Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
LFSS pour 2019
PLFR 2018
Loi MUES
Grand débat national
Impôt sur le revenu 2019
PLF 2020
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Quelle est la fiscalité de l’augmentation de capital ?

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Lorsqu’une entreprise souhaite augmenter la valeur nominale de ses titres ou émettre de nouveaux titres pour accueillir de futurs associés, elle procède alors à une augmentation de capital. Cette opération sur le capital social a longtemps obligé la société à s’acquitter du paiement de droits d’enregistrement. Depuis le 1er janvier 2019, la fiscalité de l’augmentation de capital a été considérablement adoucie, les droits d’enregistrement ayant été supprimé pour un certain nombre d’opérations sur le capital. Explications.

I. Différence entre augmentation de capital par apports nouveaux ou par incorporation de réserves, bénéfices ou provisions

Il existe deux formes d’augmentation de capital :

  • Augmentation de capital par apports nouveaux : c’est l’hypothèse dans laquelle les associés existants ou les futurs associés décident d’investir dans la société existante en réalisant des apports en numéraire ou en nature. On fait une distinction entre les apports purs et simples et les apports à titre onéreux. En contrepartie d’un apport pur et simple l’apporteur reçoit des titres sociaux, alors qu’en contrepartie d’un apport à titre onéreux il reçoit une contrepartie immédiate (par exemple, prise en charge d’une dette qui incombait à l’apporteur).
  • Augmentation de capital par incorporation de réserves, bénéfices ou provisions : la société se porte bien et les associés décident de se servir de tout ou partie de l’argent présent dans les réserves, bénéfices et provisions pour augmenter le capital social. De fait il n’y a pas d’apports nouveaux mais seulement une modification comptable.

II. Fiscalité de l’augmentation de capital social avant le 1er janvier 2019

A. Droits d’enregistrement en cas d’augmentation de capital par apports nouveaux

Le régime fiscal applicable à l’augmentation de capital par apports nouveaux était identique à celui applicable au moment de la création de l’entreprise.

Les apports purs et simples :

  • Par principe ils étaient soumis au droit fixe de l’article 810 I du Code Général des Impôts, dans sa version applicable avant le 1er janvier 2019, qui précisait que « l’enregistrement des apports donne lieu au paiement d’un droit fixe de 375 € porté à 500 € pour les sociétés ayant un capital d’au moins 225 000 € ».
  • S’il s’agissait d’un apport d’immeuble, de fonds de commerce, de clientèle, de droit au bail, etc., les apports étaient alors soumis à un droit spécial de mutation. Pour autant, il était possible de payer uniquement le droit fixe de l’article 810 I du CGI si l’apporteur prenait l’engagement de conserver les titres reçus en contrepartie de son apport pendant au moins 3 ans.

Les apports à titre onéreux : sauf pour les immeubles, les apports étaient soumis aux droits de mutation ordinaires en fonction de la nature du bien apporté. En cas de prise en charge d’un passif incombant à l’apporteur, le droit spécial de mutation s’appliquait sauf si l’apporteur s’engageait à conserver les titres pendant au moins 3 ans, ce qui entraînait le paiement du seul droit fixe.

B. Droits d’enregistrement en cas d’augmentation de K par incorporation de réserves, bénéfices ou provisions

L’article 812 I du CGI, dans sa version applicable avant le 1er janvier 2019, prévoyait que « l’augmentation, au moyen de l’incorporation de bénéfices, de réserves ou de provisions de toute nature, du capital des sociétés est enregistrée au droit fixe de 375 € porté à 500 € pour les sociétés ayant un capital d’au moins 225 000 € ».

Il n’existait donc pas de droit spécial de mutation pour les augmentations de capital par incorporation de réserves, de bénéfices ou de provision, ce type d’opération étant nécessairement réalisé en numéraire.

III. Fiscalité de l’augmentation de capital social depuis le 1er janvier 2019

Depuis l’entrée en vigueur de la loi 2018-1317 du 28 décembre 2018, les opérations d’augmentation du capital qui donnaient jusqu’à présent lieu au paiement d’un droit fixe de 375€ ou de 500€ en fonction du montant du capital social sont désormais enregistrées gratuitement aux impôts. Ainsi, depuis le 1er janvier 2019, ces opérations sont exonérées de paiement des droits d’enregistrement :

  • les apports purs et simples qui étaient soumis au droit fixe de l’article 810 I du CGI
  • les apports purs et simples d’immeubles, clientèle, droit au bail, fonds de commerce, etc dont l’apporteur s’était engagé à conserver les titres pendant 3 ans
  • les apport à titre onéreux liés à la prise en charge d’un passif par l’apporteur dont l’apporteur s’est engagé à conserver les titres pendant 3 ans.
  • les augmentations de capital par incorporation de réserves, bénéfices et provisions qui étaient soumises au droit fixe de l’article 812 I du CGI.

Si le paiement des droits d’enregistrement disparaît pour un certain nombre d’opérations d’augmentation du capital, l’enregistrement aux impôts reste obligatoire et doit être réalisé dans un délai d’un mois à compter de la prise de décision formelle d’augmentation du capital.

Par Sandra Nussbaum, Juriste chez Legalstart. fr

newsletter de Fiscalonline

Article de Sandra Nussbaum, Juriste chez Legalstart. fr

Publié le mercredi 24 avril 2019

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  alaune | BCRSS15 | Fiscalité des entreprises | mafiscalite


 



Les articles les plus lus !
PLF2020 : la Commission des Finances ramène de 2,5% à 1,1% le taux du droit de partage pour certains partages
Le Gouvernement précise les conditions d’application du statut du conjoint du chef d’entreprise
Holding et exonération fiscale Dutreil : la société doit conserver pendant la durée exigée son rôle d’animation
PLF 2020 : premiers amendements adoptés en Commission des Finances
Report d’imposition de la plus-value d’apport de titres : nouveaux aménagements proposés par le Gouvernement
La Commission de Finances propose la suppression de « trous noirs fiscaux »
Syntec Numérique soutient la proposition de l’OCDE en matière de fiscalité de l’économie numérique
Publication du décret revalorisant de l’AAH à 900 € au 1er novembre
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2019/a>