Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Boutique Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Le principe de confiance légitime peut-il faire obstacle à la restitution d’une aide d’Etat ?

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Le principe de confiance légitime peut-il faire obstacle à la restitution d’une aide d’Etat ?

Article d’Antoine Colonna d’Istria, avocat fiscaliste, associé du cabinet Norton Rose Fulbright

La récente décision de la commission dans l’affaire Apple conduit naturellement à s’interroger sur l’impact que peut avoir aujourd’hui pour un contribuable français la sanction de l’illégalité d’une aide d’Etat lorsqu’elle se traduit par exemple par des impositions supplémentaires mises à sa charge au prétexte qu’il aurait été illégalement exonéré d’impôts.

Une récente décision du Conseil d’Etat (SAS SAPA) du 16 mars dernier illustre les arguments que pourraient soulever les contribuables astreints à restituer les avantages fiscaux qu’ils pensaient pouvoir obtenir.

Dans cette affaire, la société Sapa avait cru pouvoir bénéficier des dispositions issues de l’article 44 septies du Code général des impôts exonérant temporairement de certains impôts les repreneurs de sociétés en difficulté.

Cette disposition, d’abord non plafonnée, avait été considérée comme incompatible avec le droit communautaire par la Commission de sorte que la loi française avait été adaptée pour encadrer le régime et le rendre compatible avec la réglementation communautaire. Au demeurant, la société Sapa estimait qu’elle avait choisi de reprendre une société en difficulté financière sur la base des dispositions initiales de l’article 44 septies et se fondait donc sur un principe de sécurité juridique et de protection de la confiance légitime pour s’opposer à la demande par l’administration fiscale de restitution des avantages fiscaux ainsi acquis.

Or, si le principe de confiance légitime constitue selon la jurisprudence de la Cour de justice le « versant subjectif du principe objectif de sécurité juridique » et est donc désormais consacré par le droit communautaire, il ressort de la décision Sapa qu’il ne l’est pas encore complètement par le droit français.

En effet, sauf à ce que la disposition régissant la situation en cause soit issue directement du droit communautaire, il n’apparaît pas possible aujourd’hui de faire valoir en droit interne un principe de confiance légitime afin d’empêcher la récupération de l’impôt par l’Etat français y compris lorsque cette disposition est rendue illégitime par une décision fondée sur le droit communautaire comme une qualification d’aide d’Etat.

Ainsi, le principe de confiance légitime pourrait trouver à s’appliquer s’agissant de la mise en place du régime dérogatoire de la TVA, directement applicable en France comme cela a déjà été jugé par le Conseil d’Etat. En revanche, selon le Conseil d’Etat, la décision rendue par la Commission européenne au regard des règles relatives aux aides d’Etat n’était pas en elle-même constitutive d’une situation régie par ce droit en l’absence d’une disposition européenne régissant spécifiquement la situation en cause et alors même que la décision de la Commission s’imposait en tout état de cause à l’administration et à l’Etat français.

  • Au demeurant, pourrait-on invoquer le principe de confiance légitime sur la base d’un acte illégal devant la Cour de justice ?
  • Peut-il y avoir confiance légitime d’un opérateur économique qui n’a pas vérifié s’il se trouvait dans une situation régulière ou non au regard de la réglementation en cause ?
  • Or, en l’absence d’une vérification préalable du fait que l’aide a été régulièrement notifiée par l’Etat qui l’octroi, et a fait l’objet d’une décision de compatibilité de la Commission, l’opérateur économique ne pourrait-il pas invoquer un tel principe ?

Un autre argument, également invoqué dans l’affaire Sapa, est le principe d’espérance légitime protégé par les stipulations combinées de la Convention de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales et de l’article 1er du 1er Protocole additionnel à cette convention.

Le Conseil d’Etat a cependant rejeté ce moyen car n’étant pas d’ordre public et nouveau en cassation.

De même, le contribuable a invoqué la méconnaissance par la cour d’appel de la garantie des droits résultant de l’article 16 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen (DDHC), mais là encore cet argument n’a pas été retenu car formulé non pas à l’appui d’une QPC dirigée contre des dispositions législatives et donc ne pouvant pas prospérer dans le cadre d’un contentieux devant le Conseil d’Etat.

Le recours aux articles 16 et 17 de la DDHC conformément à la procédure relative à la QPC pourrait mériter un examen du Conseil constitutionnel même si la jurisprudence de celui-ci montre une certaine réticence à utiliser ces dispositions pour invalider des dispositions législatives.

Enfin, on ne saurait exclure que la responsabilité de l’Etat à raison de sa faute commise en méconnaissance de l’obligation de notification préalable de l’aide ainsi octroyée au contribuable puisse être utilement invoquée.

Cela conduirait-il à réduire l’impact de la restitution de l’aide illégitime imposée par la Commission ? L’ingérence grandissante de la Commission rend souhaitable que les juridictions françaises et européennes se prononcent sur la pertinence de ces moyens dans les prochaines années.

newsletter de Fiscalonline

Article d’Antoine Colonna d’Istria, avocat fiscaliste, associé du cabinet Norton Rose Fulbright

Publié le jeudi 20 octobre 2016

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  Aides d’état | alaune | BCRSS15


 



Les articles les plus lus !
Immixtion d’une holding dans la gestion de ses filiales et modalités de déduction de la TVA : Bercy met à jour sa doctrine
Etat comparatif des impôts prélevés sur la commune de Paris et le 16ème arrondissement
Les députés instituent une nouvelle dépense de recherche externalisée ouvrant droit au CIR
PLFSS 2017 : les spécificités des gîtes ruraux relatives aux cotisations sociales mieux prises en compte
Remboursement du précompte mobilier et affaire ACCOR : Bruxelles saisit la CJUE contre la France
Le Gouvernement propose de légaliser en droit fiscal le caractère commercial de l’activité de location meublée
Un nouveau dispositif fiscal incitatif viendra se substituer aux régimes « Besson ancien » et « Borloo ancien »
La règle du rappel fiscal des donations antérieures est conforme à la Constitution
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2016