Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Boutique Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « Logement »
Plan d’action Entreprises
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Plus-value immobilière : l’exonération « résidence principale » à l’épreuve des faits

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Plus-value immobilière : l’exonération « résidence principale » à l’épreuve des faits

Les juges administratifs viennent de rendre une nouvelle décision relative à l’exonération de plus-value immobilière au titre de la résidence principale qui confirme la nécessité de se préconstituer des preuves de nature à conforter que le bien vendu était occupé de manière effective et habituelle.

A cas particulier un contribuable a cédé le 15 novembre 2012 une maison d’habitation située dans la commune de T. L’administration fiscale a remis en cause (proposition de rectification du 21 mai 2013), l’exonération de plus-valus prévu par l’article 150 U-II-1 du CGI, dont s’était prévalu le vendeur au motif que le bien en question ne constituait pas sa résidence principale.

Débouté en première instance par le TA de Châlons-en-Champagne (jugement n° 1401110 du 3 mars 2015) qui a rejeté sa demande de décharge de la cotisation supplémentaire d’impôt sur le revenu au titre de l’année 2012 procédant de cette rectification le contribuable a interjeté appel de cette décision.

La CAA de Nantes vient de rejeter la demande du contribuable redressé.

En application de l’article 150-U-II-1° du CGI, les contribuables sont exonérés de plus-values immobilières dès lors que la cession porte sur un immeuble, une partie d’immeuble ou de droits relatifs à cet immeuble qui constitue « la résidence principale du cédant au jour de la cession ».

L’administration fiscale commentant les termes de l’article 150-U-II-1° du CGI, souligne dans sa base BOFIP-Impôt « Sont considérés comme résidences principales, au sens de l’article 150 U, II-1° du CGI, les immeubles ou parties d’immeubles constituant la résidence habituelle et effective du propriétaire. (…) La résidence habituelle doit s’entendre du lieu où le contribuable réside habituellement pendant la majeure partie de l’année.

Il s’agit d’une question de fait qu’il appartient à l’administration d’apprécier sous le contrôle du juge de l’impôt. Dans le cas où le contribuable réside six mois de l’année dans un endroit et six mois dans un autre, la résidence principale est celle pour laquelle l’intéressé bénéficie des abattements en matière de taxe d’habitation.

Il doit s’agir de la résidence effective du contribuable. Une utilisation temporaire d’un logement ne peut être regardée comme suffisante pour que le logement ait le caractère d’une résidence principale susceptible de bénéficier de l’exonération. Lorsqu’un doute subsiste, le contribuable est tenu de prouver par tous moyens l’effectivité de la résidence » (BOI-RFPI-PVI-10-40-10 n° 40).

Le contribuable qui se prévaut de se régime d’exonération doit, dans tous les cas, être en mesure de justifier de la réalité de cette habitation à titre de « résidence principale », l’administration comme le juge de l’impôt faisant des conditions d’application de ce régime d’exonération une interprétation stricte.


Au cas particulier le contribuable redressé faisait valoir qu’il avait résidé dans la commune de T entre février 2011, date à laquelle il indique avoir quitté le le logement dans lequel il habitait jusqu’alors avec sa compagne dans la commune de S et juin 2012, date à laquelle les intéressés y auraient repris leur vie commune.

Or dans le cadre de son instruction la Cour a fait valoir :

  • que le contribuable a été assujetti à la taxe d’habitation au titre des années 2009 à 2012 pour l’adresse située dans la commune de S et a bénéficié d’abattements applicables aux seules résidences principales  ;
  • que comme le soutient l’administration fiscale que le contribuable a par ailleurs bénéficié d’un crédit d’impôt au titre de l’année 2011 à raison des dépenses environnementales effectuées dans sa résidence située dans la commune de S dont il est d’ailleurs toujours propriétaire  ;
  • que les factures d’électricité et de gaz correspondant au bien situé dans la commune de T font apparaître des consommations qui ne peuvent correspondre à une occupation effective à titre de résidence principale  ;
  • que les attestations émanant de proches, qui ont été versées au débat, lesquelles comportent au demeurant des contradictions quant à la date à laquelle M. C… aurait quitté cette maison d’habitation à Tournes, ne sont pas de nature à établir que le bien vendu constituait sa résidence principale   ;
  • que le certificat de réexpédition du courrier, n’a été souscrit que pour une expédition temporaire.

De ce « faisceau d’indices » la cour en conclue que le contribuable n’apportait pas la preuve qui lui incombe que l’administration aurait méconnu les dispositions du de l’article 150 U-II-1° du CGI du CGI en décidant de l’assujettir à l’impôt de plus-value.

Arrêt de la CAA de NANCY du 2 février 2017, 15NC00860

Crédit photo : Kredyt hipoteczny © kange_one

newsletter de Fiscalonline

Article de la rédaction du 1er mars 2017

Publié le jeudi 2 mars 2017

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  alaune | BCRSS15 | Fiscalité des particuliers | mafiscalite | Plus-value immobilière | PVIM


 



Les articles les plus lus !
Vers un renforcement du dispositif IR-PME pour faire face à la suppression de l’ISF-PME
La suppression de la TVA inter-entreprise en discussion au PLF2018
Le rehaussement des plafonds des régimes « micro »
Régularisation des avoirs à l’étranger : opportunité à saisir et vite !
Logiciel obligatoire au 1er janvier 2018 : Le vrai et le faux !
Majoration du quotient familial en fonction de la situation de famille et condition de « vivre seul »
Plus-values des dirigeants de PME et abattement fixe : la condition de départ à la retraite est supprimée
L’exonération de taxe sur les bureaux en Ile-de-France s’applique aux locaux à caractère éducatif, modulables ou non
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2016