Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Les premiers amendements au PLF 2018 adoptés en séance publique à l’Assemblée Nationale

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Premiers amendements au PLF 2018 adoptés en séance publique à l’Assemblée Nationale

Depuis jeudi matin les députés ont entamé la discussion de la première partie du projet de loi de finances pour 2018. A la demande du Gouvernement certains amendements ont été appelés par par priorité. Il s’agit des amendements aux articles 10 à 15 du PLF pour 2018.

Article 10 : Augmentation des seuils des régimes d’imposition des micro-entreprises

Les députés ont adopté jeudi, lors de l’examen du projet de budget 2018, le doublement du plafond de revenus du régime de la micro-entreprise, utilisé notamment par les auto-entrepreneurs, sans modifier cependant le plafond de franchise de TVA pour rassurer les artisans.

Pour aller plus loin : Le rehaussement des plafonds des régimes « micro »

Les 3 amendements adoptés N° I-612, I-614, I-615 étaient purement rédactionnels.

Après l’article 10 plusieurs amendements ont été adoptés

  • Les amendements I-586, I-1020, I-1208 visant à assouplir les conditions d’application de l’article 44 quindecies du CGI qui instaure un régime d’allègement d’impôt sur le revenu ou d’impôt sur les sociétés au profit des entreprises créées ou reprises entre le 1er janvier 2011 et le 31 décembre 2020 en zone de revitalisation rurale (ZRR).

Pour aller plus loin : Vers un assouplissement de l’exonération d’impôt sur les bénéfices pour implantation en ZRR en cas de reprise familiale ?

  • L’amendement I-307 qui tire les conséquences fiscales de la réalisation, par les agriculteurs, d’activités accessoires et connexes.

Dans un souci de simplification et d’égalité de traitement des agriculteurs, l’amendement adopté fusionne les seuils de rattachement des activités commerciales et non commerciales (50 000 € et 30 %) et ceux permettant le rattachement des activités de production d’électricité éolienne ou photovoltaïque (100 000 € et 50 %)

L’amendement adopté relève ainsi les seuils de rattachement de ces activités, pour les porter à 50 % des recettes tirées de l’activité agricole et à 100 000 euros.

  • L’amendement I-1361 du Gouvernement qui proroge de trois ans le dispositif, qui arrive à échéance en fin d’année 2017, consistant en un taux réduit d’IS de 19 % applicable aux plus-values réalisées lors de la cession de locaux professionnels en vue de leur transformation en logements dans un délai de 4 ans (Codifié à l’article 210 F du CGI).

L’amendement adopté propose également :

  • d’étendre le taux réduit d’IS aux cessions de terrains à bâtir lorsque le cessionnaire s’engage à y construire des logements dans le délai de quatre ans ;
  • et de recentrer le dispositif sur les zones géographiques les plus tendues.

Cette mesure s’appliquera aux cessions réalisées jusqu’au 31 décembre 2020, mais aussi aux promesses de vente conclues avant cette date sous réserve que la cession intervienne au plus tard le 31 décembre 2022.

  • L’amendement I-588 qui a pour but de corriger l’un des effets de la dernière réforme des zones de revitalisation rurales – ZRR

Le fait d’être classé en ZRR permet à des zones rurales caractérisées par une faible densité de population et un revenu par habitant faible, c’est-à-dire à des zones rurales assez déshéritées, de bénéficier d’un certain nombre d’exonérations fiscales et sociales.

La dernière réforme a eu pour effet la sortie massive de communes hors de ces ZRR, alors que leur situation, objectivement, n’avait pas du tout changé.

L’amendement adopté maintient à titre provisoire, jusqu’au 31 décembre 2019, le bénéfice du dispositif des ZRR aux communes qui en sont sorties et qui ne sont pas couvertes par la loi Montagne de 2016.

Article 11 : Mise en oeuvre du prélèvement forfaitaire unique

  • L’amendement I-1361 du Gouvernement qui prévoit plusieurs ajustements techniques visant à clarifier les modalités d’imposition de certains produits des contrats d’assurance vie et de certaines plus-values réalisées avant le 1er janvier 2018

L’amendement du Gouvernement confirme que les produits des contrats d’assurance-vie de source française ou étrangère attachés à des primes versées avant le 27 septembre 2017 restent bien imposés selon le régime actuel.

En outre, il aligner le taux d’imposition des produits des contrats d’assurance-vie attachés à des primes versées à compter du 27 septembre 2017 et bénéficiant à des non-résidents sur celui applicable aux résidents.

Ce taux est donc fixé à 12,8 % avec possibilité pour les personnes physiques de bénéficier du taux réduit de 7,5 % pour une partie de ses produits au prorata des primes versées n’excédant pas 150 000 €.

