Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



A quelle fiscalité sont soumis les Français qui investissent dans l’immobilier américain ?

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

A quelle fiscalité sont soumis les Français qui investissent dans l’immobilier américain ?




Les Français qui diversifient leurs actifs immobiliers outre-Atlantique doivent déclarer leurs revenus et plus-values sur place, puis en France. La convention bilatérale entre les administrations des deux pays empêche toutefois une double imposition. Victor Pagès, fondateur de My Us Investment, cabinet de conseil en immobilier locatif américain, revient sur les points importants de cette fiscalité immobilière made in USA et sur la convention fiscale franco-américaine, liée au domaine immobilier.

Les Etats-Unis attirent les investisseurs français depuis déjà de nombreuses années. Cela a commencé par l’immobilier haut de gamme à Miami et à New York, et cela a continué - depuis les subprimes - avec des biens moins prestigieux, situés dans des villes moyennes américaines, mais souvent plus attractives en termes de revenus fonciers.

Les nouveaux investisseurs, friands de ces dernières opportunités, regardent de près le niveau de l’impôt touchant les revenus fonciers et les plus-values, ainsi que les possibilités d’amortissement du bien.

Imposition des revenus fonciers

Aux Etats-Unis, les impôts sur les revenus issus d’un investissement locatif sont à régler à la ville et à l’état fédéral, explique Victor Pagès. Une fois cette démarche accomplie, ces revenus doivent également être déclarés en France. La Convention fiscale instaurée entre les deux pays permet aux investisseurs français d’éviter la double imposition grâce à un mécanisme de crédit d’impôt obtenu en France.

Aux Etats-Unis

4 étapes sont nécessaires pour déterminer la somme globale des impôts à régler aux Etats-Unis :

  • Calcul du revenu foncier net

Toutes les charges réelles supportées dans le cadre de la gestion du bien sont déductibles des loyers bruts : frais de gestion, assurance, travaux courants, ou encore frais de déplacement (billet d’avion), frais de séjour, etc.

Prenons l’exemple d’un investisseur français qui a acheté une maison de $100.000. Si le loyer annuel brut a représenté $14.000 et que les charges se sont chiffrées à $4.000, le revenu foncier net à déclarer ne sera plus que de $10.000.

  • Amortissement d’une partie du prix d’acquisition

Quel que soit le statut de l’investisseur, une partie du prix de l’acquisition peut être amortie de manière linéaire sur 27,5 ans. Prenons l’exemple d’un investissement locatif de $100.000 qui génère $10.000 de revenu net. La valeur servant de base pour calculer l’amortissement est égale à la valeur du bâti, soit environ 80% de la valeur d’achat :


- 100.000 x 80% = $80.000 (valeur du bâti)
- 80.000 / 27,5 = $2.909 (l’amortissement annuel)
- 10.000 - 2.909 = $7.091 (revenu imposable après amortissement)
  • « Personal exemption »

Chaque propriétaire se voit octroyer un abattement fiscal en valeur nominale. Pour l’année 2013, la somme correspond à $3.800. Cette déduction vient s’appliquer sur le revenu net à déclarer :

7.091 - 3.800 = $3.291 (revenu imposable)
  • Application de la tranche d’imposition

Comme en France, les tranches d’imposition américaines sur le revenu sont progressives. Dans la majorité des cas, les investisseurs sont imposés dans la 1ère tranche à 10%. Celle-ci correspond à des revenus imposables inférieurs à $8.925 pour une personne seule et à $12.750 pour un couple. Au-delà, les tranches marginales sont à 15%, 25%, 28%, 33%, 35% et 39,6%.

3.291 x 10% = $329 d’impôts

Dans notre exemple de bien acheté $100.000, bénéficiant d’un revenu brut de $14.000, l’impôt sur les revenus fonciers ne sera que de $329

En France

Lorsque les revenus américains sont déclarés en France, un crédit d’impôt égal à l’impôt français est octroyé par la convention fiscale (article 24) afin d’éviter la double imposition. Pour calculer ce crédit d’impôt, il faut donc repartir du revenu foncier étranger brut ($14.000) et refaire les calculs en appliquant les règles fiscales françaises sur les revenus fonciers (comme si ces revenus étaient de source française). Ce retraitement permet de calculer un taux d’imposition global effectif en France.

A noter donc que ce mécanisme permet uniquement d’éviter une double imposition et non de payer moins d’impôts !


Imposition de la plus-value immobilière

Aux Etats-Unis

La taxation de la plus-value immobilière aux Etats-Unis est calculée de deux façons :

  • Détention du bien : moins d’un an (« short term capital gain »)

La plus-value tirée de la vente d’un bien immobilier est intégrée aux revenus fonciers. Le propriétaire retombe alors dans le calcul classique de l’imposition sur les revenus fonciers.

  • Détention du bien : plus d’un an (« long term capital gain »)

La taxation de la plus-value immobilière se fait à deux échelons aux Etats-Unis : échelon fédéral et local.

    • A l’échelon fédéral, le taux est fixé selon le taux d’imposition des revenus fonciers. La tranche basse n’est pas imposée ; la tranche médiane est imposée à 15% et la tranche haute à 20% ; Une imposition plus stable et plus avantageuse que la fiscalité française.
    • A l’échelon local, chaque Etat est libre de fixer sa propre taxe, qui vient se rajouter à la taxe fédérale. Par exemple, la Géorgie applique 6% de taxe, la Californie, 13%, alors que la Floride ou le Tennessee n’appliquent aucune taxe sur la plus-value. Il est donc important de veiller à ce critère avant de faire le choix de la ville dans laquelle on souhaite investir en immobilier.

En France

En France, les plus-values immobilières réalisées lors de la vente d’un bien immobilier aux Etats-Unis subissent le même mécanisme que les revenus fonciers, à savoir une double déclaration (conformément à l’article 13 de la convention fiscale franco-américaine) tout en évitant une double imposition. Le mécanisme est plus simple pour les plus-values puisqu’un crédit d’impôt égal à l’impôt américain est octroyé aux Français dans cette situation.

Enfin, il est important de noter que l’imposition sur la plus-value peut être temporairement exonérée si les fonds sont réinvestis dans un autre investissement immobilier sur le sol américain.

newsletter de Fiscalonline

Tribune de Victor Pagès, expert en investissement immobilier aux Etats-Unis

Publié le lundi 16 septembre 2013

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  Impôt sur le revenu


 



Les articles les plus lus !
Plus-value immobilière et travaux réalisés après l’achèvement : exclusion des dépenses de matériaux
PLF2019 : Le Gouvernement propose un régime d’exonération « résidence principale » pour les non-résidents
Revenus de source française : vers un rapprochement du régime de taxation des résidents et non-résidents
Prélèvement à la source : le TESE ne peut pas être LA réponse aux maux des entreprises
PLF2019 : La réduction d’impôt Pinel sera désormais appliquée aux Français de l’étranger
Le Gouvernement propose d’intégrer les inventions brevetables à la réforme du régime fiscal des brevets
Article 151 septies A : l’exonération de la plus-value placée en report d’imposition ne s’applique pas aux prélèvements sociaux
Convention de « management fees » : nouveau cas de remise en cause de la déductibilité de factures intra-groupe
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2018