Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
LFSS pour 2019
PLFR 2018
Loi MUES
Grand débat national
Impôt sur le revenu 2019
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Quelle est la fiscalité du compte courant d’associé ?

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Pour faire face à un besoin de trésorerie, une société a plusieurs options : faire un emprunt, faire entrer des investisseurs dans la société, procéder à une augmentation de capital ou encore utiliser l’alternative du compte courant d’associé.

Cette possibilité souvent méconnue permet à une société de disposer rapidement et facilement de sommes d’argent, sans diluer son capital social.

I. Remarques préliminaires sur le compte courant d’associé

Sous réserve du respect de certaines conditions, les associés, actionnaires ou dirigeants d’une société ont la possibilité de lui consentir une avance en compte courant, c’est-à-dire de mettre une somme d’argent à sa disposition. En pratique, il s’agit tout simplement d’un prêt, ce prêt pouvant, ou non, faire l’objet d’une rémunération.

Lorsque le compte courant d’associé est rémunéré, le taux est librement déterminé par les parties. La société verse alors annuellement des intérêts à l’associé ou au dirigeant concerné. En principe, ces intérêts sont considérés comme des charges déductibles pour la société et comme des revenus imposables pour l’associé ou le dirigeant.

II. Fiscalité des intérêts pour la société

Les intérêts versés par la société à un associé ou un dirigeant du fait d’un compte courant d’associés sont en principe considérés comme une charge financière déductible, sauf si le taux d’intérêt est trop élevé.

A. Principe de déductibilité des intérêts versés

L’article 39-1-3° du CGI pose le principe de déductibilité des intérêts versés aux associés. Il est affirmé que, seront considérés comme une charge venant directement diminuer le résultat imposable, « les intérêts servis aux associés à raison des sommes qu’ils laissent ou mettent à la disposition de la société, en sus de leur part du capital, quelle que soit la forme de la société. »

De fait, quelle que soit le choix de la structure juridique opéré, les intérêts versés par la société dans le cadre d’un compte courant d’associé viendront diminuer le résultat imposable de cette dernière.

Pour autant, ce principe est assorti de deux limites. Premièrement, le capital social doit avoir été entièrement libéré, c’est-à-dire que l’ensemble des apports effectués par les associés doit avoir été versé sur le compte bancaire de la société. Deuxièmement, il existe une limite à la déductibilité des intérêts versés, cette limite étant directement liée au taux d’intérêt pratiqué.

B. Limite de déductibilité des intérêts versés

Les dispositions du 3° du 1 de l’article 39 du CGI poursuivent en prévoyant une limite à la déductibilité des intérêts versés aux associés. Cette limite vaut pour toutes les sommes mises à disposition de la société par les associés, que la société soit redevable de l’impôt sur les sociétés ou de l’impôt sur le revenu, dès lors qu’elle exerce une activité commerciale ou industrielle.

L’article prévoit que les intérêts versés sont déductibles du résultat imposable de la société tant que le taux pratiqué pour la rémunération des avances consenties à la société ne dépasse par la “moyenne annuelle des taux effectifs moyens pratiqués par les établissements de crédit et les sociétés de financement pour des prêts à taux variable aux entreprises, d’une durée initiale supérieure à deux ans”.

En pratique, c’est la direction générale du Trésor qui établit ces taux, ces derniers faisant l’objet d’une réévaluation tous les trimestres. Par exemple, pour le dernier trimestre de 2018, le taux était de 1,36%.

Dès que le taux choisi pour rémunérer le compte courant d’associé dépasse ce plafond, la fraction excédentaire n’est pas considérée comme une charge déductible, elle ne vient pas en diminution du résultat imposable et elle doit, de fait, faire l’objet d’une réintégration extra-comptable.

De fait, pour une avance en compte courant d’associé de 10.000€ rémunérée à un taux annuel de 4%, la société versera 400€ d’intérêts à l’associé et pourra déduire seulement 136€ de son résultat imposable.

III. Fiscalité des intérêts pour l’associé

L’imposition des intérêts perçus par l’associé a été considérablement modifiée depuis l’entrée en vigueur de la Flat Tax le 1er janvier 2018.

A. Imposition des intérêts avant le 1er janvier 2018

Pour l’associé percevant des intérêts en rémunération d’une avance en compte courant consentie à une société, ces derniers sont considérés comme un produit financier imposable, que l’associé soit une personne physique ou une personne morale.

Les intérêts perçus par un associé personne physique étaient alors soumis au barème progressif de l’impôt sur le revenu (IR) dans la catégorie des revenus de capitaux mobiliers (RCM). Lors du versement des intérêts, un prélèvement obligatoire non libératoire de 24% était effectué. Ce prélèvement venait directement s’imputer sur les revenus perçus l’année suivante sous la forme d’un crédit d’impôt. Si le crédit d’impôt était supérieur au montant d’impôt dû, la fraction excédentaire était alors remboursée.

Pour les personnes percevant moins de 2.000€ annuel de RCM, il était toutefois possible d’opter pour un prélèvement forfaitaire unique de 24%.

En sus du paiement de l’impôt sur le revenu il était nécessaire de s’acquitter des prélèvements sociaux à hauteur de 15,5%, ce qui pouvait conduire à une imposition des intérêts à 60,5% pour une personne soumise au taux marginal d’impôt sur le revenu de 45%.

B. Imposition des intérêts après le 1er janvier 2018

Depuis le 1er janvier 2018, la Flat Tax est venue instaurer une règle simple. Les intérêts perçus sont soumis au PFU - prélèvement forfaitaire unique - de 30% comprenant l’impôt sur le revenu (12,8%) et les prélèvements sociaux (17,2%). Les intérêts ne sont donc plus soumis au barème progressif de l’impôt sur le revenu.

Le prélèvement de 12,8% est réalisé au moment du versement des intérêts, à titre d’acompte. Cet acompte n’est pas nécessaire pour une personne seule dont les revenus annuels sont inférieurs à 25.000€ ou pour une couple dont les revenus annuels sont inférieurs à 50.000€.

Si le prélèvement forfaitaire unique est devenu le principe d’imposition des intérêts versés aux associés dans l’hypothèse d’une avance en compte courant consentie à une société, ces derniers ont toujours la possibilité d’opter pour l’ancien mode d’imposition s’ils estiment que ce choix leur est plus favorable.

Par Sandra Nussbaum, Juriste chez Legalstart. fr

newsletter de Fiscalonline

Article de Sandra Nussbaum, Juriste chez Legalstart. fr

Publié le jeudi 28 mars 2019

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  alaune | BCRSS15 | Fiscalité des entreprises | mafiscalite


 



Les articles les plus lus !
Report d’imposition de la plus-value d’apport de titres : nouveaux aménagements proposés par le Gouvernement
Plus-value mobilière : l’abattement renforcé s’applique aux titres d’une société issue d’une activité exercée antérieurement à titre individuel
Plus-value des non résidents : modèle d’attestation à produire pour bénéficier de la dispense de CSG et de CRDS
Pénalisation fiscale des paiements d’impôts et taxes aux moyens de chèques : le Gouvernement précise les règles pour 2020
Vente d’immeubles par une SCI et appréciation de l’activité de marchand de biens de nature commerciale
L’administration qui reconnait la qualité d’assujetti d’un contribuable ne peut remettre en cause son droit à déduction qu’en cas de fraude
Seuls les actes de chirurgie esthétique à finalité thérapeutique sont exonérés de TVA
Régime fiscal d’une donation-partage à des enfants adoptés sous la forme simple après divorce
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2019/a>