Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Boutique Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « Logement »
Plan d’action Entreprises
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Taxe de 3% sur les immeubles : les juges favorables à une décote de 40% en présence d’un commodat

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Taxe de 3% sur les immeubles : les juges favorables à une décote de 40% en présence d’un commodat

En application de l’article 990 D du CGI, les entités juridiques françaises ou étrangères, qui détiennent directement ou indirectement des droits réels sur un ou des actifs immobiliers situés en France, sont redevables d’une taxe annuelle de 3% sur la valeur vénale desdits biens, sous réserve qu’ils ne puissent être exonérés en application des dispositions prévues à l’article 990 E du code précité.

La taxe concerne les immeubles bâtis et non bâtis situés en France et les droits réels portant sur de tels immeubles (usufruit, droit d’usage...). Aucune distinction n’est à faire selon que l’immeuble est donné ou non en location, et selon la nature de la location ou de l’utilisation de l’immeuble.

La base d’imposition exclut la valeur des immeubles affectés par l’entité imposée ou par des entités interposées à leur activité professionnelle autre qu’immobilière ou à celle d’une entité juridique du même groupe.

Rappel des faits

La société SA TSV, immatriculée au Lichtenstein, est propriétaire d’un immeuble situé en France.

Par acte notarié en date du 3 juin 1993, ladite société a consenti un prêt à usage (commodat) d’une durée de 30 ans à Monsieur X, conformément à la volonté de son ancien propriétaire.Considérant qu’elle est redevable de la taxe de 3 % sur la valeur vénale des immeubles possédés en France par certaines personnes morales, au titre de l’article 990 D du CGI, l’administration fiscale a mis en demeure la société de régulariser sa situation au regard des ses obligations déclaratives, par courrier en date du 25 mai 2011.La société a déposé les déclarations relatives à l’assiette de cette taxe le 30 juin 2011 et procédé au paiement pour les années 2005 à 2011.

Par courrier du 31 août 2011, l’administration fiscale a adressé à la société une proposition de rectification sur ce chef d’imposition, en procédant à la réévaluation de l’immeuble concerné.

Le problème au cas particulier était de déterminer quelle décote il était possible d’appliquer à la valeur de l’immeuble assiette de la taxe de 3%.

  • De son côté, la société considère que le commodat accordé pour la jouissance du bien justifie une décote de 90 % sur la valeur vénale, en raison de l’indisponibilité du bien jusqu’en 2023.
  • L’administration considère que la décote de 20 % est suffisante, au regard des stipulations du contrat de commodat.

Par un jugement en date du 19 novembre 2013, le tribunal de grande instance de Paris a jugé que l’application d’une d’une décote de 20 % pour occupation temporaire  était justifiée.

La société a interjeté appel de cette décision le 3 janvier 2014.


Des stipulations du Contrat de prêt à usage la Cour relève :

  • que la SAS TSV, a consenti la jouissance à titre gratuit du bien immobilier à Monsieur X, pour une durée de 30 ans, soit jusqu’en 2023. Il est également précisé que l’usage consenti est l’habitation du bien à titre principal et que le décès de l’emprunteur avant le terme convenu met fin au contrat.
  •  « Le Prêteur s’interdit de demander la restitution des biens prêtés avant l’expiration du terme convenu, quand bien même, il lui surviendrait un besoin pressant et imprévu de ces biens, et ce, par dérogation à l’article 1889 du code civil, sauf accord exprès de l’emprunteur  » (Article 6 de la convention).

Comme le rappelle la Cour, « cette clause vise à restreindre la possibilité du propriétaire d’obtenir la restitution du bien avant le terme convenu ou la fin de l’usage, en supprimant l’action prévue à l’article 1889 du code civil, qui n’est pas d’ordre public. »

« L’argument tiré du fait que la clause laisse une possibilité de restitution anticipée plus favorable par l’accord amiable des parties est inopérant en l’espèce car cet accord ne peut intervenir sans la volonté expresse de l’emprunteur.

Ce dernier ayant vocation à habiter le bien jusqu’à son décès ou ses 96 ans, de par les termes mêmes du prêt à usage, c’est donc à tort que le tribunal a estimé qu’il pouvait être déduit de l’économie du contrat et des liens entre les parties qu’un accord pour la restitution du bien interviendrait si le prêteur souhaitait vendre les biens, »

La Cour en a conclu

    • que l’application d’une décote de 20% pour occupation temporaire ne reflétait pas à sa juste mesure l’indisponibilité temporaire du bien pour la SA TSV jusqu’en 2023 ou au décès de Monsieur X,
    • qu’une décote de 90 ou 75 %, n’était pas justifiée, ne s’agissant pas d’une inaliénabilité quasi-absolue du bien, mais d’une indisponibilité temporaire d’une durée maximale de 30 ans.
    • que l’application d’une décote de 40 % pour tenir compte des contraintes juridiques issues du prêt à usage du 3 juin 1993 d’une durée de 30 ans était justifiée.

Arrêt de la CA Paris du 27 février 2017, n° 14/00177

newsletter de Fiscalonline

Article de la rédaction du 6 mars 2017

Publié le mardi 7 mars 2017

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  alaune | BCRSS15 | Fiscalité des entreprises | mafiscalite


 



Les articles les plus lus !
Les mesures fiscales du projet de budget rectificatif pour 2017 adoptées en première lecture par les députés
Logiciel obligatoire au 1er janvier 2018 : Le vrai et le faux !
Le Sénat a adopté avec modifications le projet de loi de finances pour 2018
Tracfin a présenté son rapport d’analyse 2016
Lutte contre les paradis fiscaux : le parlement européen adopte les recommandations de la commission PANA
Plus-values immobilières : les aménagements opérés par le Gouvernement
Participation et intéressement en faveur des salariés : le Gouvernement lance une concertation avec les partenaires sociaux
Le Gouvernement n’envisage pas la reconduction du crédit d’impôt maître-restaurateur
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2016