Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
LFSS pour 2019
PLFR 2018
Loi MUES
Grand débat national
Impôt sur le revenu 2019
PLF 2020
PLFR 2019
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



La filiale d’un groupe intégré est-elle redevable d’une CVAE calculée sur la base de son propre chiffre d’affaires ?

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

La filiale d’un groupe intégré est-elle redevable d’une CVAE calculée sur la base de son propre chiffre d’affaires ?

PNG - 10 ko

Réponse d’expert n°37

(Consultez les réponses précédentes)

- Question :

Une société filiale membre d’un groupe fiscalement intégré est-elle redevable d’une CVAE calculée sur la base de son propre chiffre d’affaires ?


- La réponse des experts SVP : NON

La notion de chiffre d’affaires groupe est apparue en 2011.

La CVAE est assise par principe sur le chiffre d’affaires de l’entité qui en est redevable. Le taux d’imposition de l’entreprise est fixé en règle générale, compte tenu du seuil de chiffres d’affaires qu’elle génère.

Toutefois, la loi de finances pour 2011, applicable aux impositions dues à partir de 2011, a instauré un dispositif spécifique de chiffre d’affaires groupe (« CA groupe ») : le chiffre d’affaires retenu pour le calcul du taux effectif d’imposition est le chiffre d’affaires de l’ensemble des sociétés membres du périmètre du groupe fiscalement intégré au sens des dispositions de l’article 223 A du CGI.

Une exception est toutefois prévue en faveur des sociétés mères de groupe qui peuvent être qualifiées de PME au sens des dispositions d’éligibilité au taux réduit de l’impôt sur les sociétés à 15% jusqu’à 38 120 € de bénéfice fiscal (article 219 I b du CGI), la somme des chiffres d’affaires des sociétés membres du groupe fiscal doit notamment être inférieur à 7 630 000 €.

Il ne s’agit toutefois pas de l’instauration d’une « CVAE groupe » puisqu’une fois le taux effectif d’imposition déterminé au niveau du groupe, chacune des sociétés qui le composent reste personnellement redevable de la CVAE calculée sur la base de sa propre valeur ajoutée. De la même façon, les obligations déclaratives et le paiement de la contribution lui incombent personnellement.

Cette « consolidation » de chiffre d’affaires ne vise que les groupes au sens fiscal : compte tenu de l’impact que peut revêtir cette mesure, il peut paraître opportun d’en mesurer l’ampleur lors de la définition du périmètre d’intégration.

Enfin, signalons que pour les entités membres du périmètre intégré bénéficiaires au titre des impositions de 2010 du dispositif transitoire d’écrêtement des pertes, les effets du dispositif « CA groupe » sont atténués.

newsletter de Fiscalonline

Réponse n°37

Publié le lundi 9 janvier 2012

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  CETCFECVAE | CVAE | Groupe | Intégration fiscale


 



Les articles les plus lus !
Plus-value immobilière et seuil de 15.000 € : le Conseil d’Etat durcit le ton
La baisse du taux du droit de partage à 1,1% aura bien lieu
PLF2020 : Les aménagements affectant le crédit d’impôt recherche
Le Sénat a adopté le projet de loi de finances rectificative pour 2019
L’espérance légitime de bénéficier de l’abattement pour durée de détention des plus-values sur titres n’emporte pas la conviction des Sages
De la constitutionnalité de la fiscalité de prestation compensatoire versée à la fois sous forme de capital et sous forme de rentes
L’Inspection Générale des Finances recommande une évolution du dispositif « Pinel »
Le droit de partage en cas de divorce serait ramené à 1,8% en 2020 puis à 1,1% en 2021
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2019/a>