Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
LFSS pour 2019
PLFR 2018
Loi MUES
Grand débat national
Impôt sur le revenu 2019
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



La remontée des taux fait peser un risque sur les entreprises les plus endettées

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

La remontée des taux fait peser un risque sur les entreprises les plus endettées

Par Cyril Kammoun, Responsable de l’Investment Banking chez Degroof Petercam France

Le contexte a changé. La hausse des taux est un phénomène inéluctable et qu’il convient d’anticiper. Pour les émetteurs les plus lourdement endettés, il devrait entraîner des restructurations douloureuses. Avant de recourir à la croissance externe, les entreprises sont invitées à sécuriser, le plus tôt possible, leur endettement de long terme.

Depuis la crise financière de 2007/2008, nous avons vécu dans un environnement de taux historiquement bas, voire négatifs, mais cette période est en passe de s’achever. La hausse des taux devient un phénomène inéluctable. Si l’effondrement du système financier a été évité grâce aux programmes d’achats d’actifs (QE) des banques centrales et à l’accroissement considérable de la dette des Etats, nous sommes arrivés au bout de la logique justifiant l’interventionnisme à outrance des institutions publiques. Aujourd’hui, les Etats des pays développés sont en situation de surendettement. Jamais en période de paix, les Etats européens ne s’étaient retrouvés à un tel niveau d’endettement. Pour mémoire, la dette publique de la zone euro a quasiment augmenté de 50 % en dix ans.

Dans un premier temps, cet afflux massif de liquidités a permis de redynamiser des économies menacées par la déflation, en maintenant les taux à des niveaux très bas, mais cette situation s’est révélée propice à la formation de bulles. A partir de l’année 2015, nous avons cependant atteint, sans le réaliser, les limites de ce système reposant sur l’accumulation de dettes.

Le dynamisme de la croissance mondiale actuelle et la récente réforme fiscale votée aux Etats-Unis contribuent au relèvement des anticipations inflationnistes, annonciateur de la hausse des taux. Compte tenu des fondamentaux macroéconomiques actuels, cette hausse est inéluctable et cette remontée structurelle des taux affectera, en premier lieu, les Etats. Quant aux entreprises, si certaines ont sécurisé leur dette à taux fixe pour une période plus ou moins longue, d’autres vont se retrouver dans des situations financières périlleuses avec l’obligation d’engager des restructurations douloureuses.

L’attentisme plutôt que la précipitation

Pour contenir cette hausse des taux et prévenir cette spirale du surendettement, les entreprises exposées à ce risque vont, en effet, devoir réaliser des arbitrages pesant sur leurs actifs ou leurs fonds propres.

Pour une entreprise désirant diminuer son endettement, trois solutions se présentent : augmenter ses fonds propres au risque de diluer le capital des actionnaires existants (à un prix aléatoire), céder une ou plusieurs activités ou engager une restructuration incertaine de sa dette. Dans tous les cas, les conséquences peuvent être très préjudiciables pour l’avenir de l’entreprise et aucune décision de ce type ne peut être prise dans la précipitation sans en avoir anticipé les conséquences.

Sur le marché du M&A, cette remontée des taux implique l’entrée dans un nouveau cycle avec une baisse attendue des volumes moyens des transactions et des acquéreurs plus sélectifs quant au choix de leur cible. C’est dans ce contexte que la remontée des primes de risque devrait entraîner le rétablissement d’une certaine hiérarchie entre les émetteurs en pénalisant les moins bien notés. De même, et nous souhaitons insister sur ce point, les entreprises doivent donner la priorité à la sécurisation de leur endettement. Celle-ci passe par la renégociation de leur dette de long terme aux taux les plus bas possibles.

A propos de Degroof Petercam :


Forte de son histoire remontant à 1871, Banque Degroof Petercam est une institution financière indépendante de référence, proposant ses services à des investisseurs privés et institutionnels ainsi qu’à des organisations.

Basés à Bruxelles, nous employons 1.350 professionnels expérimentés en Belgique, au Luxembourg, en France, en Espagne, en Suisse, aux Pays-Bas, en Allemagne, en Italie, et à Hong Kong.

Nos clients bénéficient des meilleurs services possibles grâce à la combinaison unique de services alliant banque privée, gestion institutionnelle, investment banking (corporate finance et intermédiation financière) et asset services. Nous gérons plus de 50 milliards d’euros d’actifs au profit d’investisseurs particuliers et de familles, de sociétés, de fonds de pension publics et d’entreprises, des compagnies d’assurances et des organisations gouvernementales et sans but lucratif.

Présente en France depuis 2001, la Banque offre à ses clients privés et institutionnels, ainsi qu’aux entreprises, une large gamme de services dans les métiers de la gestion de fortune, de la banque d’affaires et de la gestion d’actifs. Basée à Paris et présente à Lyon, Lille et Toulouse, Degroof Petercam France emploie près de 115 professionnels.

newsletter de Fiscalonline

Communiqué du 19 février 2018

Publié le lundi 26 février 2018

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  Anoter


 



Les articles les plus lus !
Report d’imposition de la plus-value d’apport de titres : nouveaux aménagements proposés par le Gouvernement
L’espérance légitime de bénéficier d’un avantage fiscal devant les sages du Conseil Constitutionnel
L’application de la TVA sur la marge aux ventes de terrains à bâtir est seulement conditionnée au fait que l’acquisition n’a pas ouvert droit à déduction de la TVA
Démembrer est-ce abuser ?
L’exonération de TVS des voitures affectées à la location est subordonnée à une utilisation exclusive à une telle fin
Condamnation de la législation française qui limite l’application du taux réduit de TVA aux seules photographies présentant un caractère artistique
Rescrit fiscal : déductibilité des intérêts versés à une société belge bénéficiant du régime des intérêts notionnels
Conséquence du changement de régime fiscal d’une entreprise exonérée en vertu de l’article 44 quindecies du CGI
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2019/a>