Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Boutique Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



L’obligation de dépôt des comptes annuels au Greffe

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

L’obligation de dépôt des comptes annuels au Greffe

Par Rodolphe Jactard Juriste chez LegalVision.fr

Chaque année, la majorité des entreprises est tenue de faire des opérations d’inventaires, dès lors qu’elles sont soumises au régime réel ou réel simplifié.

Rodolphe Jactard

L’objectif est alors de contrôler l’actif et le passif de l’entreprise. Avec l’ensemble des données recueillies, on dressera les comptes de clôture.

Au-delà du fait que ce soit une obligation comptable, ces comptes de clôture doivent être déposés au Greffe, pour diverse raisons.

I. La publicité des comptes

A. Une publicité des comptes obligatoire

L’obligation de dépôt des comptes annuels est une obligation légale. Elle a été instaurée afin d’assurer une certaine information financière auprès des tiers. La transparence motive l’obligation.

En effet, grâce à cette publication, les personnes intéressées vont être informées de la santé financière de la société, notamment grâce au bilan. Le compte de résultat, lui, va agir comme un indicateur de l’exercice écoulé. En soit, il s’agit d’un récapitulatif, qui retracera les différents mouvements de l’année comptable. Il ne faut pas oublier que la comptabilité est la traduction juridique d’une réalité. On sait alors ce qu’il s’est exactement passé.

B. Cette publicité peut être limitée depuis la loi Macron

Une fois les comptes déposés au greffe, le greffier s’occupera d’insérer un avis au Bulletin Officiel Des Annonces Civiles et Commerciales (Bodacc). C’est cette insertion, qui rendra les comptes publics.

On peut comprendre, que cette publicité puisse gêner l’entrepreneur. Les comptes annuels sont des données confidentielles donnant un ensemble d’informations sensibles. La publicité de ces comptes peut être handicapante. En effet, des concurrents directs pourront avoir accès aux comptes et aux données commerciales et financières de la société.

C’est pourquoi, depuis le code de commerce permet, en son article [1] L.232-25 du code commerce, une confidentialité des comptes.

Initialement la confidentialité des comptes n’était permise qu’aux micro-entreprises de l’article L. 123-16-1. Il s’agit d’entreprises qui respectent deux des seuils suivants [2]

  • Un total bilan inférieur à 350 000€
  • Un chiffre d’affaires net inférieur à 700 000€
  • Un nombre moyen de salariés inférieur à 10.

La loi Macron du 6 août 2015 est venue étendre cette possibilité aux entreprises répondant à la définition des petites entreprises de l’article L. 123-16 de code de commerce. Il s’agit des entreprises qui respectent deux des trois seuils suivant :

  • Un total bilan inférieur à 4 000 000€
  • Un chiffre d’affaires net de 8 000 000 €
  • Un nombre moyen de salariés employés inférieur à 50

C. Cette confidentialité des comptes ne s’applique pas à chaque fois

Des exclusions sont toutefois prévues. Même si l’entreprise respecte ces seuils, elle ne pourra demander la confidentialité des comptes si :

  • L’entreprise appartient à un groupe au sens de l’article L.233-16 du code de commerce,
  • Les établissements de crédit et de financement de l’article L.511 du CMF,
  • Les entreprises d’assurance et de réassurance de l’article L.310-1 et L.310-1-1 du code des assurances
  • Des personnes et entités dont les titres financiers sont admis aux négociations sur un marché règlementé
  • Celles qui font appel à la générosité publique, au sens de la loi du 7 aout 1991 [3]

La confidentialité est très simple à mettre en œuvre. Lors du dépôt annuel auprès du Greffe, il suffira que le dirigeant dépose une déclaration de confidentialité. Attention, cette mesure ne sera pas opposable aux autorités judiciaires et administratives, à la Banque de France, et aux personnes morales de l’article A. 123-68-1 I du code de commerce.

D. La procédure du dépôt des comptes

Dans tous les cas, pour procéder au dépôt il faudra joindre :

  • Un exemplaire des comptes annuels : bilan, compte de résultat et annexes (sauf dispense des articles L. 123-6-1 et L. 123-6-2 du code de commerce).
  • Un exemplaire de la décision d’affectation du résultat. Il s’agit du procès-verbal d’AGOA, où l’on décide de la répartition et de l’affectation du bénéfice ou déficit.
  • Une copie du rapport du commissaire aux comptes, si nécessaire.

Le coût du dépôt en ligne est évalué à 46,70€, que ce soit pour des comptes consolidés ou non.

II. Les sanctions applicables

Le non-dépôt des comptes annuels peut être sanctionné de deux manières.

A. Le dirigeant peut se voir infliger une sanction pénale

L’article R.247-3 du code de commerce, qui renvoi à l’article 131-13 du code pénal, prévoit une amende de 1 500€ et 3 000 € en cas de récidive.

B. Sanction civile avec injonction de déposer les comptes

Sur la plan civil, le président du tribunal peut rendre une ordonnance faisant injonction au représentant légal de déposer les comptes dans un délai d’un mois à compter de la notification ou de la signification de l’ordonnance, sous peine d’astreinte (Article R611-13 du code de commerce).

En effet, les comptes doivent être déposés dans le mois qui suit la tenue de l’AGOA, qui les approuve. On a donc un délai maximum de 7 mois à compter de la clôture de l’exercice concerné. L’AGOA approuvant les comptes doit être tenue dans les 6 mois, suivant la clôture de l’exercice.

Dans les faits, ces sanctions ne s’appliquent que très rarement. Il ne faut pas pour autant se soustraire à cette obligation. Les Greffes sont en effet tolérant sur cette formalité, mais autant éviter le risque d’une amende.

www.legalvision.fr

Du même auteur :

newsletter de Fiscalonline

Article de Rodolphe Jactard Juriste chez LegalVision.fr du 18 avril 2017

[1] Créé par l’ordonnance n°2014-86 du 30 janvier 2014 – art 5

[2] Décret n°2014-136 du 17 février 2014

[3] Loi n°91-772 du 7 août 1991 relative au congé de représentation en faveur des associations et des mutuelles et au contrôle des comptes des organismes faisant appel à la générosité publique.


Publié le mercredi 19 avril 2017

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés : 


 



Les articles les plus lus !
Bruno Le Maire expose sa feuille de route fiscale concernant les entreprises et les particuliers
Opérations non visées par le gel de 6 mois des retraits des contrats d’assurance-vie
Précisions sur l’impact du report du prélèvement à la source en 2019
Nouvelles modalités d’imposition à la taxe sur les véhicules de sociétés
Fracture numérique : des députés proposent la création d’une contribution de solidarité numérique payée par les usagers
Crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) : Bercy commente les derniers aménagements
Entrée en vigueur de la hausse du crédit d’impôt jeux vidéo
Liste des conventions fiscales conclues par la France en vigueur au 1er janvier 2017
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2016