Par ailleurs, l’amendement précise les modalités d’imposition de certaines plus-values réalisées avant l’entrée en vigueur de la réforme et qui seront imposées au taux forfaitaire applicable à compter de 2018.

En effet, ces plus-values seront taxées au taux de 12,8 % sur une assiette brute. Cela étant, lorsque le contribuable opte pour le barème, ces plus-values sont retenues après application des abattements en vigueur à la date de la cession.

Enfin, cet amendement précise les modalités d’imputation de l’abattement de 500 000 € applicable aux gains d’acquisitions d’actions gratuites de PME réalisées par les dirigeants lors de leur départ à la retraite.

  • L’amendement I-590 qui vise à rendre plus cohérente l’application du PFU aux contrats d’assurance vie dont le rachat est opéré avant huit ans

Actuellement, ces rachats anticipés sont imposés aux taux global de 50,5 % (moins de quatre ans) ou 30,5 % (entre quatre et huit ans). Compte tenu de l’augmentation de la CSG, ces taux passeront à 52,2 % et à 32, 2 % à compter du 1er janvier 2018.

Par cohérence avec ce que prévoit le présent projet de loi pour les contrats de plus de huit ans, le PFU s’appliquera aux contrats de moins de huit ans (pour les produits attachés aux primes versées à compter du 27 septembre 2017) uniquement à la fraction de l’encours supérieur à 150 000 euros.

L’amendement adopté prévoit que le PFU s’appliquera, pour les contrats d’assurance vie de moins de huit ans, quel que soit l’encours du contrat. Ainsi le taux du PFU sera globalement substitué aux taux de 52,2 % et 32,2 %.

  • Les amendements I-590 et I-1163 qui vise à rendre plus cohérente l’application du PFU aux contrats d’assurance vie dont le rachat est opéré avant huit ans

Actuellement, ces rachats anticipés sont imposés aux taux global de 50,5 % (moins de quatre ans) ou 30,5 % (entre quatre et huit ans). Compte tenu de l’augmentation de la CSG, ces taux passeront à 52,2 % et à 32, 2 % à compter du 1er janvier 2018.

Par cohérence avec ce que prévoit le présent projet de loi pour les contrats de plus de huit ans, le PFU s’appliquera aux contrats de moins de huit ans (pour les produits attachés aux primes versées à compter du 27 septembre 2017) uniquement à la fraction de l’encours supérieur à 150 000 euros.

Si l’approche est globalement cohérente, le résultat est peu lisible : pour les contrats de plus de huit ans, la fiscalité augmente au-delà de 150 000 euros. Pour les contrats de moins de huit ans, elle baisse au delà de ce seuil. Le projet de loi semble donc offrir une prime au rachat anticipé des plus gros contrats.

Afin d’éviter cet effet, l’amendement adopté prévoit que le PFU s’appliquera, pour les contrats d’assurance vie de moins de huit ans, quel que soit l’encours du contrat. Ainsi le taux du PFU sera globalement substitué aux taux de 52,2 % et 32,2 %.

Après l’article 11 plusieurs amendements ont été adoptés

  • Les amendements I-592 et I-1161 qui visent à modifier le régime fiscal des plus-values professionnelles, réalisées par les indépendants lorsqu’ils revendent leur entreprise, afin qu’il soit soumis à la « flat tax » de 30% sur le capital.

Aujourd’hui, pour les entreprises relevant de l’impôt sur le revenu, la plus-value nette à long terme est imposée au taux de 16 % auquel s’ajoutent les prélèvements sociaux, ce qui aboutit à une imposition effective de 31,5%.

L’amendement adopté vise à s’assurer que l’imposition des plus-values professionnelles des artisans, commerçants et agriculteurs, lorsqu’elles sont imposables à l’impôt sur le revenu, ne dépasse pas le taux global introduit par prélèvement forfaitaire unique (PFU) sur les plus-values liées à l’épargne et aux investissements en capital, soit 30 %.

Compte tenu des prélèvements sociaux qui pèseront sur ces plus-values au taux de 17,2 %, le taux d’imposition au titre de l’impôt sur le revenu est ramené à 12,8 % au lieu des 16% actuels pour être cohérent avec le PFU.

  • Les amendements I-594 et I-1154 qui visent à augmenter d’un point le taux de la taxe forfaitaire sur la cession des objets précieux

En pratique, à l’article 150 VK-II-1° du CGI le taux : « 10 % » est remplacé par le taux : « 11 % ».

Cette augmentation permet de tirer les conséquences de la création de l’IFI qui se traduit pas une réduction globale de la fiscalité sur ces métaux précieux.

