Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
LFSS pour 2019
PLFR 2018
Loi MUES
Grand débat national
Impôt sur le revenu 2019
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Loi de Financement de la sécurité sociale pour 2019 : le Conseil Constitutionnel s’est prononcé

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Par sa décision n° 2018-776 DC du 21 décembre 2018, le Conseil constitutionnel s’est prononcé sur la loi de financement de la sécurité sociale pour 2019, dont il avait été saisi par la voie de deux recours, émanant l’un et l’autre de plus de soixante députés.

Étaient critiqués par les députés requérants, outre la procédure d’adoption de la loi, sept de ses articles.

Le Conseil constitutionnel a notamment écarté les critiques formulées par l’un des deux recours à l’encontre de l’article 7 de la loi, qui établit, à compter du 1er septembre 2019, une réduction des cotisations salariales dues au titre des heures supplémentaires et complémentaires de travail effectuées par les salariés et les agents publics.

Pour écarter le grief selon lequel auraient été méconnus par ces dispositions les principes d’égalité devant la loi et devant les charges publiques, le Conseil a notamment relevé que la réduction de cotisations salariales s’applique non seulement aux rémunérations versées aux salariés à temps plein au titre des heures supplémentaires, mais aussi à celles versées aux salariés à temps partiel au titre des heures complémentaires. Elle s’applique également à la majoration de rémunération versée aux salariés ayant conclu la convention de forfait en jours sur l’année en contrepartie de leur renonciation à des jours de repos. Dès lors, dans la définition du champ de la réduction de cotisations salariales en cause, les dispositions contestées n’instaurent ni différence de traitement ni rupture d’égalité devant les charges publiques au détriment des salariés à temps partiel ou de ceux soumis à une convention de forfait en jours. Elles n’en instaurent pas davantage entre les femmes et les hommes.

Le Conseil constitutionnel a également jugé que ne porte atteinte ni au droit à la protection de la santé, ni au principe d’égalité devant le service public, l’article 43 de la loi, qui autorise, à titre expérimental, un établissement de santé à facturer une prestation d’hospitalisation lorsque son service d’urgence réoriente un patient vers un autre type de prise en charge. Il relève à ce titre que ces dispositions se bornent à prévoir que, à titre expérimental, lorsque les services d’urgence des établissements de santé décident de réorienter un patient vers une offre de soins plus adaptée, cette réorientation, qui s’effectue en fonction de la situation médicale du patient, puisse faire l’objet d’une facturation au titre d’une prestation d’hospitalisation.

Le Conseil constitutionnel a jugé conformes à la Constitution des dispositions de l’article 51 visant à garantir la disponibilité de produits et prestations éligibles à une prise en charge intégrale par l’assurance maladie et les assurances complémentaires afin de permettre aux assurés sociaux d’accéder à certains produits de santé, tels que des produits d’optique, des prothèses auditives et des prothèses dentaires, sans reste à charge.

Pour écarter le grief formulé par l’un des recours à l’encontre de ces dispositions au regard de la liberté d’entreprendre, il relève que l’obligation instituée par les dispositions contestées ne peut s’appliquer qu’aux fabricants qui entendent obtenir l’inscription, sur la liste ouvrant droit à un remboursement par l’assurance maladie, d’un produit ou d’une prestation relevant d’une catégorie dont l’une des classes a vocation à faire l’objet d’une prise en charge renforcée. Lorsqu’un fabricant s’est abstenu de demander une telle inscription pour l’un des produits de la catégorie en cause, l’obligation instituée par les dispositions contestées ne s’impose pas à lui. Lorsqu’un fabricant a obtenu une telle inscription, cette obligation, qui est la contrepartie du remboursement par l’assurance maladie, ne porte pas une atteinte manifestement disproportionnée à la liberté d’entreprendre.

En revanche, pour des raisons de procédure, le Conseil constitutionnel a censuré :

  • les mots « et 2020 » figurant à l’article 68 de la loi déférée, qui prévoit une revalorisation annuelle de certaines prestations sociales selon un taux inférieur à celui de l’inflation. Il a relevé que l’année 2020 n’est pas couverte par la loi de financement et que, malgré la circonstance qu’elles auraient un effet sur la base de revalorisation des prestations sociales dues au titre des années ultérieures, ces dispositions ne présentent dès lors pas un caractère permanent au sens du 2° du C du paragraphe V de l’article L.O. 111-3 du code de la sécurité sociale ;
  • comme ne trouvant pas leur place dans la loi de financement de la sécurité sociale (« cavaliers sociaux »), l’article 45, ainsi que les 1° et 2° du paragraphe I et les paragraphes II et III de l’article 50.

Source : Conseil Constitutionnel

newsletter de Fiscalonline

Article de la rédaction du 21 décembre 2018

Publié le vendredi 21 décembre 2018

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  alaune | BCRSS15 | mafiscalite


 



Les articles les plus lus !
Loi Pacte : La transférabilité de l’assurance vie devrait doper l’épargne retraite
Restriction du champ d’application du régime de TVA des services à la personne : définition des critères de fragilité
Régime du micro-foncier : pas de révision en vue du plafond de 15000€
Le Conseil Constitutionnel censure 24 articles de la Loi Pacte
Report d’imposition de la plus-value d’apport de titres : nouveaux aménagements proposés par le Gouvernement
Le Conseil de l’UE révise sa liste des juridictions fiscales non coopératives
Constitutionnalité de la déductibilité de l’assiette de l’ISF des dettes du redevable à l’égard de ses héritiers ou de personnes interposées
Bercy commente la réforme du dispositif fiscal « Pinel »
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2019/a>