Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
LFSS pour 2019
PLFR 2018
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



2011 : un cru fiscal inédit

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

2011 : un cru fiscal inédit

Entretien avec Corinne Verrecchia, avocate associée au Cabinet d’avocats Jurisconseil

GIF - 7.7 ko

La pluralité de lois de finances rectificatives nécessite quelques éclaircissements sur certains points dits « sensibles » en attendant le troisième et dernier volet en fin d’année.


JPEG - 33.6 ko
Loi de finances rectificative n°1 du 29 juillet 2011

Fiscalonline : Quelles sont les modifications substantielles apportées à l’ISF ?

Corinne Verrecchia : La loi de finances rectificative, faute de l’avoir supprimé, a procédé à une refonte de l’ISF. Toutefois ayez à l’esprit que 2011 est une année transitoire et que des aménagements ont été spécifiquement prévus dans le cadre de votre déclaration pour cette année.

Les principales modifications concernent le relèvement du seuil d’imposition ainsi que la simplification du barème. Ce dernier cesse d’être progressif pour devenir proportionnel (le taux variant en fonction de la valeur du patrimoine).

Avant la réformeAprès la réforme
Seuil d’imposition 800.000 € 1.300.000 €
Taux Progressif Proportionnel et taxation dès le premier euro :
- 0,25% si patrimoine compris entre 800 000 € et 1 300 000 €
- 0,50% si patrimoine supérieur à 3 000 000 €
Décote NON OUI pour les patrimoines compris entre :
- 1 300 000 € et 1 400 000 €
- 3 000 000 € et 3 200 000 €
Plafonnement Somme d’ISF + impôts de l’année précédente limitée à 85% des revenus NON
Bouclier fiscal Somme des impôts directs limitée à 50% des revenus NON (suppression à compter du 1er janvier 2013, donc le dernier bouclier concerne les revenus 2010)
Retard de paiement Majoration de 5% + intérêts de retard Majoration de 10%

En 2011, vous devez appliquer le barème en vigueur avant la réforme.

Toutefois vous n’êtes imposable que si la valeur nette de votre patrimoine excède 1 300 000 euros. Si tel est le cas, la fraction de votre patrimoine comprise entre 800 000 et 1 300 000 reste soumise à l’ISF.

Les obligations déclaratives sont simplifiées si la valeur nette de votre patrimoine est inférieure à 3 000 000 d’euros : à compter de 2012, vous devrez uniquement porter le montant de la valeur nette de votre patrimoine sur votre déclaration d’impôt sur le revenu sans avoir à produire de justificatifs en principe.

En revanche, si votre patrimoine net est valorisé à plus de 3 millions d’euros vos obligations ne changent pas.

Dans ce contexte, à noter qu’il ne vous est plus demandé de fournir une attestation de la société dont les titres font l’objet d’un engagement collectif dans le cadre du dispositif « Dutreil » (article 1er de la loi).

Pour cette année, la date limite de dépôt de votre déclaration d’ISF a été repoussée au 30 septembre 2011 et s’effectue selon le régime antérieur (i.e. dépôt d’une déclaration distincte de celle de l’impôt sur le revenu accompagnée de justificatifs).


Fiscalonline : La simplification des obligations déclaratives met-elle en péril le bénéfice de la prescription abrégée (trois ans) ?

Corinne Verrecchia : Rappelons que la prescription de trois ans s’applique lorsque l’exigibilité de l’impôt est suffisamment révélée à l’administration fiscale sans qu’elle ait à recourir à des recherches complémentaires (article L. 180 du LPF). Tel est le cas de l’insuffisance de valeur relevée par les services dans une déclaration régulière.

Le nouveau dispositif déclaratif peut-il être considéré comme permettant à l’administration d’avoir une connaissance suffisante des éléments déclarés au sens de la prescription abrégée ?

D’aucuns considèrent que l’administration disposerait d’un délai de reprise de 6 ans, tandis que d’autres estiment que ce délai resterait réduit à 3 ans, la volonté du législateur étant de simplifier les obligations déclaratives et non de pénaliser le contribuable qui bénéficie de cet allègement.

Dans l’attente de précisions, nous vous conseillons vivement de conserver les justificatifs qui vous permettront de justifier du montant indiqué sur votre déclaration d’impôt sur le revenu, voire de rédiger une déclaration selon les règles anciennes pour votre dossier personnel.

Une totale prudence pourrait vous inciter à continuer d’adresser ce dossier avec votre déclaration de revenus pour éviter toute difficulté d’appréciation.

Enfin rappelons qu’une nouvelle disposition prévoit que l’administration fiscale a la possibilité d’écarter la prescription de courte durée si, en ayant un patrimoine compris entre 1 300 000 et 3 000 000, vous omettez de déclarer des comptes ou contrats d’assurance ouverts ou conclus à l’étranger.


