Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Boutique Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Pourquoi la blockchain va universaliser le crowdlending

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Pourquoi la blockchain va universaliser le crowdlending

Par Alexandre Azoulay, président de SGH Capital et d’ORIGIN Investing

Encore jeune, le secteur du crowdlending ne représente pas encore un concurrent sérieux pour le monde bancaire. Même si, à T3 2015, le cumul total des fonds levés atteignait 46 millions d’euros en France, le crowdlending ne pèse que 0,8 % sur le marché total des prêts bancaires aux entreprises. Reste qu’avec l’arrivée de technologies comme la Blockchain, les lignes devraient bouger dans les 10 prochaines années.

« En 2025, la Blockchain fera l’objet d’une adoption massive » nous rapporte une étude menée par l’entreprise conseil Accenture. Et, à en juger par les multiples esquisses d’adoption entamées ces 12 derniers mois dans le monde entier, la prédiction peut être prise au sérieux : Smart Contracts pour le droit ; sanctuarisation des registres cadastraux pour l’immobilier ; détection des contrefaçons pour l’e-Commerce ; etc.

Pour le secteur du crowdlending, il s’agit probablement là du « blockchainon » manquant au bon développement de ces plateformes au potentiel immense. La chaine de blocs leur permettrait de mettre en place une automatisation robuste et surtout intangible des processus et par extension de rendre leur offre plus « liquide ». Les entreprises clientes bénéficieraient ainsi d’un service simple et rapide intégrant doté d’une évaluation fiable du risque, le tout pour des coûts transactionnels quasi nuls.

Une chaîne de valeur automatisée de A à Z

Mais cette automatisation des prêts à l’économie ne servira pas les intérêts seuls des crowdlenders. Cela va beaucoup plus loin. Sachant que dans un futur proche les bilans des entreprises seront gérés par des ERP pourvus d’une intelligence artificielle à la fois micro et macro-économique, on sait d’ores et déjà que ces mêmes progiciels de gestion assureront automatiquement l’optimisation des charges financières et des coûts de livraison, le financement des factures selon les besoins de paiement, etc. Concrètement, tous les paramètres qui influencent le compte de résultat seront interprétés et ajustés en temps réel, sur des informations internes / micro-économiques, mais aussi sur des paramètres exogènes / macro-économiques tels que l’inflation ou les indices de prix des matières premières. Il faudra cependant attendre encore quelques années avant que l’ensemble des flux d’informations relatifs aux entreprises soit immédiatement indexé et disponible au sein d’une Blockchain. Qu’elle soit publique ou privée à l’image de celle développée par le consortium R3. Par extension, on imagine sans peine que, dans une PME, le directeur financier - ou le dirigeant lui-même - sera suboptimal en termes de gestion financière et opérationnelle face à cette chaîne de valeur digitale.

TPE : Pas de Blockchain ? Pas de crowdlending !

Si le crowdlending est assurément la passerelle vers un marché financier encore difficile d’accès pour les SAP, Sage et autres outils de pilotages budgétaires, les plateformes de crowdlending actuelles restent encore trop légères face aux risques intrinsèques à leur portefeuille. Pire, au-delà de cette impossibilité de vérifier les transactions d’une PME, les plateformes actuelles font le pari du jeu statistique pour compenser une information imparfaite. On retrouve ici le même schéma appliqué aux produits financiers synthétiques immobiliers entre 2003 et 2007 aux Etats-Unis. Avec le résultat que nous connaissons… Ne perdons pas de vue que le risque réel ne disparaît jamais s’il n’est pas identifié et compensé. Bref, en attendant l’intégration de la Blockchain, les plateformes de crowdlending devront donc se limiter à des PME de tailles minimales, pour lesquelles l’évaluation du risque est possible et remettre à demain le traitement des TPE à des montants unitaires faibles.

L’humain comme simple déclencheur de décisions

En parallèle, une nouvelle génération de plateforme est déjà en développement : des plateformes hyper décentralisées sur lesquelles le scoring holistique des emprunteurs sera nourri par plusieurs centaines de points de références.

L’authentification progressive par des horodateurs virtuels (Ledgers) de l’ensemble des transactions et documents économiques élimine le doute et réduit le risque. Il faut imaginer une chaîne logistique universelle dans laquelle l’humain ne fait que déclencher une décision, avant d’en être affranchi par l’intelligence artificielle. Les robots dans les usines, la logistique autonome (par drones routiers et aériens) et la virtualisation des opérations financières créent une supply chain constamment optimale. On se rapproche de la théorie libérale du marché pur et parfait, sans impact humain et également du coût marginal zéro avancé par Jérémy Rifkin.

Aujourd’hui il y a encore du pain sur la planche et, comme disait Saint-Exupéry, prévoir l’avenir est une chose, mais encore faut-il se donner les moyens de le rendre possible !

A propos de SGH CAPITAL


Depuis 2011, SGH CAPITAL a commencé à investir aux Etats-Unis et en Europe dans des projets qui couvrent l’intégralité de la chaîne de valeur : digitalisation du transport routier, maritime et aérien (Fretlink, GoLorry, Milezero), émission de certificats (Accredible), analyse des datas financières (Leapyear, sigopt), ERP pour les PME cloudbased et incorporant de l’Intelligence Artificielle (InDinero, Freddelacompta), places de marché obligataires automatiques (DirectMatch).

newsletter de Fiscalonline

Communiqué du 8 juillet 2016

Publié le vendredi 8 juillet 2016

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  Anoter | Efisc


 



Les articles les plus lus !
Bruxelles propose l’application du taux réduit de TVA sur le livre numérique et la presse en ligne
Prélèvements sociaux sur les locations de biens meubles et immeubles : l’assemblée nationale restaure en commission le texte adopté en première lecture
Vers une obligation des plateformes en ligne à déclarer au fisc des revenus de leurs utilisateurs ?
PLFR2016 : Taxe « YouTube » : nouvelle offensive des députés en commission
La Cour des Comptes révèle que les aides de l’État à l’accession à la propriété sont de moins en moins efficaces
L’Assemblée Nationale a adopté en première lecture le projet de loi de finances pour 2017
Le gouvernement précise "a minima" les conditions permettant de déterminer le caractère animateur d’une holding
TVA à taux réduit sur les travaux : l’efficacité de cette dépense fiscale reste à démontrer
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2016