Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Boutique Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « Logement »
Plan d’action Entreprises
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Majoration de 40% : le juge doit apprécier la proportionnalité de la sanction au regard du comportement du contribuable 

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

 Majoration de 40% : le juge doit apprécier la proportionnalité de la sanction au regard du comportement du contribuable 

Cour d’appel d’Aix-en-Provence, vient de rappeler que la majoration de 40% applicable en cas de défaut ou retard de déclaration par le contribuable dans le délai prescrit doit être proportionnée et tenir compte du comportement de contribuable de bonne foi et des circonstances particulières ayant entrainé ce défaut ou ce retard dans ladite déclaration.

Rappel des faits

A la suite du décès de son père, survenu au Brésil le 10 décembre 2006, Mme Z a fait l’objet de la part de l’administration fiscale d’une mise en demeure du 13 mars 2008 d’avoir à déposer la déclaration de succession. Celle-ci, datée du 29 décembre 2008, a été reçue par l’administration fiscale le 5 janvier 2009. Une déclaration complémentaire a été faite le 21 janvier 2010. Plusieurs acomptes ont été versés.

Le notaire en charge de la succession a sollicité la remise de la majoration de retard notifiée par l’administration fiscale le 25 mai 2010 à hauteur de 40% des droits pour défaut de production de la déclaration de succession dans les 90 jours de la mise en demeure, mais cette demande a été rejetée par décision du 30 novembre 2010 et un avis de mise en recouvrement a été adressé à Z le 28 février 2011 pour un montant global de 300.280 euros comprenant la majoration de 40% sur la déclaration initiale et les intérêts de retard, annulé et remplacé par un nouvel avis de mise en recouvrement du 13 février 2012.

La demande de remise gracieuse des pénalités et intérêts de retard a été refusée par décision du directeur départemental des finances publiques du Var du 13 mars 2012 et la réclamation contentieuse formée le 16 mai 2012 contre cette décision a été rejetée par décision du 17 octobre 2012.

Mme Z a alors fait assigner la direction des finances publiques devant le TGI de Draguignan pour obtenir l’annulation de la décision de rejet et la décharge des pénalités, intérêts et majorations de retard de 40%.

Par jugement du 20 novembre 2015, le TGI de Draguignan a déclaré les demandes de Mme Z irrecevables.

Mme Z a interjeté appel de cette décision.


Il ressort de l’article 641 du CGI que la déclaration de succession doit être déposée par les héritiers ou légataires dans le délai de six mois du décès, délai porté à un an lorsque le décès est survenu à l’étranger . En application des articles L 66 et L 67 du LPF, sont taxées d’office aux droits d’enregistrement les personnes qui n’ont pas fait enregistrer une déclaration dans le délai de régularisation de 90 jours suivant la notification d’une première mise en demeure et que les articles 1727 et 1728 du CGI prévoient l’application d’un intérêt de retard de 0,4% par mois et d’une majoration de 40% des droits  .

Au cas particulier Mme Z a reçu notification par LR du 13 mars 2008 d’avoir à déposer la déclaration relative à la succession de son père dans le délai de 90 jours, avec rappel des sanctions applicables . Cette déclaration de succession n’a été enregistrée que le 12 janvier 2009, suivie d’une déclaration complémentaire en date du 21 janvier 2010 .

C’est dans ces conditions que l’administration fiscale lui a réclamé la somme de 300.280 €.

 S’agissant de la majoration de 40%, l’administration fiscale rappelle que « si le juge peut exercer un pouvoir de modulation, il doit le faire dans le cadre d’une appréciation concrète de la proportionnalité de la sanction au regard du comportement du contribuable » .

Toutefois, elle a considéré en l’espèce que l’héritière avait au regard « des moyens financiers dont elle pouvait disposer »la faculté de se faire assister d’un professionnel qu’elle pouvait charger de régler les difficultés. Elle a estimé que l’absence de liquidités ne constituait pas une circonstance dispensant l’héritier de respecter les délais de déclaration.


La Cour a en définitive fait droit à la demande de modération présentée par Mme Z estimant que la sanction qui lui était appliquée était disproportionnée par rapport à son comportement de contribuable de bonne foi, empêchée par des circonstances particulières :

  • Son père est décédé au Brésil, son certificat de décès n’a été délivré que dix mois après ,
  • Mme Y Z était âgée de 21 ans seulement et, étant orpheline de mère et enfant unique d’C Z, ne disposait pas du conseil étroit de parents proches,
  • Elle était encore étudiante et se trouvait elle-même à l’étranger au moment du décès, éloignée donc de son environnement familial et amical,
  • Elle ignorait tout du patrimoine de son père et celui-ci s’est trouvé assez difficile à appréhender et évaluer, s’agissant, pour l’essentiel de valeurs mobilières et de parts sociales de SCI .


    Arrêt de la Cour d’appel d’Aix-en-Provence, du 12 septembre 2017, n° 15/21470

newsletter de Fiscalonline

Article de la rédaction du 17 septembre 2017

Publié le jeudi 21 septembre 2017

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  alaune | Fiscalité des particuliers | mafiscalite | SUCCDON


 



Les articles les plus lus !
Suite des amendements au PLF 2018 adoptés par les députés
Report de la suppression du crédit d’impôt fenêtres/portes
Les premiers amendements au PLF 2018 adoptés en séance publique à l’Assemblée Nationale
Logiciel obligatoire au 1er janvier 2018 : Le vrai et le faux !
Les amendements du Gouvernement au PLF 2018
Plus-values mobilières et abattement de 500.000 € : la condition de départ à la retraite est finalement maintenue
Le régime d’exonération de la plus-value au titre de l’indemnité perçue par les agents d’assurances partant à la retraite est contraire à la Constitution
Plus-value immobilière : l’exonération résidence principale à l’épreuve d’un bien inachevé
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2016