Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Boutique Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Pénalité pour manquement délibéré : sanction de la méconnaissance par le contribuable de ses obligations déclaratives

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Pénalité pour manquement délibéré : sanction de la méconnaissance par le contribuable de ses obligations déclaratives

La CAA de Paris vient de rappeler les conditions d’application de la majoration de 40 % (pénalité pour manquement délibéré) prévue par l’article 1729 du CGI.

Rappel des faits

L’EURL HP qui a pour objet l’activité de locations de parkings, a fait l’objet, au cours de l’année 2013, d’une vérification de comptabilité. A l’issue des opérations de contrôle, l’administration a notamment procédé à des rappels de TVA assortis des intérêts de retard et de la majoration prévue par le a. de l’article 1729 du CGI (40%).

Débouté par les juges du fonds l’EURL HP a relèvé appel du jugement par lequel le tribunal administratif de Paris a rejeté sa demande tendant à la décharge de cette majoration.

La Cour administrative d’Appel de Paris vient rejeté l’appel de l’EURL.


L’article 1729 du CGI dispose que « les inexactitudes ou les omissions relevées dans une déclaration ou un acte comportant l’indication d’éléments à retenir pour l’assiette ou la liquidation de l’impôt ainsi que la restitution d’une créance de nature fiscale dont le versement a été indûment obtenu de l’Etat entraînent l’application d’une majoration de :

a. 40 % en cas de manquement délibéré ; »

Les omissions ou inexactitudes que peuvent commettre les contribuables dans leur déclaration sont présumées involontaires. Dès lors, quels que soient les impôts, droits, taxes ou redevances en cause, la majorations prévues par l’article 1729 du CGI ne peut être appliquée que si l’administration établit le caractère délibéré de l’omission ou de l’inexactitude.

S’agissant de la majoration de 40 % pour manquement délibéré, il appartient au service de réunir tous éléments d’information ou d’appréciation utiles en vue d’établir que le contribuable ne pouvait pas ignorer les insuffisances, inexactitudes ou omissions qui lui sont reprochées et que l’infraction a donc été commise sciemment.

L’administration fiscale précise que « le caractère délibéré du manquement résulte de l’ensemble des éléments de fait de nature à établir que les erreurs, inexactitudes ou omissions commises par le contribuable n’ont pu l’être de bonne foi. Il s’apprécie donc en fonction des circonstances propres à chaque affaire.

Dès lors qu’il procède de l’accomplissement conscient d’une infraction, le manquement délibéré est suffisamment établi chaque fois que le service est en mesure de démontrer que l’intéressé a nécessairement eu connaissance des faits ou des situations qui motivent les rehaussements.

Le caractère délibéré du manquement peut également être considéré comme établi, chaque fois que le rehaussement porte sur une question de principe ayant déjà fait l’objet, à l’encontre du contribuable, d’une décision administrative non contestée par l’intéressé ou ayant acquis l’autorité de la chose jugée. » BOI-CF-INF-10-20-20-20120912, n°40

La Cour a ainsi rappelé que « la pénalité pour manquement délibéré a pour objet de sanctionner la méconnaissance par le contribuable de ses obligations déclaratives ; que, pour établir ce manquement délibéré, l’administration doit apporter la preuve, d’une part, de l’insuffisance, de l’inexactitude ou du caractère incomplet des déclarations et, d’autre part, de l’intention de l’intéressé d’éluder l’impôt ; »

  • au cas particulier la minoration de TVA déclarée s’élevait à + de 50% au titre des deux années redressées. Partant, la Cour a considéré que l’administration établissait que les déclarations de TVA souscrites par la société requérante avaient, dans des proportions significatives, été insuffisantes ;
  • pour infliger la majoration en litige, le service des impôts avait indiqué que les recettes soumises à la TVA ressortaient clairement de la comptabilité présentée lors des opérations de contrôle, de sorte que le niveau réel du montant de la taxe due tout comme les droits correspondants ne pouvaient pas être ignorés par la société
  • il a également estimé que la société ayant la même activité de prestations de services depuis de nombreuses années, elle ne pouvait pas davantage ignorer l« es règles d’exigibilité en matière de TVA »
  • Même si son dirigeant de nationalité canadienne, résidait au Canada la majorité de l’année et avait confié à un expert-comptable une mission complète concernant les obligations comptables et fiscales de la société, l’EURL requérante, qui exerçait cette activité depuis de nombreuses années, était réputée connaître les règles d’assujettissement de ses activités à la TVA.

La Cour a considéré que les manquements constatés ne pouvaient pas, dans les circonstances de l’espèce, avoir été commis à l’insu de l’EURL HP et partant que l’administration devait être regardée comme apportant la preuve de l’intention de cette société d’éluder l’impôt.

Arrêt de la CAA de PARIS, N° 16PA00276 du 27 janvier 2017

newsletter de Fiscalonline

Article de la rédaction du 7 février 2017

Publié le mercredi 8 février 2017

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  alaune | BCRSS15 | Fiscalité des entreprises | mafiscalite


 



Les articles les plus lus !
Le programme fiscal comparé des principaux candidats à la présidentielle 2017
Du statut d’auto-entrepreneur à celui de micro-entrepreneur
Profits sur instruments financiers à terme : le teneur de compte établi dans un ETNC est imposé au taux de 50%
L’indemnité versée par le preneur pour s’assurer un droit au renouvellement du bail n’est pas une charge déductible… mais une immobilisation incorporelle !
Les plateformes internet doivent souscrire à leur obligation annuelle récapitulative avant le 31 mars 2017
Quels impôts sur la vente et l’achat de biens immobiliers ?
TVA sur les notes de restaurant et d’hôtel, déduire sans risque
La Suisse et le Pakistan ont signé une convention contre les doubles impositions
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2016