Fiscalonline : Faut-il se réjouir de l’assouplissement concernant les biens professionnels ?

Corinne Verrecchia : Concernant les titres de sociétés soumises à l’IS, la notion de bien professionnel unique est assouplie par le législateur : il est dorénavant possible de bénéficier de cette qualification sans que les activités des sociétés dont vous détenez des titres soient similaires ou connexes et complémentaires.

En outre, si l’activité est similaire ou connexe et complémentaire, le caractère normal de la rémunération est apprécié globalement. Si les titres peuvent être qualifiés de bien professionnel unique mais que la similitude ou la connexité et la complémentarité entre les activités font défaut, la rémunération doit alors être normale au sein de chaque structure.

En revanche, il peut être prématuré de se réjouir concernant les entreprises individuelles et les parts de sociétés de personne.

En matière d’entreprises individuelles, le législateur admet désormais, à l’instar de la doctrine administrative, que constituent une seule profession les différentes activités professionnelles exercées par une même personne lorsque ces activités ont entre elles un lien soit de similitude soit de connexité et de complémentarité. (D. adm. 7 S 3313 n°6). S’agissant des parts de sociétés de personnes, il a aussi été procédé à la légalisation de la doctrine permettant de qualifier de bien professionnel unique des parts de sociétés de personnes lorsque l’activité est similaire ou connexe et complémentaire (D. adm. 7 S 3321 n°7).

Néanmoins, pour que ces deux dispositions nouvelles portent pleinement leur effet, un assouplissement de la condition relative à la rémunération semble nécessaire.

Enfin, notez que, s’agissant de l’appréciation de la condition de détention de 25%, une dérogation a été introduite en cas d’augmentation de capital. Il est désormais admis, si d’autres conditions sont par ailleurs satisfaites, que le seuil de détention exigé est rempli dès lors que le redevable détient au moins 12,5% des droits de vote dans l’entreprise à l’issue de l’augmentation de capital.


Fiscalonline : La nouvelle méthode d’évaluation des titres de sociétés à prépondérance immobilière détenus par des non-résidents : la fin des comptes courants ?

Corinne Verrecchia : La valeur vénale des titres d’une société à prépondérance immobilière non cotée, devant être retenue pour le calcul de l’ISF, est évaluée en fonction de l’actif net de cette société.

Pour déterminer l’actif net, il faut retrancher le passif exigible (notamment les comptes courants d’associés) de la valeur actualisée des éléments d’actifs. En conséquence, le financement par apport en compte courant d’une société à prépondérance immobilière permettait de diminuer l’actif et corrélativement l’assiette de l’ISF pour les non-résidents.

Désormais, les créances détenues directement ou indirectement par un non-résident ne sont plus prises en compte dans la détermination de la valeur vénale des titres de sociétés à prépondérance immobilière pour le calcul de l’ISF, ces créances ne pouvant plus venir en diminution de l’actif net. Le financement par apport en compte courant y perd ici un grand intérêt.

Dorénavant, et afin de « conserver un passif » il faudrait envisager d’externaliser le financement en ayant recours classiquement à des prêts bancaires. Ainsi, l’argent dont vous disposiez et que vous comptiez apporter en compte-courant pourrait être offert en garantie.


Fiscalonline : Et si vous payez en retard ?

Corinne Verrecchia : Sachez que la somme que vous devez au titre de l’ISF sera majorée de 10% et non plus de 5%. En revanche, les intérêts de retard ne sont désormais plus exigibles.


Fiscalonline : Devez-vous vous méfier des dons consentis dans les 10 dernières années ?

Corinne Verrecchia : Désormais, pour le calcul des droits de mutation à titre gratuit exigibles lors d’une donation il faudra ajouter la valeur des biens qui ont fait l’objet de donations consenties au profit du même bénéficiaire lors des dix dernières années.

Mais prenez garde, l’administration fiscale aura la possibilité de rectifier la valeur de ces biens transmis antérieurement pour le calcul des droits dus lors de la nouvelle donation.

L’administration dispose en général d’un délai de reprise d’une durée de trois ans mais ce contrôle sur la valeur semblerait lui être acquis sur la période de dix ans évoquée. Une clarification s’imposera sur ce point !


Fiscalonline : L’exit tax

Corinne Verrecchia : Si vous partez à l’étranger alors que vous détenez des participations directes ou indirectes d’au moins 1% dans les bénéfices sociaux d’une société ou bien dont la valeur est supérieure à 1,3 millions d’euros : vous êtes susceptibles de payer des impôts ou, vers les Etats de l’Union européenne, d’avoir à fournir des garanties en contrepartie d’un « sursis de paiement » !

