Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
LFSS pour 2019
PLFR 2018
Loi MUES
Grand débat national
Impôt sur le revenu 2019
PLF 2020
PLFR 2019
Loi de Finances rectificative 2020
Impôt sur le revenu 2020
Loi de Finances rectificative 2020-II
Loi de Finances rectificative 2020-III
Loi de Finances pour 2021
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Aménagement de la convention franco-syrienne

partager cet article

Par une loi du 26 février 2009, le gouvernement a autorisél’approbation de la convention entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de la République arabe syrienne en vue d’éviter les doubles impositions et de prévenir l’évasion et la fraude fiscales en matière d’impôts sur le revenu.

La convention est conforme au modèle de convention de l’OCDE, hormis les aménagements habituels des conventions conclues par la France, notamment pour faire respecter sa législation relative aux sociétés immobilières.


Concernant les impôts visés. art. 1 : En ce qui concerne la France il s’agit de l’IR, de l’IS de la taxe sur les salaires. En ce qui concerne la Syrie, il s’agit de l’impôt sur les bénéfices industriels, commerciaux et non commerciaux, de l’impôt sur le revenu provenant des traitements et salaires, de l’impôt sur le revenu applicable aux non-résidents, de l’impôt sur les revenus du patrimoine mobilier et immobilier et des taxes additionnelles calculées en pourcentage des impôts ci-avant mentionnés ;

Concernant les revenus immobiliers. art. 6 : Ils sont imposables dans l’Etat où ces biens sont situés. Il a été modifié, à la demande de la partie française, afin de permettre une imposition identique des revenus provenant des immeubles dont le contribuable est propriétaire ou de ceux qu’il détient au travers de sociétés.

Concernant les bénéfices des entreprises. art. 7 : Une entreprise d’un Etat contractant qui exerce une activité dans l’autre Etat contractant n’est imposable dans cet autre Etat que si l’activité dans cet Etat est exercée par l’intermédiaire d’un établissement stable et uniquement à raison des bénéfices dégagés par cet établissement.

Concernant les redevances. art. 11 : A la demande syrienne, les redevances provenant d’un Etat contractant et payées à un résident de l’autre Etat contractant sont imposables dans cet autre Etat, l’Etat de la source pouvant toutefois prélever un impôt dans la limite de 15 % de leur montant brut.

Concernant les gains en capital. art. 12 : Il permet à la France d’appliquer sa législation pour l’imposition des plus-values provenant de l’aliénation d’actions, parts ou droits des sociétés ou entités à prépondérance immobilière.

......

Concernant l’élimination des doubles impositions. art. 21 : S’agissant de la France, la méthode retenue est celle de l’imputation d’un crédit d’impôt, qui est calculé de deux façons selon les cas :

  • le crédit d’impôt est égal au montant de l’impôt payé en Syrie dans la limite du montant de l’impôt français correspondant à ces revenus. C’est le cas des bénéfices des entreprises, des revenus provenant d’opérations immobilières, des dividendes, intérêts, plus-values, des rémunérations perçues au titre d’un emploi salarié exercé à bord d’un navire ou d’un aéronef exploités en trafic international, jetons de présence, revenus des artistes et sportifs, pensions ;
  • pour les autres revenus, le crédit d’impôt est égal au montant de l’impôt français correspondant à ces revenus, à condition que leur bénéficiaire soit soumis à l’impôt syrien à raison de ces revenus.

La Syrie élimine la double imposition en appliquant un crédit d’impôt égal au montant de l’impôt payé en France, crédit qui ne peut toutefois excéder la fraction de l’impôt qui se rapporte aux revenus imposables en France.

Dans le cas où certains revenus seraient exemptés d’impôt par la Convention, la Syrie pourrait cependant en tenir compte pour calculer le montant de l’impôt syrien sur le reste des revenus de ce résident.

newsletter de Fiscalonline

Loi du 26 février 2009

n°2009-226, JO 27 fév. 2009, p.3465


Publié le samedi 28 février 2009
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Autres articles associés aux mots clés :  Convention internationale | Syrie


 



Les articles les plus lus !
Impôt sur le revenu : les travaux qui affectent le gros oeuvre d’un bâtiment ne sont pas déductibles
ZRR : des députés proposent de reconduire pour 7 ans le dispositif d’exonération de charges sociales et fiscales
TVA : le Gouvernement autorise l’abaissement à 100 € du seuil des achats en détaxe
Le Gouvernement propose une nouvelle codification du droit applicable aux sociétés cotées à compter du 1er janvier 2021
La majoration de l’usufruit temporaire conduit à taxer un avantage occulte chez le nu-propriétaire
Bruxelles présentera en octobre un plan d’action sur la fiscalité des entreprises pour le 21e siècle
Quand le caractère fictif de la procédure de licenciement conduit à l’imposition de l’indemnité
Report d’imposition de la plus-value d’apport de titres : nouveaux aménagements proposés par le Gouvernement
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2019/a>