Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Boutique Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Modalités de modulation de la majoration de taxe d’habitation des résidences secondaires

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Modalités de modulation de la majoration de taxe d’habitation des résidences secondaires

En application de l’article 1407 ter du CGI, les communes dans lesquelles s’applique la taxe annuelle sur les logements vacants pouvaient jusqu’à la LF pour 2017 voter pour l’application d’une majoration de 20 % de la part de taxe d’habitation leur revenant au titre des logements meublés non affectés à l’habitation principale.

L’article 97 de la LF pour 2017 a donné la possibilité aux communes de moduler le taux de la majoration entre 5 % et 60 %.

La somme du taux de taxe d’habitation et du taux de taxe d’habitation de la commune multiplié par le taux de majoration ne peut pas excéder le taux plafond de taxe d’habitation prévu à l’article 1636 B septies du CGI.

Les délibérations relatives à cette majoration sont prises dans les conditions prévues à l’article 1639 A bis du CGI, c’est-à-dire avant le 1er octobre de l’année pour l’année suivante. Par exception, pour les impositions dues au titre de 2017, les communes ont pu instituer la majoration ou moduler son taux jusqu’au 28 février 2017.


Bercy vient de commenter cet aménagement.

Il souligne :

« Le taux de la majoration de cotisation de la taxe d’habitation est fixé par la commune par une délibération prise dans les conditions prévues à l’article 1639 A bis du CGI (cf. III § 140 à 190). Il est compris entre 5 % et 60 %.

Toutefois, en application du troisième alinéa du I de l’article 1407 ter du CGI, la somme du taux de taxe d’habitation de la commune et du taux de taxe d’habitation de la commune multiplié par le taux de la majoration ne peut excéder le taux plafond de taxe d’habitation prévu à l’article 1636 B septies du CGI (BOI-IF-COLOC-20-20-10).

Par suite, pour les impositions dues au titre d’une année N, le taux de la majoration est soit le taux fixé par la commune soit, s’il est inférieur, le taux égal au rapport entre :

  • d’une part, la différence entre le taux plafond de taxe d’habitation de la commune pour l’année N et le taux de taxe d’habitation applicable pour la taxe d’habitation due au profit de la commune au titre de la même année,
  • d’autre part, ce dernier taux de taxe d’habitation, second membre de la différence ci-dessus.

Remarque : En d’autres termes, pour les impositions dues au titre d’une année N, le coefficient de majoration est au plus égal au rapport entre le taux plafond de taxe d’habitation de la commune pour cette même année N et le taux de taxe d’habitation fixé par la commune pour la taxe d’habitation due au titre de N.

Exemple : Une commune délibère le 15 septembre N en faveur de la majoration et fixe son taux à 30 %.

Cette commune est membre d’un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre dont le taux de taxe d’habitation, pour les impositions dues au titre de N, s’élève à 5 %.

Le taux plafond de taxe d’habitation de la commune pour les impositions dues au titre de N+1 s’élève à : 55 % (taux plafond des communes minoré du taux appliqué au profit de l’EPCI dont elle est membre pour les impositions établies au titre de l’année N-1).

En février N+1, la commune fixe son taux de taxe d’habitation à 40 %.

Le taux de la majoration de cette commune peut donc être au plus égal à : 37,5 % [coefficient de majoration maximum de : 55/40 = 1,375]

Dès lors que le taux de la majoration voté par la commune (30 %) n’excède pas ce plafond, il s’applique pour les impositions dues au titre de N+1.

Pour les impositions dues au titre de N+5, le taux plafond applicable à la commune s’élève à 50 %. et elle fixe son taux de taxe d’habitation à 43 %.

Le taux de la majoration peut donc être au plus égal à : 16,3 %.

Dès lors que le taux de la majoration voté par la commune en N (30 %) excède ce plafond, ce dernier (16,3 %) est applicable pour les impositions dues au titre de N+5.

Pour les impositions dues au titre de N+8, le taux plafond applicable à la commune s’élève à 55 % et elle fixe sont taux de taxe d’habitation à 35 %

Le taux de la majoration peut donc être au plus égal à : 57 %.

Le taux de majoration voté par la commune en N (30%) est applicable pour les impositions dues au titre de N+8. »




Ces commentaires ont été intégrés dans la base BOFIP-Impôt sous la référence BOI-IF-TH-70-20170720

newsletter de Fiscalonline

Article de la rédaction du 21 juillet 2017

Publié le vendredi 21 juillet 2017

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  alaune | BCRSS15 | Fiscalité des particuliers | mafiscalite


 



Les articles les plus lus !
QPC relative au régime d’exonération de plus-value au titre de la résidence principale
Rejet d’une QPC sur l’affaire « Lupa » qui a restreint le champ d’application de la jurisprudence « Quemener »
L’exonération de plus-value des petites entreprises : le mineur face au délai d’exploitation pendant cinq ans
Réforme de la taxe d’habitation : la commission des finances du Sénat met en place un groupe de travail
L’OCDE publie un rapport en lien avec l’action 2 du Projet BEPS : « Neutraliser les effets des dispositifs hybrides »
Aides d’État : Bruxelles épingle la France pour son régime exonération d’impôt sur les sociétés dont bénéficient les ports
2ème dépense fiscale du budget de l’État, le CIR a atteint 5,42 Md€ en 2016
La Suisse et l’Équateur signent un protocole modifiant la convention contre les doubles impositions
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2016