Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Boutique Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Point de départ du délai de prescription de l’action en paiement du prêteur en matière de crédit immobilier

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Point de départ du délai de prescription de l’action en paiement du prêteur en matière de crédit immobilier

Cornet Vincent Ségurel

Point de droit immobilier par Maître Soline Doucet du Cabinet Cornet Vincent Ségurel

En matière de crédit immobilier, l’action du prêteur est soumise à l’article L. 137-2 du Code de la consommation selon lequel « l’action des professionnels, pour les biens ou les services qu’ils fournissent aux consommateurs, se prescrit par deux ans. »

Le point de départ de ce délai de prescription biennale se situe au jour où le titulaire du droit a connu ou aurait dû connaître les faits lui permettant d’exercer l’action concernée, soit, dans le cas d’une action en paiement au titre d’un crédit immobilier consenti par un professionnel à un consommateur, à la date du premier incident de paiement non régularisé (Cass. 1ère civ., 9 juill. 2015 : n° 14-17.870 ; Cass. 1ère civ., 10 juill. 2014 : n° 13-15.511).

Par quatre arrêts du même jour (Cass. 1ère civ., 11 fév. 2016 : n°14-22.938, n°14-28.383, 14-29.539, 14-27.143), la Cour de cassation est venue opérer une précision majeure en matière de crédit immobilier. Un de ces arrêts est ici détaillé.

Ainsi dans son arrêt n°14-22.938 du 11 février 2016, il s’agissait d’une banque ayant consenti un crédit remboursable par mensualités.

Les emprunteurs ont été défaillants dans le remboursement des mensualités prévues dans le contrat de crédit à compter du 7 juillet 2009.

La banque avait prononcé la déchéance du terme le 24 février 2010, entraînant par là même l’exigibilité du capital restant dû.

Elle a par la suite assigné les emprunteurs en paiement le 7 février 2012.

Par arrêt du 27 mai 2014, la Cour d’appel de Chambéry a considéré qu’était recevable la demande de la banque en paiement de l’échéance du 7 février 2010, du capital restant dû au 24 février 2010 et de l’indemnité forfaitaire de 7 % prévue à l’article 8 des conditions générales du prêt.

Les emprunteurs se sont pourvus en cassation, contestant cette recevabilité, considérant que le point de départ du délai de prescription biennale prévu par l’article L. 137-2 du Code de la consommation se situait, dans le cadre d’une action en paiement au titre d’un crédit immobilier consenti par un professionnel à un consommateur, à la date du premier incident de paiement non régularisé.

Par arrêt du 11 février 2016, la Cour de cassation est venue apporter une précision importante pour l’application de cet article, en dissociant l’action en paiement du capital restant dû de l’action en paiement des mensualités du prêt.

Elle a ainsi considéré qu’en application des dispositions de l’article L. 137-2 du Code de la consommation, l’action en paiement des mensualités antérieures à celle du 7 février 2010, deux ans avant la date de l’assignation, était prescrite.

En l’espèce, la Cour a confirmé que l’action de la banque en paiement des échéances comprises entre le 7 juillet 2009, date du premier impayé et le 7 février 2010, deux ans avant l’assignation était, de ce fait, irrecevable.

En revanche, la Cour de cassation a rappelé « qu’à l’égard d’une dette payable par termes successifs, la prescription se divise comme la dette elle-même et court à l’égard de chacune de ses fractions à compter de son échéance, de sorte que, si l’action en paiement des mensualités impayées se prescrit à compter de leurs dates d’échéance successives, l’action en paiement du capital restant dû se prescrit à compter de la déchéance du terme, qui emporte son exigibilité ».

Elle a donc considéré que l’action en paiement du capital restant dû n’était pas prescrite, l’action se prescrivant à compter de la date d’exigibilité du capital restant dû, en l’espèce le 24 février 2010, soit moins de deux avant la date de l’assignation délivrée le 7 février 2012.

Cette dichotomie entre point de départ de la prescription de l’action en paiement des mensualités de remboursement du crédit et le point de départ de l’action en paiement du capital restant dû est favorable au prêteur car elle lui permet de préserver ses droits sur le capital restant dû et d’en obtenir le paiement quand bien même la première échéance impayée est antérieure de plus de deux ans.

Date à laquelle le prêteur se prévaut de la déchéance du terme du crédit

Une particulière attention doit donc être attachée à la date à laquelle le prêteur se prévaut de la déchéance du terme du crédit, cette date emportant l’exigibilité du capital restant dû et constituant donc le point de départ du délai de prescription de l’action en paiement du capital.

Enfin, cet arrêt doit être rapproché de trois arrêts du même jour dans lesquels la première chambre civile de la Cour de cassation affirme sa position sur ce point.

Le pourvoi n°14-29.539 a ainsi donné lieu à un arrêt dans lequel la Cour de cassation confirme le principe selon lequel « l’action en paiement du capital restant dû se prescrit à compter de la déchéance du terme, qui emporte son exigibilité ».

Les pourvois n°14-28.383 et n°14-27.143 ont quant à eux donné lieu à deux arrêts dans lesquels la Cour de cassation fait application de ce principe en matière de recevabilité d’une action en saisie immobilière.

Elle a ainsi censuré la Cour d’appel d’Aix-en-Provence qui, dans deux arrêts du 12 septembre 2014 et du 3 octobre 2014, avait retenu que la prescription était acquise lors de la délivrance d’un commandement valant saisie immobilière, en prenant comme point de départ de la prescription le premier incident de paiement non régularisé se situant plus de deux ans avant la délivrance du commandement, alors même que la déchéance du terme avait été prononcée moins de deux ans avant la délivrance du commandement, date à laquelle la prescription n’était donc pas acquise.

A propos de l’auteure Soline Doucet


  • Avocat en droit Immobilier (bureau de Paris)
  • Domaines
    • Baux et gestion immobilière
    • Copropriété
    • Construction
    • Contentieux de la vente immobilière

newsletter de Fiscalonline

Communiqué du 27 avril 2016

Publié le jeudi 28 avril 2016

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  Anoter


 



Les articles les plus lus !
La règle du rappel fiscal des donations antérieures est conforme à la Constitution
Immixtion d’une holding dans la gestion de ses filiales et modalités de déduction de la TVA : Bercy met à jour sa doctrine
Etat comparatif des impôts prélevés sur la commune de Paris et le 16ème arrondissement
Les députés instituent une nouvelle dépense de recherche externalisée ouvrant droit au CIR
PLFSS 2017 : les spécificités des gîtes ruraux relatives aux cotisations sociales mieux prises en compte
Remboursement du précompte mobilier et affaire ACCOR : Bruxelles saisit la CJUE contre la France
Le Gouvernement propose de légaliser en droit fiscal le caractère commercial de l’activité de location meublée
Un nouveau dispositif fiscal incitatif viendra se substituer aux régimes « Besson ancien » et « Borloo ancien »
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2016