Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Boutique Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Plus-value immobilière : le bail peut faire échec à l’exonération résidence principale

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Plus-value immobilière : quand le bail fait échec à l’exonération résidence principale

La Cour Administrative d’Appel de Nantes vient de rappeler que l’exonération de plus-value immobilière des particuliers était loin d’être acquise et que certains détails pouvaient y faire échec.

En application de l’article 150 U-II-1 du CGI, la plus-value immobilière réalisée lors de la cession du logement qui constitue la résidence principale du cédant est exonérée d’impôt sur le revenu et, par suite, de prélèvements sociaux.

Sont considérés comme résidences principales les immeubles ou parties d’immeubles constituant la résidence habituelle et effective du propriétaire.

La résidence habituelle doit s’entendre du lieu où le contribuable réside habituellement pendant la majeure partie de l’année.

Il s’agit d’une question de fait qu’il appartient à l’administration d’apprécier sous le contrôle du juge de l’impôt.

En outre, il doit s’agir de la résidence effective du contribuable. A cet égard, une utilisation temporaire d’un logement ne peut être regardée comme suffisante pour que celui-ci ait lle caractère d’une résidence principale susceptible d’ouvrir droit à l’exonération à ce titre.

Lorsqu’un doute subsiste, le contribuable est tenu de prouver par tous moyens l’effectivité de la résidence.


Au cas particulier, les époux B ont cédé, le 9 septembre 2009, un appartement situé à Tourgéville (Calvados) qu’ils avaient mis en vente le 12 novembre 2007. Ils ont estimé que la plus-value résultant de cette cession était exonérée d’impôt sur le revenu par application de l’article 150 U-II-1° du CGI.

Pour s’assurer du bien-fondé de cette exonération, l’administration leur a adressé successivement deux demandes d’éclaircissements et de justifications, les 24 mai et 13 juin 2012, auxquelles ils se sont abstenus de répondre.

Dans ces conditions, et dès lors qu’elle estimait qu’à la date de la cession, l’appartement de Tourgéville ne constituait pas la résidence principale des époux B l’administration a soumis la plus-value à l’impôt.

Suite au rejet de leur réclamation, les époux B ont demandé au TA de Caen de prononcer la décharge des cotisations résultant de cette rectification.

Ils font appel de la décision de rejet du TA de Caen.


Soulignons au cas particulier que la Cour ne relève pas, au cas particulier, que le délai entre la mise en vente et la vente (22 mois) serait trop long.

Les époux B se prévalaient des circonstances de fait suivantes :

  • qu’au cours des années précédant la cession, les consommations d’eau et d’électricité de leur logement parisien diminuaient tandis que celles de l’appartement de Tourgéville augmentaient significativement ;
  • qu’ils étaient inscrits sur les listes électorales de Tourgéville
  • qu’ils avaient indiqué dans leurs déclarations d’impôt sur le revenu depuis 2005 que l’appartement situé dans cette commune était leur habitation principale.

La Cour Administrative d’Appel de Nantes a fait valoir :

  • que les consommations électriques de l’appartement occupé par les époux B à Paris et de celui qu’ils possédaient à Tourgéville ne suffisaient pas à démontrer que ce dernier aurait été leur résidence principale ;
  • que les décomptes de charges sur lesquels figurent seulement les sommes dues ne sont pas suffisants pour justifier de leurs consommations d’eau dans les appartements de Paris et Tourgéville,
  • que la circonstance que les époux B sont inscrits sur les listes électorales à Tourgéville est, par elle-même, dépourvue d’incidence ;

La Cour rappelle également que les époux B occupaient leur appartement parisien en vertu d’un bail d’habitation soumis à la loi n° 48-1360 du 1er septembre 1948.

Or l’article 10-2° de la loi précitée subordonne, en principe, le maintien dans les lieux à l’occupation du local au moins huit mois dans l’année.

La juridiction d’appel souligne également que les époux B avaient conclu un contrat d’assurance habitation pour cet appartement qui prévoyait une période d’inhabitation annuelle de moins de 90 jours, tandis que le contrat d’assurance habitation concernant l’appartement de Tourgéville mentionnait une période d’inhabitation de plus de 90 jours.

Au vu de ces éléments de fait, la Cour a considéré que les époux B n’établissaient pas npas que l’appartement de Tourgéville constituait au sens de l’article 150 U du CGI, leur résidence principale au jour de sa cession.


Arrêt de la Cour Administrative d’Appel de Nantes du 10 mars 2016 N° 14NT01750




newsletter de Fiscalonline

Article de la rédaction du 21 mars 2016

Publié le mardi 22 mars 2016

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  BCRSS15 | Fiscalité des particuliers | PVIM


 



Les articles les plus lus !
Immixtion d’une holding dans la gestion de ses filiales et modalités de déduction de la TVA : Bercy met à jour sa doctrine
Un nouveau dispositif fiscal incitatif viendra se substituer aux régimes « Besson ancien » et « Borloo ancien »
Le Gouvernement propose de légaliser en droit fiscal le caractère commercial de l’activité de location meublée
Modalités de déclaration des transferts de sommes d’un montant supérieur à 50.000 €
Les députés instituent une nouvelle dépense de recherche externalisée ouvrant droit au CIR
Divorce par consentement mutuel sans juge : le gouvernement tire les conséquences fiscales
Etat comparatif des impôts prélevés sur la commune de Paris et le 16ème arrondissement
PLFSS 2017 : les spécificités des gîtes ruraux relatives aux cotisations sociales mieux prises en compte
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2016