Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Pas d’abaissement du taux réduit de TVA sur les droits d’entrée appliquées aux musées privés

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

L’exploitation de musées et de monuments historiques constitue une activité économique qui entre dans le champ d’application de la TVA.

Lorsqu’elle est exercée par une personne morale de droit public, une telle exploitation constitue une activité éducative ou culturelle qui n’est pas assujettie en application de l’article 256 B du CGI. En effet, la décision de visiter un musée ou un monument déterminé est fondée sur l’intérêt porté aux œuvres présentées ou à l’édifice.

Toutefois, cette analyse ne s’applique qu’aux activités spécifiques des musées et des monuments historiques. Seules les recettes provenant des droits d’entrée et celles qui peuvent y être assimilées (droits perçus pour photographier, filmer ou reproduire les objets des musées ou des monuments), ainsi que les subventions complétant le financement de ces activités ne supportent pas la taxe. Les activités accessoires doivent être imposées (location de salles aménagées, exploitation de bars et buvettes, vente de cartes postales, photographies, reproductions, moulages, etc.).

S’agissant des droits d’entrée perçus pour la visite des musées privés, le taux réduit de TVA (10%) s’applique notamment :

  • aux musées qui présentent au public des collections d’objets sur un ou plusieurs thèmes.


    Le Gouvernement vient de rappeler que cette différence de traitement des musées public et des musées privés au titre de la TVA s’explique par le fait que les « musées de droit public ont des obligations, tant en matière de missions que de modalités de gestion, auxquelles ne sont pas soumis leurs homologues du secteur privé. Ainsi, les musées publics répondant à l’appellation de « musée de France » sont tenus non seulement de conserver, restaurer, étudier et enrichir leurs collections, mais aussi de les rendre accessibles au public le plus large. Dans ce cadre, contrairement aux musées privés, leurs droits d’entrée doivent respecter les impératifs d’un service public et leurs collections sont inaliénables. Ils sont également tenus par la loi de concevoir et mettre en œuvre des actions d’éducation et de diffusion visant à assurer l’égal accès de tous à la culture, de contribuer aux progrès de la connaissance et de la recherche ainsi qu’à leur diffusion ».

Dans une question posée au ministre, le député Franck Marlin a souligné que la Commission européenne avait proposé le 18 janvier 2018 de nouvelles règles afin de laisser aux États membres une plus grande marge de manœuvre pour fixer les taux de TVA.

Les États membres peuvent actuellement appliquer, sur leur territoire, un taux réduit pouvant descendre jusqu’à 5 % à deux catégories distinctes de produits. Un certain nombre d’États membres appliquent également des taux encore plus réduits dans le cadre de dérogations spécifiques.

Outre le taux normal de TVA de 15 % au minimum, les États membres pourraient sur la base du Plan d’action TVA mettre en place :

  • deux taux réduits distincts compris entre 5 % et le taux normal choisi par l’État membre ;
  • une franchise de TVA (ou « taux nul ») ;
  • un taux réduit fixé à un niveau compris entre 0 % et celui des taux réduits.

L’actuelle liste, complexe, des biens et des services pouvant faire l’objet de taux réduits serait supprimée et remplacée par une nouvelle liste de produits (armes, boissons alcoolisées, jeux de hasard et tabac) auxquels le taux normal de 15 % ou un taux supérieur sera toujours appliqué.

Sur la base des propositions de Bruxelles le député de l’Essonne a demandé au Gouvernement s’il entendait réduire le taux de TVA sur les droits d’entrée appliquées aux musées gérés par des personnes morales de droit privé, telle une SARL, SAS, SA, SNC.


Le Gouvernement vient de répondre négativement.

« Enfin, conformément au droit européen, les droits d’entrée pour la visite des musées privés relèvent d’ores et déjà d’un taux réduit de TVA que le Gouvernement n’envisage pas d’abaisser, étant rappelé que la proposition de directive mentionnée par l’auteur de la question est sans incidence sur ce point. »




RM Franck Marlin, JOAN du 14 août 2018, question n°5002

newsletter de Fiscalonline

Article de la rédaction du 14 août 2018

Publié le mercredi 22 août 2018

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  alaune | BCRSS15 | mafiscalite | TVA


 



Les articles les plus lus !
« Salariés impatriés » : précisions sur la future dispense temporaire d’affiliation régime d’assurance vieillesse
Assurance vie : Fin de non recevoir pour la transférabilité des contrats
Bruxelles envisagerait de passer au vote à la majorité qualifiée dans le domaine de la fiscalité
Modification des seuils d’effectifs conditionnant plusieurs dispositifs fiscaux : le Gouvernement précise son projet
Prélèvement à la source : enregistrement des sociétés étrangères
Vers un allègement des obligations déclaratives des plateformes collaboratives
Emmanuel Macron exclut toute refonte de la fiscalité sur les succession
Extension de l’application de l’article 209 B du CGI à tous les ETNC : le Gouvernement met son véto
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2018