Fiscal On.Line

Index des mots clés Fiscal On.Line

  RSS

Accueil Newsletter Fil d'actu Application mobile Boutique Publicité
En général
Doctrine administrative
Veille législative
Veille réglementaire
Jurisprudence
En particulier
E-Fiscalité
Fiscalité de l’innovation
Fiscalité culture & média
Fiscalité immobilière
Fiscalité et environnement
Fiscalité associative
Fiscalité financière
Fiscalité sociale
Fiscalité de l’expatriation
Fiscalité et assurance
Fiscalité communautaire
Fiscalité internationale
En pratique
LFSS pour 2013
Paquet compétitivité
PLFSS 2016
Agenda fiscal
Chiffres utiles
Fiches techniques
Téléservices
Textes officiels
Cellule de régularisation fiscale
Réponse d’experts
Loi de Finances pour 2011
Réforme de la fiscalité du patrimoine
Réforme de la TVA immobilière
Loi de Finances pour 2012
Loi de Finances rectificative pour 2011
Le dispositif Scellier
Loi de finances rectificative pour 2011-IV
Présidentielle 2012
Loi de finances rectificative pour 2012-I
Déclaration de revenus 2011
La réforme fiscale de François Hollande
Loi de Finances rectificative pour 2012-II
Loi de Finances pour 2013
Loi de Finances rectificative pour 2012-III
Loi de Finances rectificative pour 2013-I
Déclaration des revenus "2012"
ISF 2013
Fraude fiscale
Réforme du logement
Economie sociale et solidaire
Loi de Finances 2016
Loi de Finances 2014
Dossier Crowdfunding
Loi Duflot
LFSS pour 2014
ISF 2014
Les Assises de la fiscalité
Déclaration des revenus 2014
Loi Pinel : artisanat, commerce et TPE
Projet de loi de Finances rectificative pour 2014
PLFRSS 2014
Loi de finances 2015
Application mobile
Transition énergétique
LFSS 2015
Projet de loi pour l’activité
PLFR 2014-II
Déclaration d’impôts 2015
ISF 2015
Loi de finances rectificative pour 2015
Plan d’urgence pour l’emploi
Impôt sur le revenu 2016
Projet de loi Sapin II
Loi de Finances pour 2017
Prélèvement à la source
LFSS pour 2017
Loi de finances rectificative pour 2016
Impôt sur le revenu 2017
Election présidentielle 2017
Droit des sociétés
Loi de Finances pour 2018
Loi Travail
LFSS pour 2018
Projet de loi « Logement »
Plan d’action Entreprises
Pour approfondir
Chroniques
Entretiens
Etudes & rapports
Corporate
Bien préparer sa retraite
Tribune
Comptes-rendus et Synthèses
La bibliothèque du fiscaliste
Dossiers fiscaux
 
 



Fiscalité du capital en 2018 : IFI et PFU, quels enjeux économiques et stratégiques pour le crowdfunding ?

partager cet article
envoyer l'article par mail envoyer par mail

Fiscalité du capital en 2018 : IFI et PFU, quels enjeux économiques et stratégiques pour le crowdfunding ?

Lundi 11 septembre, Bruno Le Maire, ministre de l’Economie et des Finances s’exprimait au sujet des derniers arbitrages concernant le budget 2018 de la fiscalité du capital. Il est revenu sur les principales réformes qui seront effectives dès janvier 2018, notamment l’instauration d’un Prélèvement Forfaitaire Unique (PFU), aussi appelée Flat Tax, la hausse de la CSG ou la création de l’Impôt sur la Fortune Immobilière (IFI). L’occasion pour la plateforme de crowdfunding, Homunity, de faire le point sur ces futures mesures et leurs enjeux pour l’économie participative.