Mise à jour le 20 octobre à 19h30

Article 12 : Institution de l’IFI et suppression de l’ISF

  • L’amendement I-1364 (Rect) du Gouvernement qui vise à simplifier la mise en œuvre de l’impôt sur la fortune immobilière (IFI) pour les contribuables détenant des immeubles par l’intermédiaire de sociétés opérationnelles détenues indirectement ou d’organismes de placement collectif ou de fonds d’investissement

Cette simplification interviendrait grâce à un élargissement de l’absence de prise en compte des parts ou actions accordée en cas de détention inférieure à 10 % du capital ou des droits de vote, laquelle serait soumise, pour les fonds, au respect d’un critère additionnel de détention par le fonds d’actifs immobiliers imposables inférieurs à 20 % de l’actif total du fonds.

Par ailleurs, par cohérence avec les conditions encadrant la déductibilité des dettes contractées par le redevable, l’amendement adopté neutralise, pour la valorisation des parts ou actions détenues par le redevable, la déduction de telles dettes lorsqu’elles sont contractées par une entreprise.

Il rétablit la période de collecte des dons en vigueur en matière de réduction « ISF-dons » pour les associations bénéficiaires de la nouvelle réduction d’IFI en raison des dons effectués à certains organismes d’intérêt général.

  • L’amendement I-949 qui assouplit le régime d’exonération d’IFI pour les bois et forêts et les parts de groupements forestiers

Il est prévu d’appliquer à l’impôt sur la fortune immobilière les exonérations prévues pour les bois et forêts et les parts de groupements forestiers au titre de l’impôt de solidarité sur la fortune.

Dans le cadre de ces exonérations, il convient de fournir, tous les dix ans, un certificat émanant du directeur départemental des territoires et de s’engager, pendant trente ans, à appliquer une garantie de gestion durable aux bois et forêts concernés.

Afin de ne pas obliger à un renouvellement complet des certificats et engagements au titre de l’année 2018, l’amendement adopté maintient les certificats et engagements précédemment pris jusqu’à leur terme.

Après l’article 12 plusieurs amendements ont été adoptés

  • L’amendement I-541 qui étend aux contrats « article 83 » et « loi Madelin » la possibilité de rachat dans la limite de 20 % des droits individuels résultant de ces contrats dont bénéficient déjà les contrats PREFOn et PERP

Les sommes ainsi perçues sous forme de capital seraient soumises à l’impôt dans les conditions prévues par le II de l’article 163 bis du CGI (outre l’application des prélèvements sociaux, possibilité d’option pour un prélèvement forfaitaire égal à 7,5 % des sommes perçues).

  • L’amendement I-1140 qui augmente le barème du droit annuel de francisation et de navigation (DAFN) et du droit de passeport applicable aux grands navires de plaisance par cohérence avec la sortie de l’ISF de ces biens luxueux

Pour les navires de plaisance et de sport d’une longueur supérieure ou égale à 30 mètres et d’une puissance propulsive supérieure ou égale à 750 kW, le montant annuel de francisation et de navigation est, par dérogation à l’article 223, fixé comme suit :

Longueur (mètres) 750 à1000 kW 1000 à 1200 kW 1200 à 1500 kW1500 et plus kW
30 à 40 30 000 € 30 000 € 30 000 € 30 000 €
40 à 50 30 000 € 30 000 € 30 000 € 75 000 €
50 à 60 - 30 000 € 75 000 € 100.000 €
60 à 70 - 30 000 € 75 000 € 150 000 €
70 et plus - 75 000 € 150 000 € 200 000 €

Les sommes ainsi récoltées permettront notamment de contribuer au fonctionnement et aux investissements de la société nationale de sauvetage en mer (SNSM) qui assure une mission de service public en secourant bénévolement et gratuitement les vies humaines en danger, en mer.

Mise à jour le 20 octobre à 19h50

  • les amendements I-598 et I-1220 qui instituent une taxe additionnelle sur l’immatriculation des voitures de sport, disposant d’une puissance fiscale supérieure à 36 chevaux. »

Cette taxe codifiée au nouvel article 963 A du CGI est limitée à des véhicules très haute puissance .

Le montant est fixé à 8 000 euros par immatriculation, une montée en charge progressive étant toutefois aménagée sur les 16 premiers chevaux fiscaux concernés afin d’éviter tout effet de seuil susceptible de créer des distorsions entre contribuables ou entre modèles de véhicules présentant des caractéristiques techniques proches. Seule l’acquisition des voitures particulières est concernée (neuves ou d’occasion).

Dispositif transitoire : afin de ne pas pénaliser les personnes ayant acheté leur véhicule avant le 1er janvier 2018, date d’entrée en vigueur de la nouvelle taxe, mais n’ayant pas pu le faire immatriculer avant cette date.

Mis à jour le 20 octobre à 20H10...