Deux évènements vous permettront de demander le dégrèvement des impositions en sursis ou, le cas échéant, la restitution de l’impôt que vous avez payé :

- le séjour pendant plus de huit ans à l’étranger
- ou le retour en France et l’absence de cession.

Notez, cependant, que dans tous les cas les prélèvements sociaux sont définitivement acquis à l’Etat français.


Loi de finances rectificative n°2 du 19 septembre 2011

- La foudre s’est abattue sur les propriétaires de biens immobiliers ! (hors résidence principale) :

L’abattement pour durée de détention, qui conduisait à exonérer les plus-values réalisées lors de cessions de biens immobiliers détenus depuis plus de 15 ans, est profondément réformé. Le taux est abaissé et devient progressif. Désormais, l’exonération de la plus-value sera acquise au terme d’une détention du bien immeuble au moins égale à 30 ans.

Cette réforme concerne les cessions intervenues à compter du 1er février 2012. Ainsi, vendez bien mais vendez vite si vous détenez votre bien immeuble depuis 15 ans mais depuis moins de trente ans. Vous pouvez céder votre bien jusqu’au 31 janvier 2012 tout en bénéficiant de l’ancien régime.

Avis aux amateurs d’optimisation fiscale : concernant les apports en société de biens immobiliers ou de droits sociaux relatifs à ces biens, le nouveau barème s’applique aux plus-values réalisées depuis le 25 août 2011.

- L’incitation à la maîtrise du déficit :

Si votre déficit est inférieur à un million d’euros vous pouvez l’imputer intégralement (aussi bien en arrière - sur les bénéfices de l’exercice précédent - qu’en avant).

En revanche, si votre déficit excède le million d’euros, vous ne pouvez l’imputer que dans la limite de 1 million d’euros majoré de 60% du bénéfice excédant ce seuil. Ainsi, désormais, si vous réalisez des bénéfices mais que des déficits importants sont en report vous devrez tout de même vous acquitter d’un montant minimum d’impôt sur les sociétés, calculé sur une base de 40% du bénéfice excédant 1 million d’euros.

Par ailleurs, si le report en arrière est désormais limité au bénéfice de l’exercice précédent, vous devriez toujours pouvoir opter pour le report en arrière sur trois exercices lorsque le déficit est réalisé au titre d’un exercice clos avant l’entrée en vigueur de la loi.

- « L’exonération en baisse » des plus-values sur cessions de titres de participations :

Les plus-values sur cession de titres de participation sont toujours exonérées mais il faut désormais réintégrer une quote-part de frais et charges de 10% (et non plus 5%).

Tels sont les points qu’il convenait de souligner à notre sens.


A propos de Corinne Verrecchia
Corinne Verrecchia est avocat associé au Cabinet Avocats Jurisconseil

Elle propose aux entreprises cotées ou non ainsi qu’à leurs dirigeants, aux organismes publics ou du secteur associatif et également aux personnes privées, son expertise fiscale acquise depuis 1993 auprès de cabinets de renommée nationale et internationale (CMS BUREAU FRANCIS LEFEBVRE, LANDWELL- secteur Banques finances- et JEANTET ASSOCIES).

Diplômée d’un DESS de fiscalité et droit des affaires de PARIS 2 (ASSAS) Corinne Verrecchia est membre de l’ACE, de l’IACF et du réseau féminin WIG. Elle a engagé également une démarche d’adhésion auprès de l’association des avocates administrateurs de sociétés (AAA+).

Dans le cadre de son service d’Intelligence patrimoniale, elle collabore avec le MEDEF Ile de France et adhère à la chambre de commerce France-Canada.

www.avocats-jurisconseil.com

newsletter de Fiscalonline

Entretien avec Corinne Verrecchia, avocat associé au cabinet d’avocats Jurisconseil

Publié le lundi 10 octobre 2011

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés : 


 



Les articles les plus lus !
Les députés refusent d’inscrire dans la loi une définition de la « holding animatrice »
Report d’imposition de la plus-value d’apport de titres : nouveaux aménagements proposés par le Gouvernement
Réduction d’impôt « Pinel » en zones B2 et C : maintien de l’extension du délai de réalisation de l’acquisition au 15 mars 2019
Prélèvement à la source, crédits d’impôts et réductions d’impôt : en pratique ?
Scandale des « CumEx Files » et arbitrage de dividendes : les députés amendent le dispositif adopté au Sénat
PLF 2019 : le Sénat a adopté avec modifications le projet de loi en première lecture
Les députés de la majorité proposent de maintenir le taux actuel de la quote-part de la « niche Copé » à 12 %
Plus-value et résidence principale : l’occupation de la maison à titre habituel et effectif doit être justifiée
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2018