Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
LFSS pour 2019
PLFR 2018
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Panorama des aides à l’embauche

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Panorama des aides à l’embauche

Même si les aides se font rares depuis la suppression de l’aide à l’embauche pour les TPE, des appuis financiers, conditionnés à des critères tenant à la société ou au statut des salariés, peuvent être demandés. Tour d’horizon des principales aides actuellement disponibles avec le groupe Ressources humaines d’Absoluce.

L’aide aux employeurs implantés en zones de revitalisation rurale (ZRR) ou zone franche urbaine (ZFU) - entreprises de moins de 50 salariés :

Si vous exercez votre activité dans une zone qualifiée de zone de revitalisation rurale, vous pouvez, peut-être, bénéficier d’une exonération des cotisations patronales sur les rémunérations versées à vos salariés. Cette exonération, d’une durée maximale d’un an, est conditionnée à l’embauche d’un salarié dont la rémunération horaire est inférieure ou égale à 240 % du SMIC (soit 23,71 euros en 2018).

Si votre société est implantée en zone franche urbaine, vous pouvez bénéficier, sous conditions, d’une exonération de certaines cotisations patronales sur les salaires versés. L’exonération est totale lorsque la rémunération horaire est inférieure ou égale à 1,4 Smic. Elle est dégressive et s’annule lorsque la rémunération horaire est égale à 2 Smic. Cette exonération s’applique pendant 5 ans et est ensuite dégressive pendant trois ans (neuf ans pour les associations de moins de cinq salariés).

Expérimental mais intéressant : le dispositif des emplois francs

Cette aide est actuellement testée dans certains départements d’Ile-de-France, à Lille, sur la métropole d’Aix-Marseille-Provence et au sein de la communauté de communes d’Angers Loire Métropole. Elle permet aux employeurs qui recrutent dans certains quartiers prioritaires de bénéficier d’une aide maximale de 15 000 euros sur 3 ans pour un CDI et de 5 000 euros sur 2 ans pour un CDD de plus de 6 mois.

Vous investissez dans la recherche et le développement ? Votre société peut bénéficier d’aides accordées aux jeunes entreprises innovantes

Si vous êtes une PME, créée il y a moins de 8 ans, et que vous investissez dans la recherche et le développement, vous pouvez bénéficier, sous certaines conditions, du statut de « jeune entreprise innovante », et bénéficier d’exonérations fiscales et sociales.

Cette aide s’applique aux sociétés créées jusqu’au 31 décembre 2019 et qui remplissent certaines conditions cumulatives.

L’exonération de charges sociales patronales d’assurances sociales et d’allocations familiales concerne les rémunérations de certaines catégories de salariés uniquement et les mandataires sociaux qui participent aux projets de recherche et de développement de l’entreprise. Dans tous les cas, le salarié recruté doit affecter 50 % de son temps de travail au projet de recherche et développement, pour que l’entreprise puisse bénéficier de l’aide. La rémunération mensuelle brute à l’embauche du salarié faisant l’objet de l’aide ne doit pas dépasser 4,5 fois le SMIC (soit 6743,10 euros en 2018) et les cotisations annuelles de l’établissement qui embauche ne doivent pas excéder un montant égal à 5 fois le plafond annuel de la sécurité sociale (soit 198 660€ en 2018).

Quelles sont les différentes aides liées à l’emploi en alternance ou au statut de travailleur handicapé ?

Qu’est-ce qu’un contrat d’apprentissage ?

Il s’agit d’un contrat en alternance conclu avec un jeune de moins de 26 ans révolus (sauf exceptions), qui associe une formation pratique en entreprise et un enseignement à dominante théorique en centre de formation d’apprentis. Il est conclu généralement en CDD, pour une durée d’un à trois ans.

A noter : La loi « avenir professionnel », récemment parue, prévoit d’abaisser la durée minimale du contrat d’apprentissage à 6 mois et de porter l’âge maximal de l’apprenti à 29 ans révolus à compter du 1er janvier 2019.

L’apprenti perçoit une rémunération fixée en pourcentage du SMIC et variable en fonction de son âge et de l’année d’apprentissage. De plus, l’entreprise d’accueil bénéficie d’une exonération de certaines cotisations patronales et salariales pendant toute la durée du contrat. L’exonération est quasi-totale si votre effectif est inférieur à 11 salariés ou si vous êtes inscrit au répertoire des métiers.

Par ailleurs et jusqu’au 31 décembre 2018, plusieurs aides peuvent être sollicitées :

  • L’aide régionale au recrutement d’un apprenti supplémentaire de 1000 euros minimum.
  • Le crédit d’impôt apprentissage égal à 1 600 euros par le nombre moyen d’apprentis. Ce montant est porté à 2 200 euros , notamment lorsque l’apprenti a été reconnu travailleur handicapé.