  • Sous-amendement I-1350 qui exclut du champ d’application de la nouvelle taxe de l’article 963 du CGI les véhicules de collection.

Un véhicule de collection est défini par l’article R. 311‑1 du code de la route comme un véhicule remplissant l’ensemble des conditions suivantes :

  • avoir été construit ou immatriculé pour la première fois il y a au moins trente ans ;
  • ne plus être produit ;
  • être préservé sur le plan historique et maintenu dans son état d’origine, sans qu’aucune modification essentielle n’ait été apportée aux caractéristiques techniques de ses composants principaux.

Pour aller plus loin : Définition des véhicules de collection exonérés d’ISF

  • l’amendement I-599 modifiant le barème de la taxe additionnelle à la taxe sur les certificats d’immatriculation des véhicules d’occasion.

L’article 1010 bis du CGI a institué une taxe additionnelle à la taxe sur les certificats d’immatriculation des véhicules prévue à l’article 1599 quindecies du CGI sur les voitures les plus polluantes. Ainsi, pour les véhicules mis en circulation à partir du 1er juin 2004, une taxe additionnelle est perçue sous certaines conditions lors de l’immatriculation d’une voiture particulière.

Toutefois, pour les véhicules acquis et immatriculés pour la première fois en France ou à l’étranger à compter du 1er janvier 2008, à l’exception des véhicules ayant donné lieu, avant le 5 décembre 2007, à une commande accompagnée d’un versement d’un acompte, la taxe n’est pas due lorsque le certificat d’immatriculation a donné lieu au paiement de la taxe prévue à l’article 1011 bis du CGI.

L’amendement propose d’asseoir la taxe uniquement sur la puissance fiscale (donnée disponible sur la carte grise), de faire évoluer les tarifs de manière modérée pour les voitures de tourisme dont la puissance est comprise entre 10 et 14 chevaux vapeurs (CV) fiscaux, mais surtout d’instituer une taxe plus importante pour celles dont la puissance fiscale est supérieure ou égale à 15 CV  : ces dernières devront s’acquitter d’une taxe de 1 000 euros lors de l’immatriculation de la voiture contre seulement 300 euros aujourd’hui.

Puissance fiscale (en chevaux-vapeur) Tarif proposé (€)
Puissance fiscale ≤ 9 0
10 ≤ puissance fiscale ≤ 11 100
12 ≤ puissance fiscale ≤ 14 300
15 ≤ puissance fiscale 1 000

Mis à jour le 20 octobre à 22H10...


Affaire à suivre...

newsletter de Fiscalonline

Article de la rédaction du 19 octobre 2017

Publié le vendredi 20 octobre 2017

2 Messages de forum

  • Bonjour,

    Au niveau de l’article 11 est plus particulièrement de l’abattement de 500.000 euros sur les plus-values des dirigeants de PME . Dans le cas ou le contribuable choisi de soumettre cette plus-value au "PFU" intégrant dans les 30% les prélèvements sociaux, cela signifie-t-il que l’abattement concernerait également la CSG/CRDS ?

    D’avance merci de votre réponse

    Répondre à ce message

  • Bonjour,

    l’abandon (?) des abattements de droit commun (surplus éventuels de plus value, aux 500 000€ fixe) lors de cession de part, non encore complètement avalisé lors du PLF 18, concerne-t-il :

    seulement les liquidations de retraite actées en 2018- puis cession de parts en 2018_2019,

    ou bien également les cessions de part en 2018, suite à liquidation (actée en 2017) de retraite ?

    En effet, le dirigeant partant à la retraite ( exemple retraite liquidée en 2017) avait jusqu’à présent 2 années pour céder ses parts (donc jusqu’en 2019) et bénéficier de l’abattement fixe puis celui de droit commun, surplus éventuel de plus value, pour durée de détention.

    Merci

    Répondre à ce message


Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  alaune | BCRSS15 | Fiscalité des entreprises | Fiscalité des particuliers | mafiscalite


 



Les articles les plus lus !
Création d’une amende fiscale à l’encontre des intermédiaires complices d’un contribuable sanctionné pour fraude fiscale grave
Preuve apportée par l’administration de l’existence d’un transfert de bénéfices à l’étranger
Le Comité social et économique aura accès à la politique de prix de transfert de l’entreprise
Pour la Commission le Luxembourg n’a pas accordé à McDonald’s un traitement fiscal sélectif
Les députés votent la fin du « verrou de bercy » pour les plus gros fraudeurs
Extension de la procédure de taxation d’office aux œuvres d’art et objets de collection
Le Gouvernement propose de pérenniser le principe d’indemnisation des « indics » fiscaux
Imposition à l’IFI des personnes victimes d’un accident et handicapées
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2018