce cas, cela ne prouve pas que l’activité économique en elle-même de la société en question soit viable.

Les variations d’une année sur l’autre

Les dirigeants doivent pouvoir expliquer ces variations. Sont-elles dues à une augmentation ou une réduction de l’activité ? A une augmentation des postes de charges ? Si oui, pourquoi ? A des recettes exceptionnelles ?

Les informations contenues dans l’annexe

Selon le Code du commerce, les comptes forment un tout : le bilan, le compte de résultat, l’annexe. L’annexe est un document qui reprend en détail certains postes du bilan et qui, surtout, comporte une partie narrative. Elle doit démontrer que les principes énoncés sont respectés. Elle donne des indications sur ce qui s’est passé dans l’entreprise, sur le détail de certains postes, sur les frais de recherche et développement, sur les éventuels litiges en cours, tels les prudhommes... L’annexe a pour objectif d’attirer l’attention du lecteur sur certains points, de compléter et d’éclairer les données chiffrées. Elle peut être très simple pour les petites entreprises, et extrêmement fournie pour les grandes sociétés, avec par exemple le détail du chiffre d’affaires par pays, par gammes de produits, des précisions sur la qualification du personnel pour démontrer la force et la qualité de l’entreprise.

L’appui d’un expert pour faire les bons choix

Les associés et les actionnaires ont investi dans l’entreprise. Au moindre doute, ou avant de réaliser un investissement supplémentaire, ils auront tout intérêt à faire appel à un expert-comptable qui pourra les aider à décrypter les comptes annuels.

www.bakertillyfrance.com

newsletter de Fiscalonline

Article de Christine Raffray, expert-comptable Baker Tilly France

Publié le mardi 13 mai 2014

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  Anoter


 



Les articles les plus lus !
Report d’imposition de la plus-value d’apport de titres : nouveaux aménagements proposés par le Gouvernement
Cession de l’usufruit temporaire de parts de société à l’épreuve de l’acte anormal de gestion
La qualification de holding animatrice ne saurait être subordonnée à une prise de participation majoritaire
Retenue à la source applicable à certaines sociétés étrangères : le Conseil d’Etat censure le mode de calcul désavantageux de l’article 115 quinquies du CGI
La mise en demeure de déposer la déclaration des revenus du défunt doit être adressée à tous les héritiers
Les titulaires de pensions de vieillesse ou de la carte d’invalidité ne peuvent bénéficier de l’exonération de plus-value en cas de cession de parts de SCI
Taxe GAFA : une approche imparfaite et nécessairement transitoire selon Syntec Numérique
Les mesures fiscales du projet de loi de finances pour 2019 intéressant les ménages
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2019/a>