Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Archives Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « ELAN »
Loi PACTE
Loi de Finances rectificative pour 2017
Loi de Finances rectificative pour 2017-II
Le « droit à l’erreur »
Impôt sur le revenu 2018
PL : Transmission d’entreprise
Loi de Finances pour 2019
Réforme de la fiscalité locale
LFSS pour 2019
PLFR 2018
Loi MUES
Grand débat national
Impôt sur le revenu 2019
PLF 2020
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Gestion patrimoniale : comment repenser son allocation d’actifs dans un contexte de taux bas ?

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail






La faiblesse des rendements obligataires traditionnels et des fonds en euros impose de redéfinir en profondeur l’allocation d’actifs d’un patrimoine diversifié, quel que soit le degré d’aversion au risque du client.

Difficile par les temps qui courent de trouver des placements sans risque générant un rendement confortable. La faiblesse persistante des taux d’intérêt a conduit les fonds monétaires et obligataires à offrir des rendements historiquement bas. Dans ce contexte, l’allocation d’actifs d’un patrimoine doit être réalisée avec précaution en fonction des objectifs poursuivis. Il ne peut être question d’improvisation et d’engouements hâtifs. Pour commencer, il est impératif de connaître pour chaque client son degré de connaissance des marchés financiers, son horizon de placement ainsi que son objectif patrimonial. Un questionnaire est rempli par le conseiller avec chacun d’entre eux. Les réponses doivent permettre de déterminer une fourchette d’exposition aux marchés financiers cohérente et en rapport avec le degré d’aversion au risque du client. Notre connaissance des supports éligibles nous permet en effet de déterminer le niveau de risque de chaque fonds selon une classification de 0 à 7 établie par l’AMF. Ainsi, une allocation d’actifs optimale doit faire coïncider l’indice de risque prédéfini par le client avec celui de l’allocation théorique.

Dans la pratique, l’allocation adaptée d’un client affichant un profil prudent comportera une partie en fonds euros (15% minimum de l’exposition totale). La part obligataire (20%) devra être impérativement ouverte sur un univers très large : obligations gouvernementales ou privées de différentes zones géographiques et de notations différentes (Investment Grade ou High Yield), à maturité courte ou longue etc. Les rendements obligataires ayant atteint des niveaux historiquement faibles, proches de zéro, voire négatifs, les gestionnaires d’actifs doivent en effet diversifier leurs investissements, jouer sur l’effet devises pour générer de la performance. La conservation d’une poche obligataire ne présente, en effet, un intérêt qu’à la condition que les supports d’investissement soient suffisamment diversifiés. L’allocation devra également compter des fonds « multi asset » (25%), des actions pures (30%) et des supports alternatifs (10%) permettant d’obtenir une performance décorrélée par rapport aux autres classes d’actifs.

Immobilier commercial : un effet de levier attractif

Cette allocation a donc profondément évolué au cours des derniers mois. Les fonds en euros et les fonds obligataires sécurisés ont ainsi vu leur poche se réduire drastiquement au profit de trois types d’actifs : les fonds obligataires internationaux, les fonds « multi-asset » et les fonds actions malgré leur volatilité et la difficulté à proposer ce type de placements aux clients présentant une forte aversion au risque. L’erreur consiste en effet, à investir de manière opportuniste sur les marchés actions alors que l’exposition à cette classe d’actifs nécessite de garder une exposition de long terme.

Il est également intéressant d’orienter les clients vers l’immobilier commercial. La recherche d’un effet de levier attractif, grâce à la faiblesse des coûts d’emprunt et des rendements pouvant aisément atteindre 4%, peut conduire les clients à diversifier leurs placements vers ce type d’actifs, d’autant que l’immobilier commercial offre davantage d’opportunités que l’immobilier résidentiel, et des solutions sur des zones géographiques plus étendues au sein de l’UE et en dehors.

A propos d’Equance :


Equance est une société de Conseil en Gestion Privée Internationale proposant des prestations allant du conseil en gestion de patrimoine, au suivi fiscal et à la mise en œuvre de solutions pour le compte de résidents et non-résidents français. La société s’appuie sur un réseau indépendant de consultants en gestion de patrimoine répartis sur le territoire français et dans plus de 50 pays. Forte des 30 ans d’expérience de ses associés, la société s’est imposée parmi les leaders dans les prestations de Conseil en Gestion Privée des Français de l’étranger et comme un acteur alternatif significatif sur le marché national. Société par Actions Simplifiée au capital de 500.000 Euros, Equance est dirigée par Olivier Grenon-Andrieu, Président, et Didier Bujon, Directeur Général. En 2017, Equance est nommée, pour la 4ème année consécutive, par le magazine Décideurs comme un des cabinets « Incontournables » en termes de conseil en gestion de patrimoine et figure à la 33 e place du classement de L’Argus de l’assurance 2017 des meilleurs courtiers généralistes du marché français.

newsletter de Fiscalonline

Par Didier Bujon, directeur général d’Equance

Publié le mercredi 9 octobre 2019

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  Anoter


 



Les articles les plus lus !
Le Gouvernement annonce une ordonnance relative à l’échange automatique et obligatoire d’informations dans le domaine fiscal
ISF : de la constitutionnalité de l’exclusion de l’abattement de 30% en cas de détention de la résidence principale par une SCI
Le droit de partage en cas de divorce serait ramené à 1,1% en 2020 et supprimé en 2021
Plus-value immobilière et résidence principale : de l’importance de la consommation d’électricité dans le bien vendu
Taxe sur les bureaux en Ile de France, l’Assemblée Nationale crée une circonscription « premium »
Organismes sans but lucratif : les députés réévaluent la franchise des impôts commerciaux
Les députés suppriment la « Taxe Apparu »
Les députés mettent fin au régime fiscal des contrats d’assurance-vie souscrits avant le 1er janvier 1983
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2019/a>