Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
LFSS pour 2019
PLFR 2018
Loi MUES
Grand débat national
Impôt sur le revenu 2019
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



La Cour confirme que le loueur de fonds ne peut bénéficier du régime d’exonération des plus-values des petites entreprises

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

La Cour Administrative d’Appel de Paris vient de rappeler que la transmission d’un fonds exploité en location-gérance pas éligible au régime d’exonération des plus-values des petites entreprises (Art. 151 septies du CGI)

Pour mémoire, la location-gérance (ou gérance libre) est un contrat par lequel le propriétaire d’un fonds de commerce en concède l’exploitation à un un tiers qui va en assurer l’exploitation (à ses risques et périls) pour une durée déterminée moyennant le versement d’une rémunération communément appelée redevance (Art. L 144-1 et s. du Code de commerce).

Si donc la location-gérance s’avère, en pratique, être un mode de transmission accompagné et progressif de l’entreprise, elle est, depuis quelques années, assimilée à un outil d’optimisation fiscale.

En effet, la loi de finances rectificative pour 2005 a procédé a importante réforme du régime d’imposition des plus-values professionnelles et, notamment, une rénovation de l’article 151 septies du CGI. Depuis la réforme, ce régime est désormais réservé aux activités exercées à titre professionnel, c’est-à-dire celles requérant la participation personnelle, directe et continue, à l’accomplissement des actes nécessaires à l’activité. Ainsi, les activités faisant l’objet d’un contrat de location-gérance ne peuvent plus bénéficier du régime prévu à l’article 151 septies précité.

Cette modification du régime était, pour le gouvernement de l’époque, « nécessaire pour mettre un terme aux montages réalisés en vue de contourner la condition d’application de ce texte, à savoir la condition de recettes. Ceux-ci consistaient pour un exploitant à mettre son fonds en location-gérance tout en s’assurant le versement d’un montant de loyers inférieur à 90 000 euros pour l’application de l’exonération totale des plus-values ou compris entre 90 000 et 126 000 euros pour l’application de l’exonération partielle ». RM Alquier, JO Sénat du 16 mars 2006, question n°21267

Ne souhaitant, toutefois, pas remettre en cause le recours à la location-gérance, dans le cadre d’une transmission d’entreprise, le gouvernement a, à la faveur de cette même LFR pour 2005, créé des nouveaux dispositifs prévus aux articles 238 quindecies et 151 septies A du CGI qui instituent, pour le premier, une exonération des plus-values à l’impôt sur le revenu et à l’impôt sur les sociétés, ainsi que des cotisations sociales dues sur ces plus-values en cas de transmission d’entreprise individuelle ou de branche complète d’activité dont la valeur des éléments n’excède pas un certain montant et, pour le second, une exonération totale des plus-values à l’impôt sur le revenu en cas de départ à la retraite à la double condition que, d’une part, l’activité soit exercée depuis au moins cinq ans au moment de la location et, d’autre part, la transmission soit réalisée au profit du locataire.


Rappel des faits

L’EURL A qui exerce une activité de loueur de fonds dans le cadre d’un contrat de location-gérance et dont Mme A était la gérante et l’unique associée, a cédé, par acte notarié du 21 décembre 2011 son fonds de commerce artisanal de brasserie. Par une proposition de rectification du 7 avril 2014, l’administration fiscale a notifié à la requérante, en sa qualité d’associée unique de la société, selon la procédure contradictoire prévue par l’article L. 55 du LPF, des rectifications en matière de BIC au titre de l’exercice clos au 30 septembre 2012, à raison de la cession du fonds de commerce.

Mme A a demandé au TA de Melun de prononcer la décharge, en droits et pénalités, des cotisations supplémentaires d’IR et de prélèvements sociaux auxquelles elle a été assujettie au titre de l’année 2012 à raison de la plus-value de cession d’un fonds de commerce.

Par un jugement n° 1603200/7 du 22 mars 2018, le TA de Melun a rejeté sa demande.

Mme A a relevé appel du jugement par lequel ce tribunal a rejeté sa demande.


La Cour confirme que Mme A n’était pas fondée à soutenir que le bénéfice de l’exonération prévue à l’article 151 septies du CGI lui aurait été refusé à tort.

« Il est constant que le fonds de commerce de brasserie cédé par l’Eurl faisait l’objet d’un contrat de location gérance avec la société à responsabilité limitée AMG depuis le 23 novembre 2005.

D’une part, si l’acte de cession mentionné ci-dessus précise que ce contrat de location gérance a été résilié, aucune pièce probante versée au dossier ne permet de tenir pour établi que cette résiliation serait intervenue le 30 novembre 2011 et en tout état de cause qu’après cette date, l’Eurl aurait, comme le soutient Mme A…, repris juridiquement l’exploitation du fonds de commerce lui appartenant.

D’autre part, Mme A… soutient que la Sarl AMG était une entreprise familiale dont elle-même a été la dirigeante du 2 novembre 2005 au 18 février 2012. Toutefois, et à supposer même que la requérante ait été co-dirigeante de cette société, les documents qu’elle produit, constitués de quelques attestations postérieures aux années concernées, et au nombre desquels ne figure aucun document signé par elle relatif à la gestion courante de l’établissement, ne suffisent pas à justifier qu’elle aurait participé personnellement, directement et de manière continue à l’accomplissement des actes nécessaires à l’activité du fonds de commerce artisanal de brasserie. Dans ces conditions Mme A… n’est pas fondée à soutenir que le bénéfice de l’exonération prévue à l’article 151 septies du code général des impôts lui aurait été refusé à tort. »




Arrêt de la CAA de PARIS, du 18 avril 2019, n° 18PA01810

newsletter de Fiscalonline

Article de la rédaction du 22 avril 2019

Publié le mercredi 24 avril 2019

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  alaune | BCRSS15 | Fiscalité des entreprises | mafiscalite | Plus-values


 



Les articles les plus lus !
Acquisition en démembrement : pour qualifier la surévaluation du prix de l’usufruit d’acte anormal de gestion il faut de la méthode
Fraude : Bercy commente la prorogation des délais de reprise, notamment en cas de détention de comptes à l’étranger
Loi Pacte : La transférabilité de l’assurance vie devrait doper l’épargne retraite
Restriction du champ d’application du régime de TVA des services à la personne : définition des critères de fragilité
Report d’imposition de la plus-value d’apport de titres : nouveaux aménagements proposés par le Gouvernement
Taxe GAFA : le Sénat a adopté le projet de loi portant création d’une taxe sur les services numériques
Régime du micro-foncier : pas de révision en vue du plafond de 15000€
Extension du périmètre géographique des bassins urbains à dynamiser : la mesure est commentée au BOFIP
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2019/a>