Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Boutique Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « Logement »
Plan d’action Entreprises
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



« L’apport-cession », une opportunité intéressante pour le chef d’entreprise qui cède son entreprise

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

« L’apport-cession », une opportunité intéressante pour le chef d’entreprise qui cède son entreprise

Financière Fonds Privés, le spécialiste de « l’apport-cession » fait le point sur ce dispositif original qui permet au chef d’entreprise d’optimiser fiscalement la cession de son entreprise en investissant dans les PME françaises

Financière Fonds Privés, conseiller indépendant en capital-investissement depuis 2008 est devenu un des acteurs significatifs du marché français de « l’apport-cession », appelé aussi « remploi de produits de cession ». Cette stratégie, permet de différer la taxation de la plus-value constatée sur les titres cédés en réinvestissant, tout ou partie, dans des PME Françaises.

Sur 200 investisseurs privés clients de Financière Fonds Privés, 40 d’entre eux ont ainsi déjà bénéficié du dispositif. Au total, 36 millions d’euros ont été réinvestis.

Hugues Souparis, président-fondateur de la société Surys (ex Hologram Industries) et membre de CroissancePlus témoigne : « Suite à la cession de parts de mon entreprise Hologram Industries, j’ai pu réinvestir dans 2 entreprises « Compte-Nickel » en 2015 et « Afrimarket » en 2016. Financière Fonds Privés a identifié, organisé et structuré totalement ces 2 opérations. »

Sur le plan théorique et pour bénéficier de ce régime de report d’imposition, le chef d’entreprise doit ainsi trouver, dans un délai de deux ans à compter de la cession, des opportunités d’investissement éligibles au dispositif de « remploi ». Ce délai est relativement court, et la difficulté est de trouver des opportunités d’investissement répondant à aux critères d’éligibilité juridique et fiscale et répondant aux objectifs du chef d’entreprise en termes de profil d’activité, affinités avec les dirigeants, taille d’investissement, etc.

Alain Born, Président de Financière Fonds Privés commente : « Nous sommes fiers de pouvoir accompagner un certain nombre d’entrepreneurs pour les aider à réinvestir dans des entreprises dans lesquelles, eux comme nous, croyons. Ce dispositif de réemploi est particulièrement vertueux en ce sens qu’il maximise la capacité d’investissement des chefs d’entreprises cédants, draine leur épargne vers l’économie réelle de notre pays, et leur permet de partager leur expérience et leur réseau avec d’autres entrepreneurs. »

Le point de vue de CMS - Bureau Francis Lefebvre sur « l’apport cession »

Un associé, contrôlant ou non son entreprise, qui souhaite céder sa participation est appelé à supporter l’impôt sur le revenu (au taux marginal de 45 %) sur la quote-part de plus-value imposable déterminée après application des abattements pour une durée de détention (50 % d’abattement entre 2 et 8 ans voire 65 % après 8 ans de détention). En outre, l’intégralité du gain est soumise aux prélèvements sociaux (au taux de 15,5 %). Enfin, et selon le niveau de revenu du cédant, ladite plus-value peut emporter assujettissement à la contribution exceptionnelle sur les hauts revenus (3 % voire 4 % au-delà d’un certain montant).

Plutôt que de céder directement les titres, en supportant ainsi la fiscalité y afférente, la solution de l’apport-cession, telle que régie par l’article 150-0 B ter du Code général des impôts (CGI) permet, sous conditions, de préserver l’intégralité des liquidités.

Cette opération consiste à apporter, à leur valeur réelle, à une société (holding) contrôlée par le contribuable et soumise à l’impôt sur les sociétés, les titres dont la plus-value d’échange bénéficie, de plein droit, d’un report d’imposition (aucune taxation). Autrement dit la plus-value est constatée, au titre de l’année d’échange, mais son imposition est différée au moment où s’opérera la cession à titre onéreux des titres reçus.

Une fois l’apport effectué, la société bénéficiaire est libre de céder immédiatement les titres qui lui ont été apportés, laquelle intervient alors généralement pour une valeur équivalente à celle retenue lors de l’apport. En conséquence, aucune plus-value taxable n’est constatée au niveau de la société bénéficiaire.

Néanmoins, la cession des titres apportés, si elle a lieu dans les 3 ans de l’apport, entraine l’expiration du report d’imposition et, par suite, l’imposition de la plus-value d’apport.

Toutefois, en cas de réinvestissement d’une fraction du produit de cession, réalisé dans les conditions prévues par le 2° du I de l’article 150-0 B ter du CGI, le report d’imposition obtenu lors de l’apport est préservé.

En substance, la loi subordonne le maintien du report d’imposition au réinvestissement, dans un délai de deux ans décompté depuis la cession des titres par la société holding, de 50 % au moins du produit de cession dans :

  • Soit la souscription, en numéraire, au capital d’une société soumise à l’impôt sur les sociétés et ayant pour objet d’exercer une activité commerciale, industrielle, artisanale, agricole ou financière (à l’exception de la gestion de son propre patrimoine mobilier ou immobilier). Il peut également s’agir d’une société holding dont l’objet social est la détention de participations dans des sociétés remplissant les conditions précitées. En toute hypothèse, la société doit avoir son siège au sein de l’Union européenne (ou dans un état membre de l’Espace Economique Européen ayant conclu, avec la France, une convention d’assistance administrative en vue de lutter contre la fraude et l’évasion fiscales) ;
  • Soit l’acquisition d’une participation, mais cette fois nécessairement majoritaire, dans le capital social d’une société remplissant les mêmes conditions, à l’exception de celle tenant au lieu du son siège social lequel peut, dès lors, se situer aussi hors de l’Union européenne.

Quelle que soit l’option choisie, le réinvestissement réalisé doit, selon la doctrine administrative, être conservé pendant un délai de deux ans. Une fois ce délai franchi, la holding n’est soumise à aucune obligation fiscale quelconque.

A propos de Financière Fonds Privés :


Créée en 2008 par Alain Born, entrepreneur à succès qui s’est entouré d’une équipe de professionnels du capital-investissement, Financière Fonds Privés est un conseiller indépendant en investissements financiers qui propose à une clientèle avertie (en situation de remploi ou grands investisseurs privés) des placements au capital des PME non cotées.

Financière Fonds Privés répond à une double demande en forte croissance : des entrepreneurs qui ont besoin de lever des capitaux propres pour financer leurs projets de croissance et des particuliers qualifiés qui veulent avoir plus largement accès à l’investissement dans des entreprises non cotées.

Depuis sa création, Financière Fonds Privés a permis à 200 particuliers d’investir un total de 60 millions d’euros dans 25 PME non cotées pour des tickets individuels allant de 50.000 à plus d’un million d’euros.

newsletter de Fiscalonline

Communiqué du 31 janvier 2017

Publié le mercredi 1er février 2017

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  Anoter


 



Les articles les plus lus !
Logiciel obligatoire au 1er janvier 2018 : Le vrai et le faux !
Les mesures fiscales du projet de budget rectificatif pour 2017 adoptées en première lecture par les députés
Le Sénat a adopté avec modifications le projet de loi de finances pour 2018
Art : les chiffres de l’année 2017
Tracfin a présenté son rapport d’analyse 2016
Plus-values immobilières : les aménagements opérés par le Gouvernement
Lutte contre les paradis fiscaux : le parlement européen adopte les recommandations de la commission PANA
Participation et intéressement en faveur des salariés : le Gouvernement lance une concertation avec les partenaires sociaux
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2016