Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



La performance du marché mondial des fusions-acquisitions au plus bas depuis dix ans

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Le marché européen s’en sort toutefois mieux que les marchés asiatique et américain, selon une enquête de Willis Towers Watson, réalisée en partenariat avec la Cass Business School

Le marché mondial des fusions-acquisitions a enregistré, au deuxième trimestre 2018, sa plus mauvaise performance depuis le lancement de l’enquête Quarterly Deal Performance Monitor (QDPM) de Willis Towers Watson en 2008.

À l’échelle mondiale, le marché des fusions-acquisitions a éprouvé des difficultés à générer de la valeur et a, en moyenne, sous-performé l’indice MCSI World de 6,1 pp (points de pourcentage) sur les trois derniers mois. Cette performance, en net recul par rapport au premier trimestre (sous-performance de 0,6 pp), est la plus faible enregistrée depuis le lancement de l’enquête.

Selon les résultats de l’enquête, qui se fonde sur la performance du cours des titres, les acquéreurs européens ont échappé à cette tendance négative et ont enregistré sur le trimestre une sous-performance de seulement 0,6 pp, grâce en partie aux bons résultats du marché britannique. La performance moyenne annuelle glissante du marché européen reste également solide par rapport aux autres régions.

Les acquéreurs nord-américains ont pour leur part nettement sous-performé l’indice au deuxième trimestre (6,2 pp), tandis que les acquéreurs d’Asie-Pacifique ont continué d’enregistrer les plus mauvais résultats régionaux avec une sous-performance de 21,7 pp sur la période.

Gabe Langerak, Responsable M&A pour l’Europe occidentale chez Willis Towers Watson, commente :

« Plombée par la volatilité du marché et par une économie mondiale aux perspectives très incertaines, la performance des acquéreurs mondiaux est tombée à un plus bas historique. L’intérêt suscité par les fusions-acquisitions ne se dément pas, mais ces mauvais résultats montrent que les entreprises doivent plus que jamais réfléchir à leur stratégie de manière à ne pas payer un prix trop élevé et à ne pas s’exposer aux risques.

En Europe, le tableau est un peu moins sombre que dans le reste du monde. La plupart des opérations réalisées par les entreprises européennes l’ont été dans la région, à l’image des récentes fusions hautement médiatisées entre des marques européennes phares. Mais en 2018, un tiers des opérations européennes ont été des opérations interrégionales, chiffre plus élevé que pour le reste du monde (15 %) qui montre que les entreprises européennes ont une approche plus globale. »

Maud Mercier-Pain,Directrice de l’activité Global Solutions and Services Willis Towers Watson France, précise :

« La vague d’opérations constatée depuis le début de l’année devrait se poursuivre pour autant que les conditions économiques restent favorables, les taux d’intérêt demeurent faibles et les marchés du crédit restent bien orientés. En même temps, il est difficile d’oublier que les deux dernières fois où les opérations de fusions-acquisitions ont atteint des niveaux similaires, cela s’est produit un an avant le krach financier de 2007 et juste avant l’éclatement de la bulle Internet en 2000.

En dépit de l’optimisme ambiant et de l’appétit de croissance externe, les mauvaises performances qui ont suivi les opérations réalisées donnent à penser que les investisseurs disposent aujourd’hui d’une marge d’erreur très faible. Avec l’accélération du marché, désormais proche de son pic, les entreprises les plus disciplinées, en termes notamment de due diligence, vont pouvoir réduire les risques et éviter de payer un prix excessif. »

D’autres conclusions de l’étude sont à noter :

Les opérations de toutes tailles (de 100 millions USD à plus de 10 milliards USD) ont sous-performé l’indice MSCI World en moyenne.

Sur une période glissante d’un an, les acquéreurs ont dans l’ensemble sous-performé de 2,7 pp en moyenne.

Les opérations rapides, intersectorielles et transfrontalières ont toutes sous-performé l’indice (de 3,2, 5,4 et 6,6 pp respectivement), marquant une nette inversion de tendance par rapport au trimestre précédent.

Les secteurs des biens de consommation de base, de la santé et des télécommunications ont surperformé leurs indices respectifs.

Les secteurs des produits et services de consommation, de l’énergie et de l’électricité, de la finance, de l’industrie, des matériaux et des hautes technologies ont sous-performé leurs indices.

Méthode de l’enquête QDPM de WILLIS TOWERS WATSON


L’analyse est conduite dans son ensemble du point de vue de l’acquéreur. La performance du cours des titres dans le cadre de l’étude trimestrielle se mesure en pourcentage de variation du cours du titre entre six mois avant la date d’annonce et la fin du trimestre.

Toutes les opérations dans lesquelles l’acquéreur possède moins de 50 % des actions de la cible au terme de l’acquisition ont été retirées, d’où l’absence de prise en considération des achats minoritaires. Toutes les opérations dans lesquelles l’acquéreur possédait plus de 50 % des actions de la cible avant l’acquisition ont été retirées, d’où l’absence de prise en considération des acquisitions de solde. Seules les opérations de rapprochement réalisées d’un montant d’au moins 100 millions USD qui remplissent les critères de l’étude sont prises en compte. Les chiffres sur les opérations proviennent de Thomson Reuters.

À PROPOS DE WILLIS TOWERS WATSON M&A


L’entité M&A de Willis Towers Watson propose son expertise en matière de risques et de capital humain pour offrir une gamme complète de services et de solutions en fusions-acquisitions à toutes les étapes du processus. Notre expertise couvre les domaines de la planification, de la due diligence, du transfert de risque et de l’intégration après achèvement de l’opération, autant de domaines qui conditionnent le succès de toute opération.

À PROPOS DE WILLIS TOWERS WATSON


Willis Towers Watson (NASDAQ : WLTW) est l’un des plus grands cabinets de conseil, de courtage et de solutions logicielles au monde. Nous aidons nos clients internationaux à faire du risque un vecteur de croissance. Willis Towers Watson, dont les origines remontent à 1828, compte 40 000 collaborateurs dans plus de 140 pays. Nous concevons et proposons des solutions de maîtrise du risque, de gestion des avantages sociaux, d’accompagnement des talents et d’optimisation du capital pour protéger et aider les institutions et les individus. Forts d’un positionnement unique, nous savons où se croisent talents, actifs et idées : un avantage que nous mettons au service de la performance des entreprises. Ensemble, libérons les potentiels. Pour en savoir plus, rendez-vous sur willistowerswatson.com.

newsletter de Fiscalonline

Communiqué du 12 juillet 2018

Publié le lundi 16 juillet 2018

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  Anoter


 



Les articles les plus lus !
PLF2019 : nouveaux assouplissements apportés au Dutreil-transmission en Commission des Finances
Plus-value immobilière et travaux réalisés après l’achèvement : exclusion des dépenses de matériaux
Art : les meilleurs coups de marteau de la saison en 10 chiffres millionnaires
PLF2019 : La réduction d’impôt Pinel sera désormais appliquée aux Français de l’étranger
Création un crédit d’impôt solidarité pour les contribuables hébergeant gratuitement un réfugié
PLF2019 : Le Gouvernement propose un régime d’exonération « résidence principale » pour les non-résidents
La réduction d’impôt au titre des dons aux associations est étendue au prêt à usage d’un immeuble
Revenus de source française : vers un rapprochement du régime de taxation des résidents et non-résidents
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2018