Par Quentin Romet, Président d’Homunity

Alléger la fiscalité du capital avec l’IFI

Relancer la croissance en allégeant une partie de la fiscalité, c’est l’objectif que le gouvernement se fixe avec la création de l’IFI (Impôt sur la Fortune Immobilière). Comme son nom l’indique, il concernera uniquement l’ensemble du patrimoine immobilier des ménages. Le seuil d’entrée (fixé à 1,3 milliard d’euros), les taux et l’abattement de 30% sur la résidence principale ne changent pas. Le gouvernement a également précisé que l’immobilier affecté à l’exploitation de l’entreprise d’un contribuable n’était pas concerné par l’IFI. En définitive, l’essentiel de la réforme vient du retrait des valeurs mobilières dans le calcul de cet impôt (cela comprend les titres en action ou obligation, les revenus issus de certains livrets et autres solutions d’épargne).

Evidemment cette mesure laisse sceptique certains professionnels du secteur immobilier qui craignent une baisse des investissements dans la pierre dans les années à venir au profit d’autres types de placements. Assimiler la propriété immobilière à une « rente » plutôt qu’à un investissement productif risque d’avoir certaines conséquences dans les comportements et stratégies des investisseurs. C’est justement l’effet recherché de manière claire et transparente par le nouveau gouvernement d’Emmanuel Macron dans sa politique générale de réorientation de l’épargne des Français vers l’économie réelle. C’est d’ailleurs dans la même optique que la flat tax à 30% sera envisagée dès janvier 2018.

Le PFU, une imposition simple et unique

La flat tax, réforme phare du calendrier fiscal du gouvernement, a pour objectif d’inciter les investisseurs à diversifier leurs placements notamment vers des solutions propices au développement d’une économie dite productive et créatrice de richesses.

Dès le 1er janvier 2018, cet impôt à taux forfaitaire unique de 30%, sera appliqué aux intérêts, dividendes et plus-values de cession de valeurs mobilières. Sont donc concernés les revenus issus de la plupart des placements financiers (y compris SICAV monétaires). L’exonération des livrets d’épargne populaire (Livret A, LDD) est cependant maintenue. Mais le PEL et les contrats d’assurance-vie rentrent dans le cadre de cette uniformisation fiscale.

Les investissements dans le crowdfunding immobilier considérés comme revenus mobiliers, seront également soumis au PFU. L’imposition sur les revenus représentera alors 12,8% et les prélèvements sociaux imposeront les contribuables, à hauteur de 17,2%.

A qui profitera la Flat Tax ?

Les contribuables imposées dans les tranches égales ou supérieures à 30%, seront gagnants. En effet, les revenus des placements, comme les dividendes ou intérêts, étaient à ce jour soumis au barème d’imposition progressif qui varie selon le revenu des ménages. Concrètement, plus les revenus étaient conséquents, plus le contribuable était imposé, jusqu’à la tranche des 45%. L’imposition subie par un foyer dont la tranche fiscale est de 45 %, peut ponctionner jusqu’à 60,5% des revenus mobiliers.

La flat tax permettra donc aux foyers les plus imposés, de faire de belles économies en supprimant tous les taux d’imposition qui dépassent 30%. Un bel allègement fiscal qui pourrait représenter une baisse de près de moitié du poids fiscal pour certains ménages, en réduisant leur imposition de 14 à 28 points.

De nouvelles mesures fiscales qui font la part belle au crowdfunding

Le crowdfunding pourrait bien devenir une alternative intéressante dans cette réorientation des comportements d’investissement. Déjà en mars 2016, lors des 3e Assises de la Finance Participative à Bercy, Emmanuel Macron reconnaissait le potentiel économique du crowdfunding qu’il ne considère pas comme un épiphénomène dans l’épargne des Français, au contraire. Les mesures votées en 2016 ont permis de favoriser l’essor des plateformes et de développer le financement participatif dans un environnement adapté.

