Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Les deux propositions de Bruxelles pour taxer l’économie numérique

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Imposition de l’économie numérique : la Commission propose de nouvelles mesures pour garantir que toutes les entreprises paient leur juste part d’impôt dans l’UE

La Commission européenne a proposé aujourd’hui de nouvelles règles visant à garantir que les activités des entreprises numériques soient imposées dans l’UE d’une manière équitable et propice à la croissance. Ces mesures permettraient à l’UE de jouer un rôle moteur à l’échelle mondiale en matière d’élaboration de législations fiscales adaptées à l’économie moderne et à l’ère numérique.

Constat

Les règles internationales en matière d’impôt sur les sociétés ne sont aujourd’hui plus adaptées aux réalités de l’économie mondiale moderne et ne saisissent pas les modèles d’affaires qui peuvent tirer profit des services numériques dans un pays sans être physiquement présents.

Les règles fiscales actuelles ne reconnaissent pas non plus les nouvelles formes de création de profits dans le monde numérique, en particulier le rôle que jouent les utilisateurs dans la création de valeur pour les entreprises numériques.

Par conséquent, il existe une déconnexion - ou une « inadéquation » - entre la création de valeur et le paiement des taxes.

Les propositions de la Commission Européenne

Elle a fait deux propositions législatives :

  • La première initiative vise à réformer les règles de l’impôt sur les sociétés afin que les bénéfices soient enregistrés et imposés lorsque les entreprises ont des interactions significatives avec les utilisateurs via les canaux numériques. Cela constitue la solution à long terme préférée de la Commission.
  • La deuxième proposition répond aux appels de plusieurs États membres en faveur d’une taxe provisoire couvrant les principales activités numériques échappant actuellement à l’impôt dans l’UE.

Proposition 1 : Une réforme commune des règles de l’UE en matière d’impôt sur les sociétés pour les activités numériques

Cette proposition permettrait aux États membres d’imposer les bénéfices générés sur leur territoire, même si une entreprise n’y a pas de présence physique. Les nouvelles règles garantiraient que les entreprises en ligne contribuent aux finances publiques au même niveau que les entreprises traditionnelles « en brique et mortier ».

Une plateforme numérique sera considérée comme ayant une « présence numérique » imposable ou un établissement permanent virtuel dans un État membre si elle remplit l’un des critères suivants :

  • elle dépasse un seuil de 7M€ de recettes annuelles dans un État membre
  • elle compte plus de 100 000 utilisateurs dans un État membre au cours d’une année imposable
  • Plus de 3 000 contrats commerciaux pour les services numériques sont créés entre l’entreprise et les utilisateurs professionnels au cours d’une année imposable.

Les nouvelles règles modifieront également la façon dont les bénéfices sont alloués aux États membres d’une manière qui reflète mieux la façon dont les entreprises peuvent créer de la valeur en ligne : par exemple, en fonction de l’endroit où l’utilisateur est basé au moment de la consommation.

En fin de compte, le nouveau système assure un lien réel entre les bénéfices numériques et les impôts.

La mesure pourrait éventuellement être intégrée dans le champ d’application de l’assiette commune consolidée pour l’impôt sur les sociétés (ACCIS).

Proposition 2 : Une taxe provisoire sur certains revenus issus des activités numériques

Cette taxe provisoire garantit que les activités qui ne sont actuellement pas taxées efficacement commenceront à générer des revenus immédiats pour les États membres.

Cela permettrait également d’éviter des mesures unilatérales visant à taxer les activités numériques dans certains États membres, ce qui pourrait aboutir à une mosaïque de réponses nationales préjudiciables à notre marché unique.

Contrairement à la réforme commune des règles fiscales sous-jacentes de l’UE, cette taxe indirecte s’appliquerait aux revenus générés par certaines activités numériques échappant entièrement au cadre fiscal actuel.

Ce système ne s’appliquera qu’à titre provisoire, jusqu’à ce que la réforme globale ait été mise en œuvre et que des mécanismes intégrés aient été mis en place pour atténuer la possibilité d’une double imposition.

La taxe s’appliquera aux revenus générés par des activités où les utilisateurs jouent un rôle majeur dans la création de valeur et qui sont les plus difficiles à capturer avec les règles fiscales actuelles, telles que les revenus :

  • créés à partir de la vente d’espace publicitaire en ligne
  • créés à partir d’activités intermédiaires numériques qui permettent aux utilisateurs d’interagir avec d’autres utilisateurs et qui peuvent faciliter la vente de biens et de services entre eux
  • créés à partir de la vente de données générées à partir d’informations fournies par l’utilisateur.

Les recettes fiscales seraient collectées par les États membres où sont situés les utilisateurs et ne s’appliqueraient qu’aux entreprises dont les recettes annuelles mondiales totales s’élèvent à 750 millions d’euros et les recettes de l’UE à 50 millions d’euros.

Cela contribuera à garantir que les petites entreprises en démarrage et les entreprises à grande échelle ne soient pas contraintes. Des recettes estimées à 5 md€ par an pourraient être générées pour les États membres si la taxe est appliquée au taux de 3%.

Les propositions législatives seront soumises au Conseil pour adoption et au Parlement européen pour consultation.

Source : Commission européenne

Fiche d’information

MEMO sur l’imposition du numérique

newsletter de Fiscalonline

Article de la rédaction du du 21 mars 2018

Publié le mercredi 21 mars 2018

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  alaune | BCRSS15 | Fiscalité des entreprises | mafiscalite


 



Les articles les plus lus !
L’épargne-retraite vue par le projet de loi PACTE : on change tout !
Plongée en eaux troubles du contrôle des comptabilités informatisées
Cession des titres reçus dans le cadre d’un partage : les modalités de la calcul de la plus-value sont constitutionnelles
Délivrance irrégulière de documents permettant de bénéficier d’un avantage fiscal : de la constitutionnalité de l’amende de 25%
Pinel : Prorogation du délai légal d’achèvement des logements acquis en l’état futur d’achèvement en cas de force majeur
Petite pause estivale...on revient de 30 juillet
Le Ministre des Comptes publics a décidé de supprimer 25 petites taxes
Le Gouvernement ne prévoit pas d’alléger l’imposition sur les successions
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2018