Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Boutique Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Régimes matrimoniaux : la vie de 16 millions de couples internationaux bientôt simplifiée

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Régimes matrimoniaux : la vie de 16 millions de couples internationaux bientôt simplifiée

Les députés ont voté jeudi de nouvelles lois déterminant quel juge devra être en charge dans les cas de divorces internationaux et décès. Elles s’appliqueront aux 18 pays qui ont souhaité rejoindre cette "coopération renforcée".

« Grâce à l’adoption de ces règlements, les époux et les partenaires pourront choisir, sous certaines conditions, la juridiction qui sera appelée à se prononcer, il pourra s’agir du droit du pays de résidence ou du pays dont les couples et les partenaires ont la nationalité. Le droit qui aura été choisi, sera celui qui s’appliquera pour l’ensemble des biens, même s’ils sont situés dans des pays différents » a déclaré sur son site le député européen et rapporteur Jean-Marie Cavada.

Ces règlements visent à déterminer quelle juridiction est compétente et quel droit est applicable en matière de régimes matrimoniaux et d’effets patrimoniaux des partenariats enregistrés.

Ils doivent également faciliter la reconnaissance et l’exécution des décisions portant sur ces aspects dans les situations transfrontières. Ils ont pour objet de fixer des règles claires quant au droit applicable en cas de divorce ou de décès, de manière à assurer une plus grande sécurité juridique, ainsi qu’à mettre un terme aux procédures parallèles et aux conflits de procédures entre différents États membres.

Les dix-huit États membres participant à cette coopération renforcée sont la Belgique, la Bulgarie, Chypre, la République tchèque, l’Allemagne, la Grèce, l’Espagne, la France, la Croatie, l’Italie, le Luxembourg, Malte, les Pays-Bas, l’Autriche, le Portugal, la Slovénie, la Finlande et la Suède. Les autres États membres sont libres de s’y associer à tout moment après son adoption. À cet égard, l’Estonie a annoncé son intention de participer à cette coopération après qu’elle aura été adoptée.

Les deux règlements, l’un portant sur les régimes matrimoniaux et l’autre sur les effets patrimoniaux des couples enregistrés, fixeront quel tribunal aura juridiction et quelle loi sera applicable en cas de procédure concernant la propriété des couples internationaux. Elles simplifieront également la reconnaissance et le renforcement du jugement prononcé par un État membre portant sur la propriété dans un autre État membre.

Le mariage et le partenariat continueront néanmoins à être définis par les lois nationales des États membres.

La proposition de règlement vise à établir un corps complet de règles de droit international privé applicables à la matière des régimes matrimoniaux. Elle concerne donc la compétence, la loi applicable, la reconnaissance et l’exécution des décisions rendues en matière de régimes matrimoniaux. Les règles contenues dans la proposition interviennent uniquement dans des situations à caractère transnational.

Le choix fait par le règlement proposé est celui d’un régime unitaire : l’ensemble des biens des époux, quelle que soit leur nature (meuble ou immeuble) et leur localisation, seraient soumis à une seule loi, la loi applicable au régime matrimonial.

Les époux ou futurs époux pourraient choisir ou changer d’un commun accord la loi applicable à leur régime matrimonial, pour autant qu’il s’agisse de l’une des lois suivantes :

  • la loi de l’État dans lequel au moins l’un des époux ou futurs époux a sa résidence habituelle au moment de la conclusion de la convention ; ou
  • la loi d’un État dont l’un des époux ou futurs époux a la nationalité au moment de la conclusion de la convention.

À défaut de convention sur le choix de la loi applicable, la loi applicable au régime matrimonial serait la loi de l’État :

  • de la première résidence habituelle commune des époux après la célébration du mariage ou, à défaut,
  • de la nationalité commune des époux au moment de la célébration du mariage ou, à défaut, avec lequel les époux ont ensemble les liens les plus étroits au moment de la célébration du mariage, compte tenu de toutes les circonstances.

Toutefois, à titre exceptionnel, l’un des époux pourrait demander à une juridiction que la loi applicable soit la loi de l’État dans lequel les époux avaient leur dernière résidence habituelle commune.

Consulter le projet de règlement

newsletter de Fiscalonline

Article de la rédaction du 23 Juin 2015

Publié le vendredi 24 juin 2016

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  Anoter


 



Les articles les plus lus !
Le gouvernement précise "a minima" les conditions permettant de déterminer le caractère animateur d’une holding
Le Gouvernement propose de légaliser en droit fiscal le caractère commercial de l’activité de location meublée
Divorce par consentement mutuel sans juge : le gouvernement tire les conséquences fiscales
Plus-value immobilière : les régimes d’exonération en faveur de la construction de logements sociaux sont prorogés de 3 ans
Plateformes collaboratives : seuils d’affiliation au RSI des personnes exerçant une activité locative
Les députés aménagent les dispositifs ISF-PME et Madelin pour faciliter la sortie fiscale des investisseurs historiques
Prélèvements sociaux sur les locations de biens meubles et immeubles : l’assemblée nationale restaure en commission le texte adopté en première lecture
ETNC : le profit sur les instruments financiers à terme sera imposé au taux de 50%
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2016