Pour les entreprises de moins de 11 salariés :

  • L’aide TPE jeunes apprentis : embauche d’un apprenti de moins de 18 ans à la date de conclusion du contrat. Le montant total de l’aide est de 4 400 euros versés en quatre fois la première année du contrat.
  • La prime à l’apprentissage : son montant est fixé par chaque région, il ne peut pas être inférieur à 1 000 euros par année de formation.

Attention : à partir du 1er janvier 2019 : toutes ces aides vont disparaitre au profit d’une aide à l’embauche unique pour les entreprises de moins de 250 salariés. Son montant sera fixé ultérieurement par décret. L’aide sera versée par l’Etat et distribuée par les régions « qui pourront abonder si elles souhaitent ».

Qu’est-ce qu’un contrat de professionnalisation ?

Le contrat de professionnalisation est un autre type de contrat de formation en alternance associant formation pratique en relation avec la qualification recherchée et formation théorique dans un organisme de formation externe ou interne à l’entreprise. La rémunération minimale à verser au bénéficiaire du contrat de professionnalisation est fixée en pourcentage du SMIC ou du minimum conventionnel.

Quelles aides ?

  • Une aide forfaitaire de Pôle Emploi, dont le montant est plafonné à 2000 euros, peut vous être versée si le futur salarié est demandeur d’emploi âgé de 26 ans et plus.
  • De plus, si le contrat est conclu avec un demandeur d’emploi âgé de 45 ans et plus, l’employeur peut bénéficier d’une aide financière d’un montant maximal de 2 000 euros (montant cumulable avec l’aide forfaitaire de Pôle Emploi). Dans ce cas, vous bénéficiez également d’une exonération de cotisations patronales d’assurances sociales et d’allocations familiales

Quelles sont les aides pour l’embauche d’un travailleur handicapé ?

L’aide à l’insertion professionnelle concerne l’embauche, en CDI ou en CDD d’au moins 12 mois, d’une personne présentant au moins l’une des caractéristiques suivantes :

  • Salarié âgé de 45 ans et plus ;
  • Demandeur d’emploi ayant travaillé moins de 6 mois consécutivement dans les 12 mois précédant le recrutement ;
  • Personne sortant d’un établissement du secteur protégé ou adapté (Impro, Ime, Esat, EA, CRP). Son montant est de 2 000 euros pour un contrat à temps plein, de 1 000 euros pour un salarié recruté à temps partiel.

L’aide au recrutement d’un salarié handicapé en contrat d’apprentissage, dont le montant est compris entre 1 000 et 6 000 euros selon la durée du contrat à durée déterminée, 7000 euros si l’embauche se fait directement en CDI.

L’aide au recrutement en contrat de professionnalisation. Si le contrat de professionnalisation est conclu pour une durée déterminée, son montant varie entre 1000 et 4000 euros selon sa durée. S’il est conclu dans le cadre d’un contrat à durée indéterminée, son montant est porté à 5000 euros.

L’aide à la pérennisation à la suite d’un contrat d’apprentissage ou d’un contrat de professionnalisation concerne, quant à elle, les embauches conclues à l’issue de la période de professionnalisation. Le montant maximal de cette aide est de 1000 euros si le contrat est conclu pour une durée déterminée d’au moins 12 mois, 2000 euros s’il l’est à durée indéterminée.

A noter : cette aide est diminuée de moitié en cas de recrutement à temps partiel.

Bien analyser le profil de votre candidat peut parfois vous faire bénéficier d’un coup de pouce non négligeable. N’hésitez pas à vous rapprocher de votre conseil en droit social pour une étude personnalisée !

Absoluce est un réseau de cabinets indépendants d’expertise comptable, d’audit et de conseil, qui offre une palette de services complète en comptabilité, fiscalité, juridique, social, systèmes d’information et accompagnement stratégique. Il compte 23 cabinets répartis sur toute la France et regroupe 630 collaborateurs, avec un chiffre d’affaires de 61 millions d’euros.

Absoluce est membre d’INAA, association internationale qui regroupe des cabinets d’expertise comptable et d’auditeurs indépendants présents dans 50 pays dans le monde

newsletter de Fiscalonline

Communiqué du 24 octobre 2018

Publié le samedi 27 octobre 2018

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  Anoter


 



Les articles les plus lus !
Cession de crypto-actifs : le Gouvernement ne suit pas le Conseil d’Etat et propose une imposition au PFU à 30%
Déductibilité des charges afférentes à un logement resté vacant : il faut justifier de la volonté réelle de le louer
Réduction d’impôt « Pinel » : la Commission des Finances rétablit l’interdiction de mise en location à un ascendant ou à un descendant
PLF 2019 (partie II) : Florilège d’amendements adoptés en Commission des Finances
La Commission des Finances est favorable à l’imposition des gains de cession de « bitcoin » au PFU à 30%
La Commission des Finances institue un abus de droit fiscal « à deux étages »
Comité de l’abus de droit fiscal : quel que soit le sens de l’avis la charge de la preuve pèsera uniquement sur l’administration
Modalités de calcul d’une plus-value d’un bien acquis en nue-propriété moyennant rente viagère
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2018