Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Boutique Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Les enfants à charge pour les impôts

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Les enfants à charge pour les impôts

Un enfant, deux enfants, trois enfants, et votre feuille d’impôt s’allège aussitôt. Bonne nouvelle, les enfants peuvent rester dans le giron fiscal des parents jusqu’à 21 ans, voire 25 ans s’ils sont étudiants. Décryptage.

Fiscalement à charge ou pas ? Cette question hante tout parent quand sonne l’heure du devoir fiscal, ce moment crucial où il faut remplir la déclaration d’impôt sur le revenu, et que rôde la peur de l’erreur en sa défaveur. Les enfants à charge sont pris en compte au moyen de parts ou demi-parts (on dit le quotient familial). Plus on a d’enfants, plus le nombre de parts est élevé. Et plus le nombre de parts est élevé, plus le montant de l’impôt sur le revenu diminue, voire s’annule totalement.

Moins de 18 ans, toujours à charge

L’enfant âgé de moins de 18 ans est de plein droit à la charge de ses parents.

S’ils sont séparés, l’enfant mineur est compté à la charge du parent chez qui il vit habituellement. Lorsqu’il réside chez un parent pendant quelques jours, puis chez l’autre, et ainsi de suite (système de la résidence alternée), l’enfant est compté à la charge égale des deux parents qui se partagent tous les avantages fiscaux à égalité. Tout enfant né avant le 31 décembre peut être compté à charge, même s’il est arrivé le dernier jour de l’année (avant minuit).

L’enfant né et décédé au cours de la même année peut être compté à charge s’il a été déclaré au bureau de l’Etat civil.

Un enfant né sans vie (mort-né selon la vilaine formule utilisée parfois) peut également être compté à charge s’il a été établi un acte d’enfant sans vie, qui est inscrit dans le registre des décès de la commune.

Jusqu’à 21 ans ou 25 ans pour les étudiants

A partir de 18 ans, l’enfant acquiert l’autonomie fiscale, et devient un contribuable à part entière, qui doit faire sa propre déclaration des revenus. Voilà pour la théorie. Dans la vraie vie, même après avoir fêté sa majorité, l’enfant peut rester dans le giron fiscal de ses parents. Donc, peut être compté (rattaché) à la charge des parents :

  • l’enfant âgé de moins de 21 ans, quelle que soit sa situation. Peu importe donc si l’enfant est étudiant, salarié, chômeur, sans activité, etc.
  • L’enfant âgé de 21 ans à 25 peut être compté à la charge de ses parents uniquement s’il poursuit des études.
  • L’enfant souffrant d’un handicap peut être déclaré à la charge de ses parents sans limite d’âge.

L’enfant majeur (moins de 21 ans ou moins de 25 ans pour un étudiant) peut être compté à la charge des parents même s’il n’habite pas sous leur toit, voire s’il réside dans un pays étranger (enfant qui poursuit des études hors de France par exemple).

Si les enfants que vous déclarez à votre charge ont touché des revenus imposables, il convient de les déclarer avec les vôtres.

A chacun sa part, faites le bon compte

Le principe : chaque enfant à charge donne droit à demi-part de quotient familial. Dans certaines situations, un enfant peut vous procurer une part entière de quotient familial au lieu d’une demie.
  • Une part à partir du 3 ème enfant. Pour encourager les familles nombreuses, il a été décidé voici une quarantaine d’années que chaque enfant à partir du troisième, compte pour une part entière quelle que soit la situation des parents.
  • Un enfant titulaire d’une carte d’invalidité d’au moins 80 % compte pour une part entière.
  • Le premier enfant à charge d’un parent isolé, donc une personne célibataire, divorcée ou séparée ne vivant pas en concubinage compte pour une part entière.
  • Le parent veuf ou veuve avec au moins un enfant à charge ou rattaché (issu ou non du conjoint décédé) se voit maintenir la part dont bénéficiait le conjoint décédé. Le parent survivant dispose donc du même nombre de parts qu’un couple marié.
Un père veuf ou une mère veuve ayant 3 enfants à charge ou rattachés bénéficie donc de 4 parts en tout soit : 1 part pour lui, 1 part pour le conjoint décédé, 1/2 part pour chacun des deux premiers enfants, 1 part entière pour le troisième.
Points à retenir


  • La déclaration des revenus préimprimée que vous recevez à domicile mentionne uniquement vos enfants mineurs, jamais vos enfants majeurs. En conséquence, vous devez redéclarer chaque année le ou les enfants majeurs qui souhaitent être comptés à votre charge.
  • C’est fromage ou dessert. Il n’est pas possible de cumuler pour un même enfant le bénéfice d’une demi-part (une part dans certains cas) et la déduction d’une pension alimentaire. C’est l’un ou l’autre.

Michèle Auteuil de fiscalonline

Application Fiscalonline


Plus d’infos, moins d’impôts ©


Dossier Déclaration de revenus 2015 :


  • Déjà publié :
  • A venir :
    • Impôt sur le revenu et calcul du quotient familial
    • Frais professionnels des salariés pour faire baisser l’impôt
    • Dons, la générosité pour payer moins d’impôts...

newsletter de Fiscalonline

Article de la rédaction du 22 mars 2015

Publié le lundi 23 mars 2015

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  BCRSS15 | Déclaration | Déduction fiscale | Fiscalité des particuliers | Impôt sur le revenu


 



Les articles les plus lus !
Bruxelles propose l’application du taux réduit de TVA sur le livre numérique et la presse en ligne
Prélèvements sociaux sur les locations de biens meubles et immeubles : l’assemblée nationale restaure en commission le texte adopté en première lecture
Vers une obligation des plateformes en ligne à déclarer au fisc des revenus de leurs utilisateurs ?
Le gouvernement précise "a minima" les conditions permettant de déterminer le caractère animateur d’une holding
PLFR2016 : Taxe « YouTube » : nouvelle offensive des députés en commission
La Cour des Comptes révèle que les aides de l’État à l’accession à la propriété sont de moins en moins efficaces
L’Assemblée Nationale a adopté en première lecture le projet de loi de finances pour 2017
TVA à taux réduit sur les travaux : l’efficacité de cette dépense fiscale reste à démontrer
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2016