Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Boutique Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « Logement »
Plan d’action Entreprises
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Le Conseil des prélèvements obligatoires présente ses scénarios de réforme de l’impôt sur les sociétés

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Le Conseil des prélèvements obligatoires présente ses scénarios de réforme de l’impôt sur les sociétés

Le Conseil des prélèvements obligatoires (CPO) vient de publier un rapport consacré à l’impôt sur les sociétés (IS) intitulé « Adapter l’impôt sur les sociétés à une économie ouverte ».

La France, qui s’est engagée dans la loi de finances pour 2017 à un passage progressif au taux de 28 % à l’horizon 2020, doit selon le CPO « rechercher un cadre plus harmonisé avec ses partenaires européens qui, tout en demeurant attractif pour les entreprises, lui permette de mieux lutter contre l’érosion des bases fiscales et l’évasion des bénéfices. »

Le CPO expose à cet égard des scénarios de réforme précis, fondés sur l’analyse des contraintes et des atouts de l’IS en termes d’assiette, de taux et de sécurité juridique pour les contribuables.

Dans une première partie, le rapport s’attache à poser le cadre de l’impôt sur les sociétés en France, sa place dans la fiscalité, les spécificités liées à son caractère beaucoup plus international que la plupart des autres prélèvements obligatoires et ses paramètres clés.

Cette analyse permet d’exposer en quoi la cohérence initiale de l’impôt sur les sociétés est mise à l’épreuve en raison de l’ouverture de l’économie française.

La deuxième partie analyse l’ensemble des facteurs d’évolution de l’impôt sur les sociétés français, qu’ils soient économiques ou juridiques, qui appellent à l’adapter. Ces développements font notamment place à une analyse comparative des taux implicites d’imposition et aux conséquences de l’intégration économique. Ils sont également l’occasion de présenter les dispositions de la directive ATA et les propositions relatives au projet européen ACCIS.

La troisième partie du rapport passe en revue les évolutions envisageables et suggère des scénarios de réforme précis. La poursuite de la lutte contre l’érosion des bases fiscales et la convergence des taux constituent la stratégie la plus pertinente à court et à moyen termes et sont autant d’opportunités à saisir.

Les propositions du Conseil des prélèvements obligatoires

À court terme : la convergence du taux d’impôt sur les sociétés

1. Établir un cadre méthodologique rigoureux et consensuel pour procéder à des comparaisons de taux implicites d’imposition entre entreprises, permettant de traiter également les entreprises du secteur financier ;

2. Faire converger le taux d’IS vers la moyenne des grandes économies de l’Union européenne (soit environ 25 %), selon un calendrier clair et prédéfini, et prévoir que ce taux s’applique à toutes les entreprises, quelle que soit leur taille, en ménageant les transitions pour celles qui bénéficient aujourd’hui d’un taux réduit sur tout ou partie de leur bénéfice ;

3. Contribuer au financement de cette convergence du taux par des ajustements de l’assiette et des modalités de calcul de l’IS :

  • mettre en conformité l’application du taux réduit d’imposition à 15 % pour les revenus tirés de la propriété intellectuelle avec l’approche nexus de l’OCDE ;
  • aligner le régime français de déductibilité des amortissements sur les standards européens en supprimant les dispositifs d’amortissement dégressif, exceptionnels, et de suramortissement  ;
  • supprimer les possibilités de report en arrière des déficits  ;
  • faire de l’intégration fiscale un simple mécanisme de consolidation des résultats en supprimant les multiples possibilités de neutralisation d’opérations intragroupes, dont l’exonération de quote-part de frais et charges sur les plus-values de cession de participations ;
  • prévoir que toutes les filiales directes et sous-filiales répondant aux critères de l’intégration fiscale sont automatiquement incluses dans le périmètre de consolidation selon le principe du « tout ou rien ».

À court et moyen terme : le renforcement de la sécurité juridique

4. Renforcer la prévisibilité de l’environnement fiscal pour les entreprises face aux évolutions de la fiscalité, par :

  • l’application de clauses dites « de grand-père » permettant de maintenir le régime fiscal existant pour les situations en cours ;
  • l’application limitée des modifications du régime fiscal aux opérations nouvelles  ;
  • leur mise en oeuvre différée de manière à laisser aux acteurs économiques la possibilité de s’adapter.

