Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Primauté de l’autorité de la chose jugée au pénal sur le contentieux fiscal : application du principe à une situation singulière

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Chronique de Jérôme Granotier, Associé et Claire Anguillaume du cabinet Bignon Lebray.

Par un arrêt du 16 février 2018 (n°395371), le Conseil d’Etat a statué sur les conséquences de la décision d’une juridiction pénale postérieure à une décision de la juridiction administrative dans le cas où les deux juridictions ont eu à connaître des mêmes faits.

Cette décision est l’occasion de revenir sur les relations entre le juge pénal et le juge administratif lorsqu’ils ont à traiter des mêmes faits en matière fiscale.

Rappel des faits et de la procédure

Les faits étaient les suivants :

A la suite d’un examen contradictoire de sa situation fiscale personnelle, une gérante-associée d’une société de droit anglais a fait l’objet d’un redressement au titre des revenus réputés distribués sur le fondement de l’article 109 I du Code général des impôts. Pour fonder son imposition, l’administration fiscale a apporté la preuve, d’une part, de l’existence d’un établissement stable de la société anglaise en France et, d’autre part, de la qualité de « maître de l’affaire » de la gérante. Cette imposition a été confirmée tant par le tribunal administratif de Nice le 17 mai 2013 que par la Cour administrative d’appel de Marseille le 20 octobre 2015. La gérante s’est alors pourvue en cassation devant le Conseil d’Etat.

Parallèlement à l’action engagée devant le juge de l’impôt, une action pénale pour fraude fiscale était intentée à l’encontre de la gérante.

La Cour d’appel d’Aix-en-Provence, saisie de l’affaire, a relaxé la gérante des chefs de soustraction frauduleuse à l’établissement et au paiement de la TVA et de l’impôt sur les sociétés, faute d’éléments suffisants dans le dossier de nature à caractériser l’existence d’un établissement stable (arrêt du 29 mars 2016).

Le Conseil d’Etat a donc dû statuer sur la demande d’annulation de l’arrêt de la Cour administrative d’appel de Marseille en ayant connaissance de la décision postérieure, contraire et revêtue de l’autorité de la chose jugée de la Cour d’appel d’Aix- en-Provence.

Principe de l’autorité de la chose jugée au pénal sur le juge administratif

Pour rappel, depuis le début du XXème siècle, le Conseil d’Etat a reconnu l’autorité de la chose jugée au pénal sur le juge administratif (Conseil d’Etat Vesin 12 juillet 1929 ; Lebon 716).

Cela signifie que les faits reconnus par le juge pénal et qui ont fondé la décision de ce dernier ne peuvent pas faire l’objet d’une interprétation contraire par le juge administratif au nom de la « chose jugée ». Ce principe a été institué dans le but d’une bonne administration de la justice.

Plus précisément, et ainsi que le rappelle le Conseil d’Etat dans la présente affaire, l’autorité de la chose jugée s’attache à certains jugements et faits.

D’une part, seuls les jugements définitifs sont revêtus de l’autorité de la chose jugée ce qui correspond aux seules décisions qui ne peuvent plus faire l’objet de recours. D’autre part, seules les constatations matérielles des faits ayant servies de support au dispositif peuvent revêtir cette autorité ce qui exclut les faits non établis et douteux. Autrement dit, seuls les faits clairement établis par le juge pénal à savoir les faits corroborés de preuves suffisantes de nature à attester de leur véracité sont concernés dès lors qu’ils ont servi à fonder la décision.

Pour préserver cette primauté du juge pénal vis-à-vis du juge administratif, l’autorité de la chose jugée revêt deux caractères, ainsi que le rappelle le Conseil d’Etat.

Premièrement, l’autorité de la chose jugée a un caractère absolu c’est-à-dire que les constatations de fait sont revêtues de l’autorité de la chose jugée à l’égard de tous et non pas uniquement des parties.

Deuxièmement, le moyen tiré de l’autorité absolue de la décision répressive est d’ordre public, c’est-à-dire que le juge peut relever d’office le moyen tiré de la fin de non-recevoir issue de l’autorité de la chose jugée.

Apport de l’arrêt

La problématique que devait trancher le Conseil d’Etat était inédite car la décision pénale était postérieure à l’arrêt de la Cour administrative d’appel dont la cassation était demandée.

Ainsi, il convenait de déterminer si l’autorité de la chose jugée d’une décision pénale intervenue postérieurement à une décision administrative pouvait être invoquée en cassation pour annuler ladite décision administrative.

Le Conseil d’Etat a répondu par l’affirmative.

Cette décision est novatrice au regard des principes entourant le contrôle de cassation par le Conseil d’Etat.

En effet, en principe, le Conseil d’Etat n’annule l’arrêt d’une Cour administrative d’appel que lorsque celui-ci est entaché, entre autres, d’une erreur de droit ou d’une erreur de fait (dénaturation) à la date de son prononcé.

Or, dans le cas d’espèce, le Conseil d’Etat a jugé que la Cour administrative d’appel n’avait pas dénaturé les faits qui lui avaient été soumis en constatant l’existence d’un établissement stable.

Pourtant, la Haute Juridiction a censuré cet arrêt en ce qu’il procédait à des constatations de fait contraires à un arrêt rendu postérieurement en matière pénale. Le Conseil d’Etat a, ainsi, fait prévaloir l’autorité absolue de la chose jugée au pénal sur le juge administratif alors même que ce dernier n’avait commis aucune erreur dans sa décision. Cette position est justifiée parce que les faits en question ont été clairement établis par le juge pénal et n’étaient dès lors susceptibles d’aucune équivoque.

Juger différemment aurait entraîné une contradiction de décision entre le juge pénal et le juge administratif alors que les faits ayant motivé ces décisions sont identiques.

Cet arrêt nous enseigne qu’il peut être opportun, lorsqu’une action pénale est engagée parallèlement sur la base des mêmes faits, de persévérer dans l’action administrative, tant qu’une décision pénale n’est pas revêtue de l’autorité de la chose jugée. En effet, les redressements fiscaux contestés devant le juge de l’impôt peuvent être remis en cause par une décision pénale postérieure même lorsque la décision est invoquée pour la première fois devant le Conseil d’Etat.


Arrêt du Conseil d’Etat du 16 février 2018 (n°395371)

newsletter de Fiscalonline

Chronique Jérôme Granotier, Associé et Claire Anguillaume du cabinet Bignon Lebray

Publié le mardi 17 avril 2018

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  alaune | BCRSS15 | Fiscalité des entreprises | mafiscalite


 



Les articles les plus lus !
L’épargne-retraite vue par le projet de loi PACTE : on change tout !
Plongée en eaux troubles du contrôle des comptabilités informatisées
Cession des titres reçus dans le cadre d’un partage : les modalités de la calcul de la plus-value sont constitutionnelles
Pinel : Prorogation du délai légal d’achèvement des logements acquis en l’état futur d’achèvement en cas de force majeur
Délivrance irrégulière de documents permettant de bénéficier d’un avantage fiscal : de la constitutionnalité de l’amende de 25%
Petite pause estivale...on revient de 30 juillet
Le Ministre des Comptes publics a décidé de supprimer 25 petites taxes
BEPS : publication de la loi autorisant la ratification de « l’instrument multilatéral »
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2018