Les nouvelles réformes fiscales quant à elles devraient avoir des conséquences plus ou moins directes sur les perspectives de développement des acteurs du crowdfunding notamment immobilier, comme Homunity. L’investissement participatif dans l’immobilier sur les plateformes agréées par l’AMF se fait majoritairement via la souscription à des obligations. Les revenus générés lors du remboursement sont alors de types mobiliers donc concernés par le PFU.

Dans ce cas, le principe d’un impôt unique pourrait permettre d’élargir le nombre d’investisseurs à des catégories issues des tranches d’imposition supérieures, qui pouvaient être taxées jusqu’à 60% sur ce type de placements. En parallèle, avec le retrait des valeurs mobilières du calcul du nouvel IFI, c’est également une bonne nouvelle pour les acteurs du crowdfunding.

La création de l’IFI, centré sur le patrimoine immobilier, risque également d’avoir des conséquences sur certains types de placements de la pierre-papier comme les SCPI, OCPI et autres investissements immobiliers classiques. En privilégiant les revenus de capitaux mobiliers et plus-values mobilières, le gouvernement pourrait amorcer une potentielle baisse des investissements dans l’immobilier pur au profit d’investissements voisins comme le crowdfunding.

Sachant qu’en 2016 le marché des SCPI et OCPI représentait 52,2 milliards de capitalisation, faisant de la France la 2e place européenne en termes de fonds immobiliers non cotés destinés au grand public, une redirection de ces montants collectés vers le financement participatif immobilier serait une belle opportunité de croissance du secteur. Le sort des SCPI est encore assez incertain. Elles ne devraient pas bénéficier du PFU qui ne s’appliquerait qu’aux dividendes et plus-values de cession de valeurs mobilières, et devraient donc rester concernées par l’IFI et l’imposition sur le revenu associée.

L’instauration du PFU et la création de l’IFI vont donc permettre de rebattre les cartes de l’épargne et permettre à certaines solutions de diversification de devenir plus attrayantes. Dans un contexte où l’enjeu est de favoriser des investissements productifs et de valoriser la prise de risques et l’innovation pour dynamiser l’économie réelle et créer de nouvelles richesses, cette nouvelle fiscalité pourrait bien changer le visage de l’épargne des Français. Par Quentin Romet, Président d’Homunity

A propos de HOMUNITY


Créée en septembre 2014 par trois jeunes entrepreneurs : Quentin Romet, Arnaud de Vergie et Charles Teytaud, Homunity est une plateforme de crowdfunding destinée à financer la promotion immobilière résidentielle et tertiaire, ainsi que la rénovation d’ensemble immobilier.

Agréée par l’AMF et immatriculée auprès de l’ORIAS, Homunity attache une importance toute particulière aux devoirs de transparence et à la gestion des risques liés au crowdfunding.

Plus d’informations sur www.homunity.com

newsletter de Fiscalonline

Communiqué du 21 septembre 2017

Publié le dimanche 24 septembre 2017

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Autres articles associés aux mots clés :  alaune | BCRSS15 | Efisc | Fiscalité des particuliers | mafiscalite


 



Les articles les plus lus !
Les premiers amendements au PLF 2018 adoptés en séance publique à l’Assemblée Nationale
Les amendements du Gouvernement au PLF 2018
Logiciel obligatoire au 1er janvier 2018 : Le vrai et le faux !
Le régime d’exonération de la plus-value au titre de l’indemnité perçue par les agents d’assurances partant à la retraite est contraire à la Constitution
Plus-value immobilière : l’exonération résidence principale à l’épreuve d’un bien inachevé
La taxe « sur les farines » abrogée en Commission pour compenser la nouvelle « taxe soda »
Suppression de l’ISF : les propositions visant à surtaxer des biens luxueux
Promulgation de la loi ratifiant l’avenant à la convention fiscale Franco-Portugaise
[+ ...]







Tout pour la gestion de mes impôts et de ma fiscalité en un clic
A propos... Plan du site Nos partenaires Conditions générales Tous droits réservés ® 2000/2016