Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
LFSS pour 2019
PLFR 2018
Loi MUES
Grand débat national
Impôt sur le revenu 2019
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Qualification fiscale de titres de participation : de la difficile appréciation de l’intention de l’acquéreur d’exercer une influence

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Le Conseil d’Etat vient de rendre une nouvelle décision favorable à un contribuable dans le cadre d’un contentieux ou était en jeu la qualification fiscale ou non de titres de participation.

Rappel des faits

La SARL M holding de gestion de portefeuille, a acquis, entre le 21 mars et le 3 septembre 2007, des actions de la société Sarenza, représentant 5,17 % de son capital social. Après une augmentation de capital de la société Sarenza, intervenue le 27 mai 2009 et à laquelle la SARL M n’a pas souscrit, ces actions n’ont plus représenté que 4,34 % du capital social.

Par un acte du 22 décembre 2011, la SARL M a cédé ces titres. A l’issue d’une vérification de comptabilité de la SARL M, l’administration a estimé que la plus-value résultant de cette cession ne relevait pas des dispositions spéciales du a quinquies du I de 1’article 219 du CGI, mais du taux d’imposition de droit commun.

Par un jugement du 22 octobre 2015, le TA de Paris a rejeté la demande de la SARL M tendant à la décharge de la cotisation supplémentaire d’impôt sur les sociétés à laquelle elle a été assujettie au titre de l’exercice clos en 2011. La SARL M se pourvoit en cassation contre l’arrêt du 6 avril 2017 par lequel la CAA de Paris a rejeté le pourvoi qu’elle a formé contre ce jugement.


Pour mémoire, le droit comptable définit les titres de participation comme ceux dont la possession durable est estimée utile à l’activité de l’entreprise, notamment parce qu’elle permet d’exercer une influence sur la société émettrice des titres ou d’en assurer le contrôle.

« Pour être significative, l’influence doit résulter d’une participation effective à la gestion et à la politique financière de la société émettrice. L’exercice de cette influence peut résulter, par exemple, de la présence de représentants au sein des organes de direction de la société émettrice, d’opérations réalisées dans des conditions particulières en raison des liens entre les deux sociétés, d’échange de personnel de direction ou encore d’une dépendance technique ou économique (contrat de sous-traitance). L’importance de la participation dans le capital de la société émettrice susceptible de permettre l’exercice d’une influence dépend des circonstances de fait (Comité mixte de l’Ordre des experts-comptables et des comptables agréés et de la Compagnie nationale des commissaires aux comptes, Bull. COB n° 68, février 1975).

L’influence peut par exemple se caractériser par une détention de titres permettant d’exercer, seul ou dans le cadre d’un pacte d’actionnaires, une minorité de blocage. » BOI-BIC-PVMV-30-10-20170503

Selon la CAA de Paris, « aucun élément du dossier ne permet d’identifier l’implication de la société M dans la stratégie et la gestion de la société Sarenza »

D’ailleurs, elle n’a trouvé au dossier « aucun élément établissant que la société M qui a pour unique activité de gérer son portefeuille de titres, aurait joué à l’égard de la société Sarenza un autre rôle que celui d’investisseur " passif" »

« qu’ainsi et alors même que la prise de participation de la société M dans la société Sarenza a coïncidé avec l’entrée de M. C au conseil de surveillance de cette seconde société et avec la mise en oeuvre d’un plan de sauvetage de cette entreprise, et que cette participation revêtait un caractère significatif, les conditions d’achat des titres en cause ne révèlent pas l’intention de la société M d’exercer une influence sur la société Sarenza  ; que si, en raison de la mise en oeuvre de la procédure de rectification contradictoire, la charge de la preuve de ce que l’inscription des titres en cause dans la catégorie des titres de participation ne serait pas conforme aux règles comptables incombe à l’administration, les éléments permettant de constater l’intention initiale de la société M d’exercer une influence sur la société Sarenza ne sauraient être demandés qu’à la société M ; que faute de ces éléments, et compte tenu des indices en sens contraire précédemment énumérés, c’est à bon droit que l’administration fiscale a estimé que les titres litigieux n’avaient pas le caractère de titres de participation ouvrant droit au bénéfice des dispositions du a quinquies du I de l’article 219 du CGI »

Enfin la Cour a considéré que « si M. C gérant et associé unique de la société M, a siégé au sein du conseil de surveillance de la société Sarenza jusqu’en mai 2009, aucun élément du dossier ne permet de le regarder comme ayant été désigné à cet effet en tant que représentant de la société M et non comme ayant siégé à titre personnel ou en tant que représentant de la société C… finances, société spécialisée dans le placement de fonds ayant joué un rôle de conseil auprès de la société Sarenza à laquelle elle facturait ses prestations » .




Le Conseil d’Etat donne raison à M. A et annule la décision de la CAA de Paris

La haute juridiction souligne que M. A (gérant et l’unique associé de la SARL M), a été désigné comme l’un des cinq membres du conseil de surveillance de la société Sarenza en vertu des stipulations du pacte conclu entre les actionnaires de cette société, le 22 mai 2007, à une date correspondant, à la prise de participation de la SARL M. dans la société Sarenza.

« La cour ne pouvait, sans erreur de droit, pour juger que les titres en cause n’avaient pas le caractère de titres de participation, se fonder sur la circonstance, sans rapport avec les conditions d’achat des titres, qu’aucun élément du dossier ne permettait d’établir que M. A… aurait été désigné au conseil de surveillance de la société Sarenza en tant que représentant de la SARL M. La cour a également commis une erreur de droit en se déterminant au vu des conditions d’exercice du mandat de M. A… au conseil de surveillance, alors qu’il lui appartenait d’apprécier, au vu des conditions d’achat des titres, l’intention initiale de la SARL M d’exercer une influence et ses moyens de l’exercer. »




Arrêt du Conseil d’État, du 29 mai 2019, 411209

newsletter de Fiscalonline

Article de la rédaction du 31 mai 2019

Publié le samedi 1er juin 2019

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  alaune | BCRSS15 | Fiscalité des entreprises | mafiscalite


 



Les articles les plus lus !
Plus-value des non résidents : modèle d’attestation à produire pour bénéficier de la dispense de CSG et de CRDS
Vente d’immeubles par une SCI et appréciation de l’activité de marchand de biens de nature commerciale
Régime fiscal d’une donation-partage à des enfants adoptés sous la forme simple après divorce
Report d’imposition de la plus-value d’apport de titres : nouveaux aménagements proposés par le Gouvernement
Seuls les actes de chirurgie esthétique à finalité thérapeutique sont exonérés de TVA
Plus-value mobilière : l’abattement renforcé s’applique aux titres d’une société issue d’une activité exercée antérieurement à titre individuel
Plus-value immobilière : le Gouvernement n’envisage pas de remettre en cause l’exonération « résidence principale »
Conditions d’éligibilité à la réduction d’impôt d’un don versé à une collectivité territoriale
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2019/a>