5. Assouplir la procédure de régularisation spontanée pour faciliter la conclusion des contrôles fiscaux, même lorsque des pénalités sont prévues (sauf pénalités exclusives de bonne foi), afin d’accélérer le règlement des dossiers et le paiement du contribuable, et éviter les contentieux.

À moyen et long terme : la convergence de l’assiette de l’impôt sur les sociétés

6. Sur les projets de directives ACIS et ACCIS, soutenir l’initiative de la Commission européenne dans son principe mais étudier et négocier son contenu :

  • soutenir l’initiative de la Commission européenne dans son principe ;
  • mettre à l’étude les diverses mesures proposées par la Commission, en particulier les dispositifs d’encadrement de la déductibilité des intérêts d’emprunt et de déductibilité d’intérêts notionnels sur la variation des fonds propres, ainsi que la clé de répartition de l’assiette entre les États-membres ;
  • négocier qu’en cas d’échec à adopter la consolidation et la répartition de l’assiette commune entre États-membres à l’issue d’un certain délai, un tunnel de taux d’IS, analogue à celui en vigueur pour la TVA, soit mis en place.

7. Avant la mise en oeuvre de l’ACIS, analyser l’alignement du cadre français sur les standards européens en matière de report en avant de déficits et de seuil d’intégration fiscale :

  • par la suppression des limitations du report en avant des déficits introduites en 2011 ;
  • et par la diminution des seuils de l’intégration fiscale à 50 % des droits de vote et 75 % du capital.

De manière permanente : la poursuite de la lutte contre l’optimisation agressive

8. Faire davantage usage des outils anti-évasion existants, et notamment les plus récents (entraide administrative pour le recouvrement des créances fiscales, échange automatique d’information), ce qui nécessite de poursuivre la professionnalisation des équipes en charge du contrôle fiscal au sein de l’administration ;

9. Poursuivre l’effort de définition des normes de référence en matière de prix de transfert :

  • à l’échelon international, en précisant les lignes directrices de l’OCDE notamment par l’insertion d’exemples concrets ;
  • à l’échelon national, en publiant des instructions fiscales expliquant les principes et méthodes que l’administration entend mettre en oeuvre pour les appliquer ;

10. Lutter davantage contre les délocalisations artificielles de bénéfices dans les conventions fiscales en intégrant à l’ensemble des conventions de la France la clause anti-abus générale, en généralisant les clauses de bénéficiaire effectif dans les conventions et en précisant la définition de cette notion et en poursuivant la sécurisation des dispositifs anti-évasion nationaux ;

11. Poursuivre l’action contre les pratiques « d’ États-tunnel » au sein de l’Union européenne :

  • en agissant en faveur d’une révision des directives mère-fille et intérêts et redevances pour insérer l’obligation pour tous les États-membres de prévoir une retenue à la source sur les dividendes et redevances sortant de l’Union européenne, avec un taux plancher ;
  • en prônant la négociation de conventions fiscales uniques pour l’ensemble de l’Union européenne avec les États tiers, afin de prévenir les comportements d’optimisation qui pourraient résulter des différences dans le réseau conventionnel des États-membres ;

Source : Cour des Comptes/CPO

Consulter le rapport et la synthèse

newsletter de Fiscalonline

Communiqué du 12 janvier 2017

Publié le jeudi 12 janvier 2017

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  alaune | BCRSS15 | Fiscalité des entreprises | mafiscalite


 



Les articles les plus lus !
Vers un renforcement du dispositif IR-PME pour faire face à la suppression de l’ISF-PME
La suppression de la TVA inter-entreprise en discussion au PLF2018
Le rehaussement des plafonds des régimes « micro »
Régularisation des avoirs à l’étranger : opportunité à saisir et vite !
Logiciel obligatoire au 1er janvier 2018 : Le vrai et le faux !
Majoration du quotient familial en fonction de la situation de famille et condition de « vivre seul »
Plus-values des dirigeants de PME et abattement fixe : la condition de départ à la retraite est supprimée
L’exonération de taxe sur les bureaux en Ile-de-France s’applique aux locaux à caractère éducatif, modulables ou non
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2016